La collection archéologique de l’École française de Rome, une histoire à redécouvrir

Depuis un peu moins de deux ans, nous nous intéressons à l’École française de Rome à une collection d’antiquités appartenant à l’institution, conservée dans nos locaux au Palais Farnèse. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une redécouverte, car cette collection a toujours été connue des chercheuses et des chercheurs passés entre nos murs. Mais à part quelques études ponctuelles sur certains objets, en fonction des spécialités et des intérêts de chacun, elle n’a jamais été étudiée dans son ensemble et l’histoire de sa constitution reste encore assez mal connue.

Une collection pour un « musée de l’École »

Cette collection d’antiques s’intègre dans une histoire plus large des débuts de l’École française de Rome, car elle est née, dans les dernières décennies du XIXe siècle, de la volonté d’Auguste Geffroy (1820-1895), son premier directeur (de 1876 à 1882, puis de 1888 à 1895), de fonder un musée qui n’a finalement jamais vu le jour et qui était sans doute destiné à la formation des membres par la pratique de l’objet archéologique.

Portrait d’Auguste Geffroy exposé dans le Salon rouge, Palais Farnèse © École française de Rome

Grâce aux recherches menées aux Archives nationales de Paris par Françoise Gaultier, ancienne membre de l’École (de 1985 à 1987), conservatrice puis directrice du Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, on connaît une lettre adressée en 1879 à Jules Ferry, Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, où Auguste Geffroy écrit que le marchand et collectionneur romain Augusto Castellani a fait le don à l’institution de trente vases provenant de la nécropole étrusque de Cerveteri. Il y fait part également du projet de formation du musée de l’École : 

« Ces vases, fort utiles pour l’étude (…) vont aider à la formation d’un musée de l’École française de Rome, en vue duquel nous avons déjà réuni un assez grand nombre d’objets, pierres à inscriptions, terres-cuites… ».

Dans le noyau initial de cette collection archéologique on trouve effectivement cette petite série de vases grecs (de productions attique, corinthienne ou pseudo-chalcidienne), étrusques et italiques, qui correspondent à cet envoi, ainsi qu’une autre série plus importante de terres cuites votives étrusco-latiales en état de leur sortie de terre qui proviennent de l’une des premières fouilles de l’École en 1878 à Palestrina, dans le Latium, par l’archéologue Emmanuel Fernique (1858-1885), des sculptures acquises par Auguste Geffroy sur le marché romain des antiques (en particulier dans le quartier de Macao, près du Castro Pretorio), enfin des petits objets, ustensiles et fragments, qui ont parfois été donnés par les membres ou par les amis archéologues de passage dans l’institution. Un autre ensemble archéologique, entré par legs en 1895 sous le directorat de l’Abbé Duchesne (de 1895 à 1922), est principalement constitué de moulages en plâtre, d’inscriptions romaines tardives et de monuments paléochrétiens, ainsi que d’empreintes en cire et sur feuille d’étain, ayant appartenu à l’épigraphiste et archéologue italien Giovanni Battista de Rossi (1822-1894), un des pères de l’archéologie chrétienne.

Une partie des terres cuites étrusco-latiales des fouilles Fernique de 1878 © C. Mazet

Ainsi, en plus de l’intérêt pour la recherche de certaines pièces, ces objets sont aussi représentatifs d’un moment spécifique de l’histoire de l’archéologie et des savoirs dans les dernières décennies du XIXe siècle, et de l’histoire des collections d’antiquités étrusques et romaines. Enfin, quelques pièces isolées semblent être entrées dans la collection au cours du XXe siècle : l’avancée de la recherche sur les provenances permettra de préciser leur régime d’autorité.

Échantillon des œuvres constituant la collection d’antiques : 1) Amphore étrusque aux griffons attribuée au Groupe de la Tolfa, Don Castellani 1878 ; 2) Tête votive étrusco-latiale, des fouilles Fernique à Palestrina en 1878 ; 3) Sarcophage chrétien de la loggia du Palais Farnèse, acheté à Rome par A. Geffroy dans le quartier des antiquaires de Macao ; 4) Échantillons de la matériauthèque © P. Tomassini

De la présentation au Palais Farnèse aux inventaires successifs

Cette collection a été exposée à la fois dans les appartements de la direction, sur la loggia du deuxième étage, mais également dans la bibliothèque. On le sait en particulier grâce aux inventaires du mobilier, qui mentionnent, au début du XXe siècle, quelques objets que l’on peut désormais facilement identifier. Dans les appartements, on voit qu’ils accompagnaient d’autres objets décoratifs, il ne s’agissait donc pas d’un musée à proprement parler, mais les antiques étaient bien présents physiquement au sein de l’établissement. On possède aussi quelques rares témoignages photographiques de cette collection d’antiques disséminée dans les espaces de notre institution. C’est le cas d’une série de tirages, datés de 1898 à 1912, qui prouvent qu’un grand vase orientalisant à reliefs de production cérétaine – encore non localisé – trônait sur la loggia du Palais Farnèse, utilisé comme un support à pot de fleurs ! Le vase, décoré par estampage de motifs végétaux d’inspiration syro-phénicienne, provenait sans doute d’une tombe étrusque fouillée dans les dernières décennies du XIXe siècle.

