À la rencontre d’un canoniste du XVIe siècle à Rome, par Isabelle Poutrin

Isabelle Poutrin, Professeure d’histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne, en délégation auprès de l’EFR (octobre 2021-juin 2022)

Durant mon séjour en délégation auprès de l’École française de Rome, j’habite via dell’Orso, dans la région (rione) Ponte. Proche de mes lieux de travail (les archives d’État de Rome à Sant’Ivo alla Sapienza, les archives apostoliques du Vatican, la bibliothèque du Palais Farnèse, les bibliothèques Angelica, Casanatense et Vallicelliane, ainsi que le bureau des projets dans le bâtiment de l’EFR place Navone), un peu à l’écart des parcours touristiques, la via dell’Orso m’offre un illustre voisinage : celui de Martín de Azpilcueta, surnommé Navarre d’après son royaume d’origine, qui repose à Sant’Antonio in Campo Marzo, l’église de la « nation » portugaise à Rome.

À l’entrée de l’église, du côté gauche, le buste en marbre de Navarre émerge d’un cadre ovale sous lequel une inscription retrace la carrière du célèbre jurisconsulte. Les tons d’ivoire de l’effigie contrastent avec la couleur noire de sa robe et de son bonnet rond caractéristiques des lettrés.

Martin de Azpilcueta, in [Recueil. Portraits de Martin de Azpilcueta], BnF, Département Estampes et photographie, n-2
Effigie de Martin de Azpilcueta, église Sant’Antonio in Campo Marzo, Rome @ I. Poutrin, 6 juin 2022.



La représentation est fidèle aux portraits gravés de Navarre : son visage émacié et son nez busqué suggèrent l’austérité, l’énergie et une certaine douceur. Celui qui fut loué comme « le meilleur juriste d’entre les théologiens et le meilleur théologien d’entre les juristes » était aussi « l’un des hommes de bien qui se trouvent en ces royaumes, vieilli dans l’étude et une vie bonne et sainte »[1]. C’est à travers cette figure remarquable que j’évoquerai une partie de mes recherches.

Né le 13 décembre 1492 à Barasoain en Haute-Navarre (royaume qui fut conquis en 1512 par Ferdinand le Catholique, puis annexé à la couronne de Castille), Navarre mourut à Rome le 21 juin 1586, à l’âge de 91 ans[2]. Il incarne le type du juriste d’envergure internationale et à la carrière itinérante qui pouvait exister en ce temps où la culture juridique romano-canonique, enseignée dans les universités, unifiait les États catholiques de l’Europe méridionale. Formé à Alcalá de Henares puis à Toulouse, chanoine régulier de Roncevaux, il enseigna d’abord à Salamanque où ses collègues étaient les dominicains Francisco de Vitoria et Domingo de Soto, artisans de la prééminence de la théologie espagnole dans les décennies précédant le concile de Trente. Puis à l’invitation du roi Jean III de Portugal, Navarre enseigna le droit canonique à l’université de Coimbra, d’où il maintint notamment une correspondance avec le jésuite Manuel de Nobrega, son ancien élève envoyé comme missionnaire au Brésil en 1549[3]. Parvenu à l’âge de la retraite, Navarre se retira dans son royaume en 1558 mais, après l’arrestation de l’archevêque de Tolède Bartolomé de Carranza par l’Inquisition espagnole sous l’accusation d’hérésie, il accepta d’en assurer la défense et soutint la solution du transfert de l’archevêque à Rome pour être jugé par l’Inquisition romaine. Il arriva à Rome en 1567, peu après Carranza. Celui-ci mourut avant l’achèvement de son procès, tandis que Navarre resta à Rome, disgracié par le roi d’Espagne Philippe II – à tel point que l’illustre canoniste, universellement respecté, ne devint jamais cardinal.

Si Navarre est connu aujourd’hui pour ses écrits sur l’usure, les monnaies et la fiscalité, au point d’être souvent présenté comme un économiste, il était en réalité « consulteur en droit divin et humain » selon son épitaphe : un expert des questions morales, domaine qui croisait le droit canonique et la théologie. Son ouvrage le plus célèbre est son Manuel de confesseurs (Manual de Confesores y penitentes) dont la première édition parut à Coimbra en 1552, et qui fut largement diffusé en latin (Rome, 1573, 1584) puis traduit et résumé dans de nombreuses langues, devenant un classique de la direction de conscience. Outre l’enseignement à l’université, son travail était de délivrer son expertise sur des actions ou des situations dont il devait peser le caractère éventuellement peccamineux, évaluer la licéité au regard du droit canonique (un droit complexe, pas codifié), ou pour lesquelles il devait se prononcer sur la possibilité de concéder une dispense pontificale. Ces activités exigeaient une grande maîtrise du droit antérieur au concile de Trente mais aussi une connaissance approfondie des publications de ses collègues, ainsi qu’une forme de sensibilité envers les évolutions de la société. Ainsi, à Rome, employé comme consulteur par la Pénitencerie apostolique, la congrégation du Saint-Office et, parfois, le tribunal de la Rote romaine, il rédigea de très nombreuses consultations (consilia) qui montrent l’ampleur des questions par lesquelles le jurisconsulte intervenait dans la société de son temps.

