Entretien avec Mathieu Grenet, chercheur résident à l’École française de Rome

Mathieu Grenet, maître de conférences en histoire moderne à l’INU Champollion d’Albi, a été chercheur résident à l’École française de Rome d’octobre à décembre 2021.

Photo prise en 2020

Mathieu Grenet est maître de conférences en histoire moderne à l’INU Champollion d’Albi, chercheur au sein de l’UMR 5136 Framespa (Thématique 1, « Logiques d’Empire ») et membre junior de l’Institut Universitaire de France (2019-2024). Depuis 2016, il dirige la rédaction de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire. Il est l’auteur de La Fabrique communautaire : les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840 (Rome et Athènes, 2016), ainsi que de plusieurs articles sur les mobilités internationales, les contacts interculturels et les constructions identitaires à l’époque moderne. Il s’intéresse notamment aux réseaux consulaires en Méditerranée moderne, au sujet desquels il a récemment coordonné plusieurs volumes collectifs : De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen, XVIIe-XIXe siècles ([dir. avec Arnaud Bartolomei, Guillaume Calafat et Jörg Ulbert] Rome et Madrid, 2018), Consoli e consolati italiani dagli Stati preunitari al fascismo, 1802-1945 ([dir. avec Marcella Aglietti et Fabrice Jesné] Rome, 2020), et La maison consulaire : espaces, fonctions et usagers, XVIe-XXIe siècle (Aix-en-Provence, 2021).


Ma mobilité à Rome s’inscrit dans le cadre d’un projet d’habilitation à diriger des recherches consacré à une étude comparée des réseaux consulaires français, vénitien, génois et pontifical en Méditerranée aux XVIIe et XVIIIe siècle. En travaillant depuis une perspective d’histoire sociale et en dialogue avec la sociologie politique et la science politique, je cherche à comprendre pourquoi et comment certaines puissances européennes de l’époque moderne choisissent de confier la protection de leurs intérêts – notamment commerciaux – à des individus qui soit ne sont pas sujets du pays qu’ils représentent, soit ne travaillent pas exclusivement pour une seule puissance et cumulent les représentations consulaires. La chronologie retenue est souvent caractérisée par l’affirmation de l’État souverain sur le principe du système qualifié de « westphalien », laquelle s’opère au prix d’une triple dynamique d’affirmation de l’autorité souveraine, de rationalisation de l’appareil d’État et de fonctionnarisation de ses agents, qui caractérisent la plupart des puissances européennes à partir de la seconde modernité. J’ai pour ma part choisi l’observatoire consulaire pour explorer ce que, entre époque moderne et contemporaine, signifient concrètement l’État souverain et la nation pour des acteurs à la fois individuels et institutionnels, dans le contexte d’une définition du cadre normatif au sein duquel agissent ces acteurs d’un genre nouveau que sont les consuls.

Nota de consoli pontifici nè porti del Regno di Napoli non compresi quella della Sicilia, s.d. (v. 1781) ; ASRoma, Camerale II, b. 2, fasc. 16 @ M. Grenet


J’ai eu la chance d’être accueilli au sein de l’École française de Rome dans le cadre du dispositif de « Soutien à la Mobilité Internationale » de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS (InSHS). Une résidence de trois mois m’a été accordée, que j’ai pu compléter par un quatrième mois avec ma dotation de recherche de l’Institut universitaire de France, afin de passer l’équivalent d’un semestre entier à Rome, de la fin du mois d’août aux derniers jours du mois de décembre 2021. Ma demande d’accueil en tant que chercheur résident auprès de l’École française de Rome se fondait sur la nécessité de mener un véritable travail de fond au sein de plusieurs dépôts d’archives romains, afin de poursuivre deux directions de recherche principales.