En 1964, la collection a été inventoriée par François Villard, alors professeur à l’Université de Rennes et qui a été aussi membre de l’EFR (de 1947 à 1949), puis conservateur au Louvre. Nous conservons ce premier catalogue dans nos archives où le spécialiste de céramique grecque liste et identifie 68 objets, une partie seulement de cette plus vaste collection. Il n’était d’ailleurs pas le seul à s’être lancé dans l’inventaire des pièces de la collection, car dès 1878 un jeune membre de l’École du nom de Georges Lafaye (1854-1927, membre de 1878 à 1880) s’était attelé, à la demande d’Auguste Geffroy, à une première étude des vases du don Castellani dans son mémoire présenté à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, une source précieuse mais qui demeure malheureusement encore introuvable.

Inventaire établi par François Villard en 1964 (E. F. R. CATALOGUE DES ANTIQUITES), conservé aux archives de l’EFR © École française de Rome.

Sous le directorat de Georges Vallet (de 1970 à 1983), les objets qui étaient auparavant exposés ont été rangés ; en 1986 ils ont été confiés par Charles Pietri, son successeur, à la documentaliste et archéologue Françoise Fouilland pour être conservés au laboratoire d’archéologie. Dans les années 2000 la plus grande partie (environ 300 objets) a été entreposée dans les combles du Palais Farnèse et certaines pièces ont été réexposées dans un des salons de la résidence, notamment dans une vitrine du Salon bleu que l’on peut encore admirer aujourd’hui lorsqu’on est invité à entrer dans ces lieux.

Vases grecs du Salon bleu à l’étude, novembre 2021 © C. Mazet

Un nouveau projet d’étude et de valorisation

Avec l’objectif de mettre en valeur cet important chapitre d’histoire pour l’École française de Rome, une étude de grande ampleur s’est engagée depuis juin 2020, visant à mettre à jour l’inventaire de la collection et à en établir, dans les années futures, un catalogue raisonné inédit.

Ce travail de longue haleine s’accompagne aussi d’une valorisation numérique par la mise en ligne en open access des données de la recherche, sous la forme à la fois d’une base de données éditorialisée des fiches d’œuvres produites (à venir) ainsi que d’une modélisation photogrammétrique de certaines pièces en 3D [https://sketchfab.com/efrome].

Avec le soutien de l’Association des Amis de l’École française de Rome [https://amefr.wordpress.com/] et l’appui de la Fondation pour la sauvegarde de l’art français, nous avons également lancé un appel à financement participatif afin de faire restaurer les objets de la collection dans le courant de l’année 2022 : recherches sur la polychromie, nettoyages et recollages de certaines pièces sont prévus. Une fois achevés, ces travaux de restauration et cette étude complète de la collection permettront de conserver et d’exposer ces œuvres à la fois, d’abord sous la forme d’une exposition temporaire puis de manière permanente dans les locaux de Palais Farnèse, selon les exigences muséologiques actuelles, ce qui était le but premier d’Auguste Geffroy : la création d’un musée des antiques de l’École.

Modélisation 3D, Amphore étrusque à figures noires attribuée au Groupe de la Tolfa, vers 530 av. J.-C. © P. Tomassini

Christian Mazet et Paolo Tomassini, membres de troisième année, section Antiquité.

Les responsables du projet, C. Mazet et P. Tomassini, souhaitent remercier Brigitte Marin, Nicolas Laubry, Valérie Huet, Priscilla Munzi, Marcella Leone, Giuseppina Stelo, Evelyne Bukowiecki, Emmanuel Turquin, Cécile Martini, Françoise Gaultier, Michel Gras, Marie Zago, Joseph Ballu, Chloé Demonet et le bureau de l’Amefr pour leur soutien et leur aide.


Pour aller plus loin

  • Quelques éléments bibliographiques :

– Sur un vase étrusque en bucchero nero de la collection : Gran Aymerich José M. J. “À propos des vases à tenons perforés et du thème des personnages assis”. In : Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, tome 88, n°2. 1976, pp. 397-454 [https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_1976_num_88_2_1072]

– Sur le sarcophage chrétien de la loggia : Grousset René. “Un sarcophage chrétien inédit”. In : Mélanges d’archéologie et d’histoire, tome 3, 1883, pp. 373-378 [https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1883_num_3_1_6447]

– Sur les fouilles Fernique de Palestrina : Fernique Emmanuel. “Note sur les dernières fouilles de Palestrina”. In : Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 22ᵉ année, N. 1, 1878, pp. 16-22 [https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1878_num_22_1_68454] / Onorati Maria Teresa. “Teste votive di Palestrina : recuperi e dispersioni”. In : Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, tome 104, n°2. 1992, pp. 597-657 [https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_1992_num_104_2_1770]  / Bourdin Stéphane. “Emmanuel Fernique, premier archéologue de l’École française de Rome, de Préneste au pays des Marses”. In : Gras Michel, et Olivier Poncet, Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895. Roma : Publications de l’École française de Rome, 2013 [http://books.openedition.org/efr/2628]

– Sur un objet curieux de la collection : V. Cirefice, C. Mazet, Avril 1946 : les Farnésiens à la Villa Médicis ! [https://efrome.hypotheses.org/1703]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search