Entretien avec Manuella Affejee, journaliste à Storia Voce

Manuella Affejee est journaliste pour les médias du Saint-Siège depuis une dizaine d’années et correspondante en Italie pour la web radio Storia Voce. Elle prépare actuellement un doctorat en histoire contemporaine sur le sujet « Le Saint-Siège et la question des Lieux saints de Jérusalem (1948-1974) », sous la direction de Jacques-Olivier Boudon (Sorbonne Université).

Basilique de Saint Paul-hors-les-murs, 2018 @ MA

Depuis quand travaillez-vous pour Radio Vatican et pour Storia Voce ? En quoi consiste votre travail ?   

J’ai intégré la rédaction francophone de Radio Vatican en 2011, d’abord comme stagiaire, puis comme pigiste et enfin comme journaliste à plein temps. Je suis en charge de la présentation en direct de journaux, de la réalisation d’entretiens et de reportages de terrain ainsi que de la rédaction d’articles destinés au site internet.

Cette radio, qui représente quelque chose d’unique dans le panorama médiatique, traite en priorité de l’actualité vaticane – elle fut créée et conçue comme « la voix du Pape et du Saint-Siège en dialogue avec le monde » et ce fut d’ailleurs sa devise –, mais aussi internationale. Nous nous intéressons aux questions religieuses, géopolitiques, économiques, sociales, scientifiques et culturelles, suivant la ligne diplomatique du Siège apostolique, et sommes attentifs aux réalités oubliées ou peu relayées par les autres médias. Notre champ d’action est donc très ample.  

Et c’est en 2021 que j’ai rejoint la belle équipe de Storia Voce, qui, quant à elle, agit sur un terrain plus spécialisé : l’histoire. Correspondante dans la péninsule, j’ai pour mission d’y interroger des historiens francophones, italiens ou français et, ainsi, de faire connaitre leurs travaux et domaines d’étude au public, fidèle et exigeant, de Storia Voce.

Manuella Affejee et Xavier Sartre présentent un journal en direct à Radio Vatican, Rome/Vatican, novembre 2021 @ MA

Vous dialoguez fréquemment avec des chercheurs dont la carrière est plus ou moins avancée. Comment préparez-vous vos entretiens ? 

Plusieurs cas de figure peuvent se présenter. Il s’agit par exemple d’interroger un spécialiste au sujet de travaux qu’il a publiés récemment – et que j’aurais lus au préalable. Cela a été le cas pour l’émission préparée avec Catherine Virlouvet, ancienne directrice de l’EFR, à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage, co-écrit avec Stéphane Bourdin, Rome, naissance d’un Empire : de Romulus à Pompée (753 – 70 avant J.-C.) dans la collection Mondes anciens de Belin.

Je peux également choisir de mettre en valeur les travaux de jeunes chercheurs sur le point d’être publiés, comme ceux d’Élodie Oriol, membre de l’EFR. Cela dépend du thème abordé et de son originalité. Dans ce cas précis, le thème étant l’histoire de la musique au XVIIIe siècle à Rome, il m’a fallu entreprendre quelques recherches, me familiariser un minimum avec ce sujet, dont j’ignorais tout, par le biais de lectures. 

Enfin, je trouve intéressant de parler des lieux qui font l’histoire : sites, édifices ou monuments spécifiques. J’ai ainsi pu interroger l’archéologue Paolo Tomassini membre de l’EFR qui étudie le site d’Ostie. Là aussi, de nombreuses lectures ont été nécessaires. Je veille également à prévoir des temps d’échanges avec les chercheurs, en amont de l’entretien, de façon à construire ensemble la conversation, pour qu’elle soit la plus fluide et la plus enrichissante possible.

À Storia Voce, nous avons une vraie liberté en termes de durée, et c’est très appréciable. En 25, 30, 40 voire 50 minutes, nous avons tout le loisir avec le chercheur d’entrer dans son sujet de manière assez précise. Le but est que chaque auditeur y trouve son compte : le néophyte qui découvre totalement le thème, le passionné qui le connait déjà et veut l’approfondir, le professeur qui veut s’en servir pour construire un cours, etc.


Votre formation en histoire vous est-elle utile pour conduire ses entretiens ? 

Je dirais qu’elle m’aide beaucoup. J’avance en terrain « connu », en quelque sorte. Le journaliste et l’interviewé parlent le même langage et, ainsi, la discussion scientifique se fait – presque ! – sur un pied d’égalité.

Et puis, étant moi-même doctorante, j’ai toujours plaisir à écouter les autres chercheurs, à suivre leur cheminement intellectuel, à explorer leur méthodologie, à saisir les écueils qui se présentent à eux, qui font du reste écho aux miens. Il m’est ainsi arrivé, grâce à des entretiens, de rectifier l’approche de mon sujet, d’entrevoir de nouveaux angles possibles, ou d’optimiser mes recherches, notamment dans les fonds d’archives.

Je dirais enfin que ma formation d’historienne m’est utile au-delà des entretiens spécifiques que j’ai à conduire pour Storia Voce. Elle habite mon travail de journaliste au quotidien, quels que soient les sujets traités. Car après tout, les deux démarches sont similaires : rapporter et reconstituer les faits en se basant sur des sources vérifiées et recoupées, donner des clés d’interprétation et de compréhension de ces mêmes faits, à l’aune d’un contexte précis sur lequel on ne peut faire l’impasse, avec honnêteté et sans jugement. En réalité, je conçois chaque sujet que je dois traiter comme une enquête, une Historia en somme.

Photo prise à l’occasion d’un séjour de recherche à Jérusalem en novembre 2019, Vue sur le mur occidental et le dôme du Rocher @ MA

Exercer la profession de journaliste à Rome vous paraît-il spécifique ? 

Oui, je le crois. Bien sûr, Rome est un haut-lieu d’histoire et de culture, l’une des capitales européennes les plus visitées, un point de convergence, d’une certaine manière. Tout cela représente une riche matière à la fois pour le journaliste, qui ne peut donc que s’y épanouir, mais aussi pour l’historien ! La Ville éternelle fourmille d’universités, de centres culturels et de recherche. De nombreux chercheurs et spécialistes de renom y habitent ou transitent lors de conférences et de colloques. Ce sont autant d’opportunités de rencontres et d’échanges variés et inspirants.

Mais je pense fondamentalement que l’unicité de la Ville éternelle tient dans la présence du Vatican et du Pape. C’est ici que se trouve le siège du gouvernement de cette institution bimillénaire qu’est l’Église catholique ; c’est ici que réside le « Successeur de Pierre », le chef spirituel de plus d’un milliard de croyants, autorité morale reconnue et respectée. Cela implique tellement de choses ! Évoluer dans ce monde complexe, essayer d’en comprendre les dynamiques, d’en décrypter les enjeux et de les rendre intelligibles pour le public est un défi passionnant. Je le vis tous les jours, mais l’ai ressenti de manière toute particulière en 2013, lors de la renonciation historique de Benoît XVI et de l’élection du Pape François. Ce fut, à bien des égards, une expérience fondatrice que seul un journaliste ayant vécu et travaillé à Rome peut connaître.

Musées du Vatican, Cortile della Pigna, 2020 @ MA


Propos recueillis par Élodie Oriol, membre de troisième année, section des époques moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search