Martin de Azpilcueta, Consilium, ASP, Rota romana, b. 2 @ I. Poutrin, 15 novembre 2021.
Page de garde de la première édition (1594) des Consilia de Martin de Azpilcueta.

Les collections des consultations de Navarre n’ont encore fait l’objet d’aucune étude d’ensemble, mais sont parfois utilisées par les historiens avec d’autres sources, pour des études thématiques. Largement remaniées, reclassées et complétées entre 1590 et 1621, elles sont organisées selon le plan des cinq livres des Décrétales de Grégoire IX (1234), bien connu des juristes à cette époque. L’édition de 1616 en compte 1280. Comme les consilia ne sont pas datés, il faut reconstituer, autant que possible, le contexte politique et religieux dans lequel Navarre a été appelé à se prononcer. Alors que l’historiographie s’est surtout intéressée aux prises de position de Navarre dans les grandes affaires politiques de son temps, ces textes témoignent de la variété des sujets traités. Les domaines qui suscitent le plus grand nombre de consilia concernent l’entrée en religion ou le passage d’un ordre religieux à un autre (178 dans l’édition de 1616), la simonie, ou profit tiré des choses sacrées (101), l’ordination des prêtres, diacres ou fils de prêtres (66), les élections dans les ordres religieux (55), les mariages clandestins (55), l’homicide volontaire ou involontaire – notamment commis par des clercs (50), les sentences d’excommunication (51) et « l’usure » c’est-à-dire les questions économiques (35). Certains chapitres des Décrétales restent vides : ainsi aucune consultation ne concerne la non-ordination des serfs ou esclaves (1.18), le clerc marié (3.3.), le prêtre non baptisé (3.43), la conservation de l’Eucharistie (3.44), ou encore le conjoint lépreux (4.8), lacunes qui peuvent se comprendre à la lumière des différences entre la société du XIIIe siècle et celle du XVIe – mais pas totalement, car la question de l’irrégularité des esclaves pour l’ordination sacerdotale était traitée par de nombreux docteurs, et Navarre lui-même l’avait abordée dans son Manuel[4].


Dans l’ensemble, la masse des consilia de Navarre reflète les chantiers de la réforme de l’Église et de la mise en discipline du clergé aux lendemains du concile de Trente. Les décrets du concile avaient réaffirmé des règles anciennes mais aussi édicté de nouvelles interdictions ou de nouvelles règles. De même, l’intense activité normative des papes dans les années 1560-1580 était suivie d’un travail d’interprétation, les constitutions pontificales ne pouvant prévoir toutes les situations. Par exemple, selon les Pères du concile, ceux qui faisaient entrer une femme ou une fille au couvent par force devaient être excommuniés ; mais qu’en était-il des parents qui contournaient ce décret en forçant leur enfant à entrer au couvent comme pensionnaire, dans l’idée de la laisser ensuite derrière les grilles du cloître (3.31) ?  De même, une ancienne règle prévoyait d’excommunier le religieux célébrant un mariage sans la permission du curé de paroisse, mais fallait-il la remplacer par celle du concile de Trente, qui frappait de suspension le prêtre mariant des époux sans permission du curé (1.2) ?  Cette question amena à Navarre à disserter sur les conditions dans lesquelles on peut considérer qu’une loi en remplace une autre.

Son activité embrassait l’ensemble de la société. Les consilia jettent une lumière crue sur la délinquance du clergé : clerc qui se fait ordonner grâce à des lettres falsifiées, conseille à sa maîtresse de se faire avorter, ou, ayant un fils, veut lui transmettre son bénéfice ecclésiastique ; chanoine qui conserve son revenu alors qu’il est secrètement hérétique ; curé qui attire une jeune fille dans l’église à la tombée de la nuit et qui, attaqué par les parents de la fille, commet un homicide, etc. Navarre n’est pas juge au criminel, il doit en revanche examiner les conséquences de ces actes au regard des sacrements, voir par exemple si une complicité d’avortement entraîne l’irrégularité du clerc, c’est-à-dire l’impossibilité de célébrer l’eucharistie. L’aristocratie apparaît sous les traits des parents abusifs qui forcent leurs filles à entrer au couvent, leur fils à se faire diacre, prêtre ou religieux, ou qui arrangent le mariage de leurs enfants avant que ceux-ci ne soient en âge de consentir en connaissance de cause. Les consilia sur le vol (5.18) concernent au contraire des gens modestes : la « pauvre honteuse » qui, à chaque visite chez une amie à peine moins pauvre, lui dérobe un peu de nourriture (Navarre pense que l’amie fait preuve de délicatesse, évitant à son amie plus pauvre de lui demander du secours) ; les garçons de cuisine que le cuisinier rend complice des vols de nourriture avec laquelle il régale ses amis, au détriment des maîtres, et dont il faut examiner la culpabilité morale.

