« Gouverner les îles » : un programme de recherche interdisciplinaire pour comprendre les sociétés insulaires en Méditerranée, du XVIe à nos jours

Entretien avec Mathieu Grenet (maître de conférences en histoire moderne à l’INU Champollion d’Albi / Framespa UMR5136 / IUF) et Hugo Vermeren (chercheur associé au TELEMMe UMR7303 / Fellow de l’IC-Migrations)

Partie de Santorin. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE DD-2987 (6282)

Comment naît le programme GOUVILES et quelles sont ses principales ambitions ?

Le programme GOUVILES est né de la volonté de renouveler les recherches sur les espaces insulaires de Méditerranée en associant des historiens et historiennes spécialistes d’aires géographiques et de périodes différentes, avec des chercheur.e.s d’autres disciplines des sciences sociales et des sciences de la mer. L’un des enjeux de notre enquête collective est d’examiner la question du gouvernement des milieux insulaires en s’appuyant à la fois sur des approches renouvelées de l’histoire des institutions, de l’histoire économique et de l’histoire sociale, et en y intégrant les apports récents de l’histoire environnementale et de l’histoire maritime. En d’autres termes, le programme vise à saisir la manière dont ce que nous appelons le « gouvernement des îles » – c’est-à-dire l’administration de leur territoire, de leurs populations et de leurs ressources – s’ancre depuis l’époque moderne dans des formes spécifiques de connaissances et de compétences. Trois objets transversaux et connexes servent d’axes de recherche communs aux membres du programme : les territoires, les ressources et les savoirs insulaires. Par exemple, la première journée d’étude, qui aura lieu dans le courant de l’année 2023 à l’Université de Palerme, permettra d’appréhender les milieux insulaires à travers la diversité de leurs richesses naturelles. Nous chercherons à confronter les formes de gouvernance et les modes d’exploitation des ressources insulaires sur la longue durée, en ciblant notamment la circulation des pratiques et des savoirs.

Quel est le périmètre du programme en termes de terrains d’enquête, périodes et approches disciplinaires ?

Le programme réunit une équipe de onze historiens et historiennes chargée d’effectuer des missions d’archives sur plusieurs cas représentatifs de l’ensemble du bassin méditerranéen : la Méditerranée occidentale, l’Adriatique et les côtes balkaniques, la mer Tyrrhénienne, la mer Égée et les côtes maghrébines. Chacun.e accomplira au cours de la durée du programme des missions de recherche dans un ou plusieurs centres d’archives (à Venise, Cagliari, Marseille, Palerme, Dubrovnik, Alger, Madrid, Athènes ou encore Istanbul), et présentera l’avancement de son enquête lors des réunions e travail et de séminaire. Une fois définis ensemble les grands questionnaires communs à l’équipe, l’idée est de laisser à ses membres une certaine latitude dans la définition de leurs terrains et de leurs objets, afin de permettre aux convergences et aux échanges de se dessiner spontanément, au fil des différents cheminements scientifiques. Afin de garantir la cohérence du projet, nous avons également choisi d’en confier l’encadrement à un comité référent composé d’historien.ne.s, de géographes et de politistes basé.e.s en Europe, au Maghreb et aussi en Amérique du Sud.

Quelle est la place du dialogue interdisciplinaire dans votre démarche ?

La dimension interdisciplinaire du programme GOUVILES est essentielle. Elle se matérialise par la composition du comité référent et par les activités que nous organiserons dans les cinq prochaines années. Le séminaire annuel qui se tiendra, en format hybride, à l’Université fédérale de Toulouse, avec des séances délocalisées à Dubrovnik, Ljubljana, Oran, Madrid, Barcelone et Padoue, constituera un espace privilégié de ce dialogue interdisciplinaire. Les séances programmées pour 2022 accueilleront par exemple des archéologues, des géographes, des historien.ne.s et des politistes autour de thématiques diverses telles que l’archéologie des espaces insulaires (Vannina Marchi Van Cauwelaert, Sandra Monton Subias), la fabrique des frontières (Marie Bassi, Camille Schmoll), l’exploitation des ressources naturelles (Pauline Guéna, Fabian Kümmeler), ou encore la dimension impériale des espaces insulaires (Jean-Marc Besse, François Godicheau). Nous en profitons d’ailleurs pour signaler que la participation à ce séminaire est libre et que si nous l’envisageons comme le « fil rouge » d’une enquête au long cours, il est également tout à fait possible d’assister à une ou plusieurs séance(s) en fonction de ses propres centres d’intérêt ou de sa curiosité.

