Entretien avec Aurélien Girard, chercheur résident à l’École française de Rome

Vue de la place Saint-Pierre depuis les archives de la congrégation de Propaganda Fide @Aurélien Girard 2021

Aurélien Girard est maître de conférences en histoire à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (CERHiC), en délégation au CNRS (CéSor). Il a été chercheur résident à l’École française de Rome d’octobre à décembre 2021.

Sur quoi porte votre projet de recherche actuel en tant que chercheur résident ? 

Mon projet de recherche porte sur les congrégations monastiques orientales qui prirent leur essor au Mont-Liban au début du XVIIIe siècle au sein des Églises catholiques maronite et melkite (grec-catholique). Ces ordres religieux d’un genre nouveau, puisque jusqu’alors les monastères étaient tous autonomes, suscitent rapidement de nombreuses vocations et se taillent une place de choix dans ces Églises. Ils deviennent les fers de lance des catholicismes de rites orientaux, non seulement au Mont-Liban mais aussi dans les plaines syriennes où des missions volantes sont organisées pour toucher des populations que les missionnaires latins n’avaient parfois pu atteindre. En même temps, ces ordres sont au cœur des crises ecclésiales de ce siècle, se disputant les évêchés et le patriarcat, et subissant eux-mêmes des tensions entre les partis « alépin » et « libanais » jusqu’à des scissions.  

Monastère Saint-Antoine, Procure de l’Ordre maronite mariamite @Aurélien Girard 2021
Monastère Saint-Antoine, Procure de l’Ordre maronite mariamite, détail de la façade @Aurélien Girard 2021
Monastère Saint-Antoine, Procure de l’Ordre maronite mariamite, détail de la façade @Aurélien Girard 2021

En quoi votre présence à l’EFR vous a-t-elle permis de développer votre terrain de recherche ?  

Au cours des dernières années, je suis venu à Rome régulièrement pour des séjours de brève durée, de quelques jours à deux semaines, à l’organisation contrainte par les règles sanitaires sur les circulations européennes, les jauges et donc les réservations en archives. Ces séjours se concentraient sur des dépouillements de séries bien repérées et aisément accessibles, dans un souci de ne pas perdre de temps. Une résidence de trois mois permet une autre gestion du temps de la mission à Rome. L’excellent accueil prodigué par l’École française de Rome m’a permis de resserrer les liens avec cette institution qui m’avait accueillie comme membre scientifique entre 2009 et 2012. Ce fut d’abord l’occasion d’échanger avec le personnel scientifique, en particulier avec les chercheurs et les chercheuses de la section d’histoire moderne et contemporaine. La bibliothèque est un cadre de travail exceptionnel. Ce genre de bibliothèque dédiée spécifiquement à la recherche manque, à mon avis, dans le paysage académique français. L’accès direct à la plus large partie des collections, ordonnées thématiquement, permet de mettre à jour la connaissance de la bibliographie. Évidemment, et c’est l’une des vocations de l’École, la bibliothèque offre l’accès à la très riche historiographie italienne. Les trois tables qui exposent chaque lundi les publications nouvellement arrivées au Farnèse constituent un emplacement stratégique, non seulement pour en prendre connaissance, mais aussi pour échanger avec les collègues de passage sur l’actualité de notre discipline. C’est d’ailleurs toujours un plaisir de retrouver au Palais des collègues italiens, fidèles lecteurs depuis longtemps.

            Mais l’École a son deuxième pied au 62 de la Place Navone, où se déroulent les rencontres scientifiques. J’ai ainsi pu assister aux journées organisées dans le cadre de plusieurs programmes. Et j’ai participé à la dernière rencontre du programme « Babel Rome » sur les « Horizons orientaux des savoirs romains sur la nature du monde » (org. Elisa Andretta, Michela Bussoti et Antonella Romano) en délivrant une communication de synthèse sur « Les horizons maronites de la science romaine au XVIe siècle », fruit de mes recherches récentes, aussi menées au cours de cette résidence.

Quels sont les dépôts d’archives que vous avez privilégiés au cours de ces mois de résidence ?