La première visait à reconstruire la cartographie et le fonctionnement du réseau consulaire pontifical au XVIIIe siècle, sur la base d’une documentation conservée aux Archives apostoliques du Vatican et à l’Archivio di Stato di Roma. Cette double localisation reflète peu ou prou une division entre deux institutions clés de l’État pontifical à l’époque moderne, en l’occurrence la Secrétairerie d’État, sorte de « ministère des Affaires étrangères » du Saint-Siège, et la Chambre apostolique, un organe central du gouvernement temporel sous la supervision duquel sont placés les consuls pontificaux. Déjà très mal connue pour le XIXe siècle, l’histoire de ces consulats n’avait (du moins à ma connaissance) fait l’objet d’aucune étude pour la période antérieure. Mon premier travail m’a donc conduit à m’intéresser à l’archéologie d’un maillage dont j’ai ensuite tenté de retracer l’extension progressive : les premières mentions que j’ai pu relever évoquent un consulat pontifical à Naples dès 1714, tandis qu’on trouve une vingtaine de postes vers 1750 (exclusivement dans la péninsule italienne, de la Ligurie à la Sicile), puis 35 en 1792 (avec notamment l’ouverture de postes dans le sud de la France et sur le littoral espagnol). Sur l’ensemble du siècle, le Saint-Siège implante donc un nombre croissant d’agents sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, à l’exception des terres d’islam (Empire ottoman et « régences » maghrébines) avec lesquelles il refuse d’entretenir des relations officielles. Au fil de mon travail, il m’est pourtant apparu que le récit du déploiement de ce réseau consulaire était loin d’être linéaire : aux nombreuses fermetures et autres relocalisations de postes s’ajoute ainsi l’âpre concurrence que se livrent le Camerlingue et le Secrétaire d’État autour de la nomination des consuls, laquelle offre un aperçu de choix sur les jeux de pouvoir et d’influence qui opposent différents organes du gouvernement pontifical. L’originalité de cette perspective a d’ailleurs suscité l’intérêt de collègues italiens, avec lesquels j’ai pu intensifier ma collaboration au cours de mon séjour à Rome : Ilaria Fiumi Sermattei et Roberto Regoli (Pontificia Università Gregoriana) m’ont ainsi confié la rédaction d’un article sur « La rete consolare pontificia negli anni 1820 », à paraître dans un volume collectif consacré aux États pontificaux sous le pontificat de Léon XII (1823-1829). Si cette commande m’amène à envisager une période légèrement postérieure à celle qui se trouve au cœur de mon enquête en cours, elle m’offre également l’occasion de réfléchir à la périodisation de phénomènes irréductibles aux séquençages chronologiques traditionnels : si la Révolution française comme la séquence napoléonienne ont de lourdes conséquences sur le gouvernement temporel de l’Église, la réorganisation de la secrétairerie d’État en 1816 comme les inflexions de la politique étrangère du Saint-Siège dans les années 1820 constituent ainsi des bornes au moins aussi importantes du point de vue de l’évolution du réseau consulaire pontifical.

Modèle de pavillon pontifical (1823) ; ASRoma, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47 @ M. Grenet

La seconde direction de recherche que j’ai poursuivie dans les archives romaines touchait au rôle des consuls européens dans la protection des missions catholiques en Méditerranée orientale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ce volet m’a conduit à travailler essentiellement sur les fonds de l’Archivio storico di Propaganda Fide, lesquels permettent de documenter une activité missionnaire catholique qui dialogue souvent avec les réseaux consulaires européens présents localement. Avec l’aide d’un autre chercheur résident ce semestre auprès de l’École française de Rome, mon collègue et ami Aurélien Girard (Université de Reims), j’ai ainsi pu reconstituer certains temps forts de la longue concurrence que se livrent Français, Vénitiens et Hollandais non seulement pour protéger les missions catholiques dans « l’Archipel » (les Cyclades), en Égypte et au Liban, mais également pour favoriser certains ordres religieux jugés plus favorables à leurs intérêts « nationaux » (par exemple les Capucins dans le cas français). Une partie de cette enquête viendra alimenter un développement de mon travail consacré à la mobilisation par les consuls des enjeux confessionnels dans la négociation de la souveraineté de la « nation » qu’ils représentent. Une autre partie de l’abondant matériau ainsi rassemblé a vocation à être présentée à l’occasion des journées d’étude sur « La chapelle consulaire (XVIe-premier XIXe siècle) » que je co-organiserai aux Archives Nationales, à Paris, les 11 et 12 mars 2022.

