Les médiévistes français à Rome

Le jeudi 26 mai 2022 s’est ouvert en début d’après-midi le cinquante-troisième congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP), qui était accueilli cette année par l’École française de Rome.

Fondée en 1969, cette société réunit des historiens, archéologues, philologues et historiens de l’art travaillant sur le Moyen Âge dans des centres français de recherche et d’enseignement. Elle est notamment connue des médiévistes pour son envoi d’une lettre bimensuelle, qui permet à tous ses adhérents de suivre l’actualité de la recherche sur le Moyen Âge en France. Mais la SHMESP s’illustre surtout par l’organisation d’un congrès annuel, qui permet aux différentes générations de médiévistes de se rencontrer et de travailler en commun sur un thème donné. Les actes de ces congrès sont actuellement publiés aux éditions de la Sorbonne et ont bien souvent constitué d’importants jalons historiographiques. Ces rencontres sont généralement organisées alternativement en France et à l’étranger. Les deux derniers congrès, qui étaient prévus à Perpignan (2020) et à Bruxelles (2021), se sont malheureusement tenus en ligne en raison des contraintes liées à la situation sanitaire. Les participants romains étaient donc tout à la joie de se retrouver après deux années de restrictions de la sociabilité professionnelle.

Les liens entre la SHMESP et l’École française de Rome sont anciens, comme l’a souligné dans son discours de bienvenue Brigitte Martin, directrice de l’École. Un congrès y avait déjà été organisé en mai 1996, alors que Claude Gauvard était présidente de l’association, autour du thème « Les élites urbaines au Moyen Âge ». Cette rencontre avait été marquée, comme l’a rappelé dans son mot d’introduction Dominique Valérian, l’actuel président de la société, par de mémorables conclusions de Jacques Le Goff. Un quart de siècle plus tard, l’École continue de jouer son rôle de plateforme de la recherche historique française, en favorisant les rencontres scientifiques et en créant des synergies avec les médiévistes italiens. Francesco Panarelli, président de la Società italiana degli storici medievisti (SISMED), la société italienne homologue de la SHMESP créée en 2006, a tenu à saluer les participants au congrès lors de son ouverture. Umberto Longo, qui a lui-même présenté une communication scientifique (« Succéder au temps de la Réforme de l’Église. Définition des mécanismes et des procédures canoniques de l’élection papale entre le XIe et le XIIe siècle »), représentait quant à lui Massimo Miglio, président de l’Istituto storico italiano per il Medioevo (ISIME) dont le siège se situe à Rome.

Ouverture du congrès, sur l’estrade de gauche à droite : Dominique Valerian (président de la SHMESP), Brigitte Marin (directrice de l’EFR), Pierre Savy (directeur des études pour le Moyen Âge à l’EFR), Umberto Longo (représentant de l’ISIME), en visioconférence : Francesco Panarelli (président de la SISMED). © Pierre-Bénigne Dufouleur / EFR

Cette année, le congrès s’était donné pour thème un verbe : « Succéder ». L’argumentaire, dont la qualité a été louée par tous les intervenants, avait été rédigé par Carole Mabboux, ancienne membre de l’École (2017-2021) et récemment élue maître de conférences à l’université Paris 8, et par Pierre Savy, directeur des études pour le Moyen Âge à l’École et maître de conférences à l’université Paris-Est. Cet appel à communication invitait les vingt-deux orateurs à se détacher du thème classique de la transmission, pour se concentrer sur celui de la succession, rappelant que succéder « suppose de s’inscrire activement dans une chronologie et de définir sa propre identité en regard d’une entité disparue ». Il s’agissait donc d’adopter, autant que possible, le point de vue du successeur lui-même.

Joseph Morsel et Vanessa van Renterghem se sont chargés du rapport introductif, en insistant notamment sur l’usage du mot « succéder », respectivement dans le monde latin et le monde islamique. Les analyses lexicométriques de J. Morsel ont montré que si le verbe « succéder » et ses dérivés sont bien attestés dans les sources médiévales, ils y sont toutefois peu utilisés ; comme le notait l’appel à communication, « la notion est sans doute plus historienne que médiévale, plus étique qu’émique ».

Les discussions ont pris place du jeudi au samedi au gré de cinq sessions : « Comptes, bilan, transmission : reprendre un patrimoine » ; « Les dynasties : normes, pratiques et limites des successions » ; « Succéder dans l’Église » ; « Constructions historiographiques et constructions théoriques » ; « Rites et légitimations aux marges du principe dynastique ». Le champ chronologique embrassé était très large puisqu’il s’étendait de la fin du Ve siècle (Cristina La Rocca – « Planifier la succession royale et échouer. Le cas de Théodéric (489-526) ») jusqu’à la fin du XVe siècle (Franck Collard et Lydwine Scordia – « Troubles dans la succession du royaume de France (seconde moitié du XVe siècle) ») et l’équilibre entre les périodes a été pleinement respecté. L’espace géographique étudié allait de l’Angleterre saxonne à l’émirat de La Mecque, en passant par le patriarcat de Constantinople. L’ensemble des intervenants était constitué tant de jeunes chercheurs, doctorants ou post-doctorants, que d’universitaires plus chevronnés. Un panel dont s’est félicité D. Valerian et qui marque la volonté d’ouverture de la SHMESP envers ses plus jeunes adhérents, dont les recherches s’inscrivent bien souvent dans un cadre de plus en plus précaire.