Dans toutes les bibliothèques et tous les dépôts d’archives que j’ai fréquentés au cours de ce séjour, j’ai reçu un excellent accueil des responsables et du personnel, qui ont facilité mes recherches et ont souvent été d’excellents interlocuteurs. J’ai consacré beaucoup de temps aux archives de la congrégation de Propaganda Fide. J’ai en particulier exploré plusieurs crises ecclésiales du XVIIIe siècle, car la congrégation a été destinataire de la correspondance de tous les partis, qui espéraient obtenir un arbitrage favorable du Saint-Siège. À vrai dire, j’ai commencé à souffrir d’une orgie de sources avec ces séries très abondantes pour ce siècle où la bureaucratie du dicastère fonctionne parfaitement, si bien que je redoutais de ne pouvoir démêler certaines affaires.

Accès aux archives de la congrégation de Propaganda Fide, Université Urbaniana @Aurélien Girard 2021

Ce séjour de longue durée m’a offert l’opportunité de renouer avec la fréquentation des Archives apostoliques du Vatican. Deux fonds ont principalement retenu mon attention : la série « Missioni » originaire des archives de la Propagande et la série « Nunziatura in Libano », postérieure à ma période, mais qui offre un regard rétrospectif utile. À la Bibliothèque apostolique du Vatican, j’ai consulté des manuscrits arabes (Vatican arabe, Sbath, Borgia etc.) copiés par des moines des congrégations étudiées, mais aussi des manuscrits occidentaux qui témoignent des travaux dans les congrégations romaines.

À la Bibliothèque du Vatican, comme à la Bibliothèque du Pontificio Istituto Orientale, j’ai pu consulter la bibliographie spécialisée et parfois très rare.

Dans quelle mesure les échanges avec des spécialistes que vous avez pu rencontrer à Rome vous ont-ils permis d’enrichir votre réflexion ?

Ce séjour prolongé m’a permis de prendre le temps de discuter avec les chercheurs présents dans la Ville éternelle. Bien sûr il a d’abord été l’occasion de revoir les collègues italiens, mais aussi de rencontrer une nouvelle génération de jeunes chercheuses et chercheurs très actifs sur les questions méditerranéennes. Rome est aussi l’une des villes les plus internationales pour la recherche en histoire. Aux archives de la congrégation de la Propagande, le cadre très favorable aux rencontres permet d’échanger avec les spécialistes de l’histoire des missions. Dans le cortile du Vatican, à l’heure de la pause matinale, les échanges sont également agréables et fructueux pour les lecteurs des Archives comme de la Bibliothèque du Vatican. Par un heureux concours de circonstances, ma résidence s’est déroulée en même temps et, pour partie, dans les mêmes dépôts que celle de Mathieu Grenet, qui fut tout au long de séjour un excellent interlocuteur et compagnon de labeur dans les fonds. Sur les questions consulaires et sur le problème de la protection, nos échanges ont été extrêmement nourrissants pour moi.

Les dépouillements que vous avez réalisés ont-ils confirmé vos premières hypothèses ?

Les dépouillements ont confirmé mon intérêt pour l’écriture des règles et des constitutions dont les fonds romains permettent de suivre pas à pas l’élaboration. Il s’agit de comprendre quelles sont les attentes des fondateurs envers ce nouveau régime normatif et quelles sont les exigences des autorités romaines. Comment imposer des normes catholiques et soutenir une identité orientale ? Les sources consultées m’ont également conduit à accorder une plus grande attention aux mobilités monastiques : les moines se rendent en Europe catholique pour quêter de l’argent. Or au XVIIIe siècle ils sont de moins en moins bien accueillis. Les sources de la Propagande permettent de suivre certains parcours. Surtout j’ai mieux perçu l’importance des procures, ces établissements que les ordres veulent installer à Rome pour former des moines, faciliter la circulation de l’argent des quêtes et peser sur le gouvernement romain pour obtenir des arbitrages en faveur de leurs ordres.



Propos recueillis par Lana Martysheva, membre de première année de l’École française de Rome, Section Moderne et Contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search