Le monde des consilia est vaste, aux dimensions de la catholicité. En Irlande, un évêque peut-il utiliser un chrême élaboré avec du baume venu du Nouveau Monde, et non d’Orient (1.15) ? En Méditerranée, quelle est la sanction qu’encourent des catholiques bosniaques qui vendent des armes aux Turcs ? Navarre fut d’ailleurs appelé à se prononcer plusieurs fois sur les ventes d’armes à l’ennemi musulman, une action interdite par la bulle In Coena Domini. Il doit aussi se confronter avec la politique de prosélytisme des papes en direction des juifs, notamment sur un cas d’enfant juif enlevé à sa mère par le grand-père de l’enfant, baptisé vingt ans plus tôt (3.33). La longue consultation qu’il délivre à cette occasion est une mise au point magistrale contre le baptême des enfants juifs invitis parentibus (malgré l’opposition de leurs parents), un texte influent par la suite alors que Grégoire XIII, en l’occurrence, ne suivit pas l’avis de Navarre. D’un autre côté, Navarre donne un avis sur les manœuvres des Minimes qui tentent d’exclure de leur ordre ceux des religieux qui seraient descendants de juifs ou d’hérétiques. Sur ce thème aussi, Navarre, tout en reconnaissant la situation spéciale que les conversions massives de juifs avaient causée en Espagne, se montre opposé à toute exclusion fondée sur un motif généalogique[5]. En cette période de raidissement confessionnel, d’expansion missionnaire et de guerres de Religion, Navarre se montre critique des tendances absolutistes des papes et se fait le défenseur de l’équité, même lorsqu’il s’agit de minorités religieuses, de femmes et d’enfants. J’espère ainsi donner envie aux membres et aux visiteurs de l’EFR d’aller saluer la mémoire de Navarre, tout en admirant la profusion des marbres polychromes de l’église Sant’Antonio.


[1] Laurent Beyerlink, Magnum Theatrum Vitae Humanae, 1631 ; le nonce Castagna (19 avril 1567), cité par Lavenia, art. cit., p. 132. Ce billet diffusant les premiers résultats d’une recherche en cours, les références aux sources sont données sous une forme rapide, et nous renvoyons en note à quelques travaux plus spécialisés. Les chiffres entre parenthèses renvoient au livre et au titre des Décrétales, par exemple 1.2 renvoie au 1e livre des Décrétales, titre 2 « De constitutionibus ».

[2] Vincenzo Lavenia, « Martin de Azpilcueta (1492-1586). Un profilo », Archivio italiano per la storia della pietà, 16 (2003), p. 15-148.

[3] Lavenia, art. cité, p. 109-110 ; Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Un catholicisme colonial. Le mariage des Indiens et des esclaves au Brésil, Paris, Puf, 2019.

[4] Isabelle Poutrin, « L’esclavage normalisé : débats de canonistes et de théologiens au temps des empire coloniaux espagnol et portugais », in Emanuele Colombo, Marina Massimi, Alberto Rocca, Carlos Zeron (a cura di), Schiavitù del corpo e schiavitù dell’anima. Chiesa, potere politico e schiavitù tra Atlantico e Mediterraneo (sec. XVI-XVIII), Milan, Biblioteca Ambrosiana, 2018, p. 27-52.

[5] Isabelle Poutrin, « Conflictos sobre las normas. Judíos, musulmanes y conversos en los Consilia de Martín de Azpilcueta », in Roberto Franch Benavent, Fernando Andrés Robres, Rafael Benítez Sánchez Blanco (dir.), Cambios y resistencias sociales en la edad moderna, Un análisis comparativo entre el centro y la periferia mediterránea de la Monarquía Hispánica, Madrid, Silex, 2014, p. 243-252 ; « La captation de l’enfant de converti. L’évolution des normes canoniques à la lumière de l’antijudaïsme des xvie-xviiie siècles », dossier « Antisémitisme(s) : un éternel retour ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, no 62-2/3, avril-sept. 2015, p. 40-61.



Billet mis en ligne par Lana Martysheva, membre de première année de l’École française de Rome, Section Époques moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search