Intervention de Philippe Lefeuvre, chargé de recherche CNRS contractuel, mis à disposition de l’EFR :
« Dettes et bilan monastiques. Solder le passif d’un abbé dans la Toscane du XIIIe siècle ». © Angela Cossu / EFR

C’était à Patrick Boucheron que revenait la lourde tâche de succéder à Jacques Le Goff pour les conclusions de la rencontre. Avec sa maestria oratoire habituelle, le professeur au Collège de France a donné aux vingt-deux communications, aux terrains de recherche si divers, une cohérence et une force réflexive dans un stimulant discours.

Outre ces rencontres scientifiques, le congrès a aussi été marqué par des moments de sociabilité qui ont permis aux chercheurs de faire connaissance entre eux, de poser les jalons de futures collaborations et de découvrir ou de redécouvrir les vestiges de l’Urbs. Les échanges se tenant dans l’immeuble que possède l’École française de Rome sur la place Navone, il a été proposé aux participants de visiter le sous-sol de l’édifice, où sont visibles une partie des vestiges du stade de Domitien, sur lesquels s’est construite la place connue aujourd’hui pour ses fontaines.

La visite d’une des églises voisines était prévue dès le jeudi soir. Haude Morvan a offert à l’assistance une exploration passionnante et érudite de Santa Maria sopra Minerva, en adoptant comme fil rouge l’art funéraire médiévale. Un thème parfaitement maîtrisé par cette guide, auteur d’une thèse sur les sépultures des papes et des cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle. La Minerve, seule église gothique de Rome, renferme l’une des plus belles collections de tombeaux médiévaux de la ville (notamment ceux de l’évêque de Mende, Guillaume Durand (1230-1296), du peintre Fra Angelico (c. 1395-1455) et des papes Médicis Léon X (1475-1521) et Clément VII (1478-1534)).

Le lendemain, les participants au congrès ont eu la chance de parcourir le palais Farnèse à la fin de la journée. L’ambassade de France avait généreusement mis à leur disposition le rez-de-chaussée et le premier étage du palais qu’elle occupe. Les médiévistes se sont alors tournés avec bonheur, sous les fresques des Carrache, vers une période postérieure à leur habituel sujet d’étude. La visite a été clôturée par une réception qu’offrait la directrice de l’École dans le salon rouge et sur la loggia du deuxième étage. Beaucoup de chercheurs ont eu la joie de retrouver un lieu qu’ils avaient déjà connu au cours leur carrière – qu’ils aient été boursiers, membres ou chercheurs résidents – d’autres ont pu découvrir pour la première fois l’institution. Brigitte Marin a rappelé dans son discours la grande ouverture de l’École au monde universitaire et a incité tous les participants à solliciter l’institution, notamment à travers les nombreuses modalités d’accueil qui se sont diversifiées ces dernières années pour accompagner les chercheurs de toutes les générations dans leurs enquêtes.

Discours d’accueil de Brigitte Martin sur la loggia du palais Farnèse. © Pierre-Bénigne Dufouleur / EFR

Le samedi soir a été marqué par le traditionnel banquet du congrès, organisé dans un restaurant proche du palais de Venise, ce joyau architectural du Moyen Âge tardif. Il a été l’occasion pour D. Valerian d’adresser un discours empreint d’émotion, puisqu’il s’agissait du dernier congrès tenu sous sa présidence, son mandat arrivant à son terme à la fin de l’année universitaire. Ses collègues en ont profité pour lui adresser leurs plus chaleureux remerciements pour son dévouement à la tête de la société au cours des six dernières années. 

Visite du monastère Sainte-Scholastique à Subiaco. © Pierre-Bénigne Dufouleur / EFR

Enfin, une excursion avait été organisée le dimanche à Subiaco, haut lieu, s’il en est, de la spiritualité et des savoirs médiévaux en Occident. Les médiévistes ont été guidés tout au long de la journée de cloîtres en églises par Camille Rouxpetel, ancienne membre de l’École dont les recherches s’étaient alors fondées sur les riches archives de Subiaco. Elle a rappelé avec talent l’histoire de ce berceau occidental de l’ordre bénédictin à des visiteurs captivés. Ces derniers ont ainsi pu découvrir le matin l’abbaye cénobitique Sainte-Scholastique fondée par Benoît de Nursie au VIe siècle. Après un repas à la foresteria et une promenade, pour les plus courageux, au Laghetto di San Benedetto (en français « la gouille de saint Benoît »), aussi rafraichissant qu’apaisant, les sociétaires sont montés au sanctuaire du Sacro Speco juché contre la falaise. Ce complexe architectural spectaculaire a été construit à partir du VIe siècle autour de la grotte où saint Benoît entama sa première vie d’ermite. Il est donc dédié depuis ses origines, au contraire de Santa Scolastica, au monachisme anachorétique. Les deux abbayes représentent ainsi les deux formes principales de la spiritualité chrétienne régulière, à l’endroit-même où Benoît passa d’une vie érémitique à la vie communautaire, ce qui fait de Subiaco, avec le Mont-Cassin, l’une des deux sources du principal ordre monastique occidental. Les visiteurs ont été particulièrement impressionnés par l’ensemble de fresques monumental (XIIIe-XVe siècle) du Sacro Speco. Seule la beauté du cadre naturel dans lequel prennent place les deux monastères semblait pouvoir égaler la grandiose Crucifixion qui accueille le visiteur du sanctuaire depuis au moins six siècles.

Le Sacro Speco de Subiaco. © Pierre-Bénigne Dufouleur / EFR

Ce sont donc des sociétaires heureux qui ont pris la route du retour vers Rome, puis vers la France. Le prochain congrès sera organisé à Poitiers des 11 au 14 mai autour du thème « Environnement et sociétés au Moyen Âge ».

Pierre-Bénigne Dufouleur, membre de première année (section Moyen Âge).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search