Souvenirs de l’École française de Rome (1960-1970). Témoignage de François-Charles Uginet

Portrait de François-Charles Uginet, 2022 © EFR / Nicolas Minvielle Larousse

Le parcours de François-Charles Uginet, archiviste paléographe, est étroitement lié à l’histoire de l’École française de Rome. En 1967, tout juste diplômé de l’École des chartes, ce jeune chercheur d’origine savoyarde devient membre de l’EFR, avant d’être quelques années plus tard le premier titulaire du poste de directeur du service des publications nouvellement créé. Spécialiste de la Maison de Savoie et de l’organisation administrative et bureaucratique de la papauté au Moyen Âge tardif mais aussi de l’histoire du palais Farnèse, François-Charles Uginet est l’auteur d’ouvrages et d’articles en langues française et italienne, ainsi que de nombreuses notices du Dizionario biografico degli Italiani. Membre de plusieurs associations scientifiques et culturelles romaines dont la Società romana di storia patria et le Gruppo dei Romanisti, il participe activement à la vie culturelle de Rome, où il habite et travaille encore aujourd’hui.

Le témoignage de cet ancien membre de l’EFR nous transporte dans la Rome scientifique et académique des années 1960-1970. Le lecteur peut ainsi parcourir les lieux et les institutions de Rome avec celles et ceux qui les fréquentaient alors.  

Avant d’exhumer quelques souvenirs personnels plus d’un demi-siècle après mon arrivée à Rome, il est difficile de ne pas citer les lignes écrites par Georges Vallet en 1993 (…) au sujet des membres de l’École française de Rome recrutés selon le système méritocratique auquel mit un terme la réforme des statuts en 1974 : « Un petit rassemblement de prétendus sujets d’élite arrivant fiers de leur prétendue science ». L’observation, peu généreuse, prenait à l’évidence le contrepied de ce que l’ambassadeur André François-Poncet écrivait en 1961 en se remémorant les membres qu’il connut lors de son séjour au palais Farnèse à la veille de la seconde Guerre mondiale : « … une demi-douzaine de pensionnaires, que l’on a tort d’appeler élèves, alors qu’ils ne sont là que parce qu’ils sont déjà des maîtres ». (…)

François-Charles Uginet, mars 2022
> Lire l’entretien intégral

Propos recueillis par Élodie Oriol, membre de la section moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search