Quelles sont les institutions impliquées dans le programme, et pourquoi un partenariat avec l’École française de Rome ?

Institution motrice depuis plusieurs décennies de l’histoire de la Méditerranée et plus largement des sciences humaines en Méditerranée, l’École française de Rome constitue de fait un lieu d’accueil privilégié pour notre programme. Dans le cadre de son nouveau plan quinquennal (2022-2026), l’École française de Rome a affiché son ambition de s’inscrire dans les nouvelles dynamiques de la recherche sur l’histoire des mers et des océans. Notre programme bénéficie également du soutien logistique et financier de plusieurs institutions de recherche en France et à l’étranger : c’est le cas de l’UMR 5136 Framespa, à Toulouse, du Labex « Structuration des Mondes Sociaux » ou encore de l’Università degli studi di Palermo, mais également de l’École française d’Athènes et de la Casa de Velázquez. Dans ces deux derniers cas, notre souhait de porter des initiatives partagées, que ce soit en termes d’organisation de manifestations scientifiques ou dans le domaine de la formation doctorale, s’est trouvé encouragé par l’attribution du label du Réseau des Écoles françaises à l’Étranger (ResEFE).

Vous allez bientôt organiser une école doctorale sur les pratiques d’enquête en terrain insulaire et maritimes. Quels sont les défis méthodologiques propres à ces terrains ?

L’un des enjeux du programme GOUVILES – et cela rejoint aussi une des fonctions essentielles de l’École française de Rome – est de former les étudiant.e.s à la recherche et au dialogue interdisciplinaire. Nous avons souhaité organiser dans ce but deux ateliers doctoraux : le premier se tiendra à l’École française de Rome au mois de novembre 2022, et le second à l’École française d’Athènes en 2024. L’atelier romain réunira pendant une semaine des étudiant.e.s et des chercheur.e.s de diverses disciplines pour échanger sur leurs expériences de terrain. L’objectif est d’offrir aux étudiant.e.s une palette d’outils et de méthodes pour appréhender les milieux insulaires et maritimes dans toute leur diversité. Travailler sur ces espaces implique également de relever certains défis en termes de mobilité et d’accès à la documentation, en raison notamment de l’éclatement des archives, les territoires insulaires étant par exemple bien souvent dépendants de centres de pouvoir situés sur les continents.

Pourquoi est-il important, aujourd’hui, de revenir sur l’histoire des îles méditerranéennes et quelle est la contribution que votre programme peut apporter à la compréhension de leur présent ?

Nos recherches vont mettre en perspective les imaginaires contemporains des îles, et questionner la dialectique entre cohérence et diversité des expériences historiques de l’insularité. Les îles paraissent a priori se ressembler, si bien que la tentation a souvent pu être grande de lire leur histoire à l’aune d’un certain déterminisme spatial, mais également politique et social. À l’inverse, nous nous employons à réfléchir depuis le constat de la diversité de leurs trajectoires, de leurs sociétés et de leurs écosystèmes respectifs et pointons la manière dont des images hyper-typées aplatissent des configurations historiques, sociales et même écologiques souvent très différentes les unes des autres. Le programme dialogue ouvertement avec le temps présent : le 23 novembre prochain, Marie Bassi et Camille Scholl animeront ainsi une séance du séminaire consacrée à la place des îles dans les régimes de frontière, à la lumière notamment des enquêtes qu’elles ont menées à Lampedusa, en Sicile et à Malte. Plus largement, les environnements marins sont au cœur des enjeux géopolitiques actuels. Ils alimentent le renouvellement de la recherche scientifique depuis plusieurs années, et le grand public s’y intéresse également. L’équipe de GOUVILES est d’ailleurs très attachée à la diffusion large de la recherche scientifique : nous participerons notamment à la prochaine édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois (5-9 octobre 2022), consacrée précisément au thème de « La mer ». Aussi, nous aurons le plaisir d’organiser une présentation publique du programme GOUVILES le 25 février prochain après-midi à l’Istituto Storico Italiano per l’età moderna e contemporanea de Rome : l’entrée sera libre et gratuite, et seront présentés, en italien, plusieurs travaux de collègues français.es et italien.ne.s portant sur la valorisation des patrimoines des petites îles et sur le gouvernement des territoires insulaires.

Propos recueillis par Daniela Trucco, membre de deuxième année de la section Epoques moderne et contemporaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search