Des peintures antiques en morceaux, quel intérêt ?

Paolo Tomassini, archéologue, docteur en histoire, art et archéologie (Université catholique de Louvain 2017) est membre de la section Antiquité de l’École française de Rome. Il étudie la peinture murale romaine, le rapport entre décor et architecture, l’archéologie du bâti et l’urbanisme d’Ostie. Il s’intéresse également aux restaurations virtuelles et aux restitutions numériques.

Dans une récente série vidéo Suivez mon regard, les membres de l’École française de Rome décryptent les histoires et les grandes questions qui se cachent sous les documents et objets les plus insolites, à l’exemple de celui d’un fragment de plafond romain auquel s’intéresse Paolo Tomassini :

L’archéologie nous a livré des milliers de peintures murales de l’époque romaine, parfois fort abîmées, brisées en des milliers de morceaux et incomplètes. Ces fragments, en apparence privés d’intérêt, sont en réalité une source inépuisable d’informations, si l’on sait comment les lire. Vestige d’une architecture souvent perdue, trace concrète du travail des peintres et des ateliers, les peintures fragmentaires nous permettent de reconstruire les commerces de pigments, les gestes des artisans et les goûts d’une société.

Quand on parle de peinture romaine antique, Pompéi et Herculanum nous viennent tout de suite à l’esprit, avec leurs édifices recouverts de peintures aux couleurs vivaces, protégées des épreuves du temps par l’éruption du Vésuve. Ce que nombreuses personnes ignorent, c’est que même en-dehors des terres ensoleillées de l’aire vésuvienne, nombreuses sont les peintures arrivées jusqu’à nous de l’Antiquité romaine ; exhumées au cours de fouilles archéologiques, ces peintures sont parfois fort abîmées, brisées en des milliers de morceaux et incomplètes. Ces fragments, en apparence privés d’intérêt, sont en réalité une source inépuisable d’informations, si l’on sait comment les lire.

Aujourd’hui, une branche spéciale de l’archéologie, la toichographologie, s’intéresse à faire parler les peintures en fragments, recomposant les puzzles pour reconstruire non seulement la décoration initiale, mais aussi les espaces que ces peintures ornaient et la manière de travailler des peintres de l’époque. Le toichographologue considère donc la peinture non seulement comme une image, mais aussi et surtout comme une matière et une partie intégrante d’une architecture. 

Seul un examen attentif et patient des fragments d’enduits, prélevés et documentés avec soin au moment de la fouille, permet d’exploiter pleinement le potentiel d’informations considérable que recueillent ce type de matériel archéologique.

La vidéo propose un exemple de décors peints provenant du site de la villa d’Hadrien à Tivoli, mis au jour au cours des fouilles de l’université Columbia de New York (Prof. F. de Angelis) et l’université Sapienza de Rome (Prof. M. Maiuro). Les fragments récoltés ont permis de restituer plusieurs plafonds peints d’une qualité exceptionnelle, parfaitement conservés et recomposés en laboratoire.

Grâce à la modélisation 3D, une sorte de moulage virtuel a pu être réalisé des empreintes de roseau qui permettaient de créer un contre-plafond suffisamment irrégulier pour faire bien adhérer le mortier. Ce moulage a permis de restituer tout le système d’accrochage des plafonds, avec des tiges de roseau reliées par de fines cordes et fixées aux poutres par des clous métalliques. Ce sont dès lors les formes d’une architecture aujourd’hui perdue qui ont pu reprendre vie grâce aux nouvelles technologies.

L’analyse détaillée des surfaces permet également une série d’éléments intéressants qui nous permettent de reconstruire les gestes et les outils des peintres. Ancêtres des grands artistes de la Renaissance, les peintres romains utilisaient un principe similaire à celui de la fresque, appliquant des pigments sur un enduit en mortier encore frais avant qu’il ne sèche. Le temps de travail étant limité, les peintres se servaient de quelques petits stratagèmes : sur les fragments tiburtins on distingue encore très bien l’empreinte de cordelettes, des ficelles que les peintres ont utilisé comme point de repère pour obtenir des lignes droites. Pour obtenir une peinture aussi lisse et brillante, les peintres ont dû lisser et polir la surface avec des platoirs. Les traces de ces outils peuvent être distinguées au microscope, où l’on peut deviner les gestes de lissages répétés de la surface. Les peintres ont donc perdu du temps pour obtenir une peinture soignée et de très grande qualité. On peut le deviner également par les pigments qui ont été utilisés, tous très rares et précieux. Par des analyses chimiques, il est aujourd’hui possible d’identifier avec précision les pigments employés par les peintres. Par exemple, le rouge ici utilisé est du cinabre, un pigment précieux mentionné par les fameux Pline et Vitruve et connu pour être une des couleurs les plus chères de l’Antiquité, directement importé d’Espagne. Étudier le pigment nous renseigne donc sur le statut social des personnes qui ont commandité ces peintures, qui pouvaient se permettre des couleurs de luxe, mais cela nous aide aussi à reconstruire les réseaux du commerce de pigments à l’époque romaine.

Voilà comment un simple petit fragment s’avère, paradoxalement, plus précieux que la paroi entière. Ceci, bien sûr, à condition de savoir la lire.

Paolo Tomassini, membre de troisième année

Suivez mon regard : Des peintures antiques en morceaux, quel intérêt ?

Une vidéo produite par l’École française de Rome avec Paolo Tomassini archéologue et membre de l’École française de Rome
Conception et réalisation : Maxime Rovere
Caméraman : Filippo Bonifazi
Montage et graphisme : Sébastien Carriau
Avril 2022

Crédits des images : Pompéi, Domus del Criptoportico © Parco archeologico di Pompei, foto Pierpaolo Metelli ; Peintures murales du Macchiozzo de Villa Adriana, en cours d’étude par le projet APAHA-Tibur de Columbia University de New York et Sapienza Università di Roma, dir. F. de Angelis et M. Maiuro ; Modélisation 3D : Paolo Tomassini ; Sulfure de mercure (cinabre) à l’état brut. Staatliches Museum für Naturkunde Karlsruhe, photo H. Zell (CC BY-SA 3.0) ; Stèle de Sens, dessin de J.-P. Adam. Original en calcaire. IIe siècle ap. J.-C. © Musée municipal de Sens

Remerciements : Ministero della Cultura : Andrea Bruciati, Benedetta Adembri, Micaela Angle, Sergio del Ferro – Istituto Villa Adriana Villa D’Este Responsables de la fouille du Macchiozzo de Villa Adriana : Francesco de Angelis – Columbia University in the City of New York Marco Maiuro – Sapienza Università di Roma

Co-responsables de l’étude des peintures : Stella Falzone – Österreichische Akademie der Wissenschaften ; Mathilde Carrive – Université de Poitiers – Herma ; Florence Monier – École normale supérieure – AOROC ; Paolo Tomassini – École française de Rome

Retrouvez la série vidéo “Suivez mon regard” 2022


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search