Patente d’un consul pontifical à Fiumefreddo (Sicile) en 1719 ; ASRoma, Camerale I, Diversorum del Camerlengo, 621, f. 91v @ M. Grenet

Enfin, j’ai pu profiter de ma présence en Italie pour effectuer un séjour de recherche de quatre jours à l’Archivio di Stato de Gênes. L’objectif était ainsi de me familiariser avec un matériau sur lequel je n’avais jusqu’à présent jamais eu l’occasion de travailler, et notamment les séries de l’Archivio Segreto ainsi que les intimidants fonds « Consoli » de la Giunta di Marina. Car si Gênes est bien l’un des tout premiers – voire le premier – États européens à se doter de consulats dès le XIIIe siècle, cette institution se trouve complètement refondée au cours de la seconde modernité, soit à une époque où l’influence de l’ancienne « Superba » est en net recul et la contraint à nouer des alliances avec d’autres puissances européennes. Les consulats génois constituent dès lors un observatoire de choix pour mon étude, puisqu’il n’est pas rare de voir leurs titulaires être recrutés parmi les ressortissants d’autres « nations » et/ou investis de la défense d’autres intérêts que ceux des marchands génois.

Lettre du gouvernement génois au sultan ottoman, 11 juin 1666 ; ASGenova, Archivio Segreto, 1920, f. 13v @ M. Grenet

Sur chacun des objectifs que je m’étais fixés, c’est peu de dire que ma résidence auprès de l’École française de Rome aura été bénéfique ! Non seulement elle m’a permis de me familiariser avec une documentation, des collections et des logiques de conservation dont je n’étais jusqu’ici pas familier, mais – luxe suprême ! – elle m’a permis de me former dans la durée. Pour la première fois depuis ma thèse, j’ai ainsi pu disposer de temps dans mon travail aux archives comme parmi les riches collections de la bibliothèque de l’École française de Rome, au palais Farnèse : le temps d’explorer de nombreuses pistes très différentes, bien sûr, mais aussi celui de se tromper et d’apprendre de ses erreurs. Au risque de paraître trivial, et au-delà de la qualité intrinsèque du matériau documentaire que j’ai pu rassembler, ce sont sûrement ces retrouvailles avec une temporalité de la recherche plus en phase avec mes besoins qui m’ont le plus marqué. L’éloge de la lenteur n’est pas celui de la paresse : prendre le temps de lire des volumes documentaires importants sans craindre d’être débordé par l’urgence, c’est aussi prendre le temps de mieux les lire, d’en tirer plus de choses et de prolonger ses questionnements bien au-delà de ce que nous permet les rythmes contraints des « missions courtes » aux archives ou ailleurs.


De manière non moins importante, ce séjour à Rome m’a également permis de mettre en place de nouvelles collaborations et de participer à des manifestations scientifiques en Italie. J’ai déjà évoqué plus haut le travail consacré au réseau consulaire pontifical dans les années 1820 et mené en lien avec une équipe de collègues romains ; je me contenterai donc de ne mentionner ici que deux autres de ces collaborations. La première concerne les nombreuses manifestations organisées dans le cadre du bicentenaire du commencement de la Révolution grecque, sur laquelle j’ai travaillé depuis mon doctorat jusqu’à très récemment : outre une communication au colloque international La comunità greca di Livorno : interessi economici, religiosità e sentimento nazionale, organisé à Livourne par des collègues de l’Université de Pise les 7 et 8 octobre 2021, je suis également intervenu à deux reprises dans le cadre du colloque international Il filellenismo italiano e la Rivoluzione greca del 1821, organisé par la chaire de Langue et littérature grecques modernes de l’Université de Rome « La Sapienza » du 9 au 11 novembre dernier. Enfin, j’ai pu pleinement profiter de ma résidence auprès de l’École française de Rome pour travailler à la programmation des activités qui jalonneront la première année d’activité du programme scientifique « Gouverner les îles : territoires, ressources et savoirs des sociétés insulaires en Méditerranée, XVIe-XXIe siècle », que je coordonne avec mes collègues Valentina Favarò et Hugo Vermeren avec le soutien de l’École française de Rome, de l’UMR 5136 Framespa, du Labex « Structuration des Mondes Sociaux » et de l’École française d’Athènes.


Propos recueillis par Élodie Oriol, membre de troisième année de l’École française de Rome, Section Moderne et Contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search