Entretien avec Fabrice Virgili, chercheur résident à l’École française de Rome

Entretien avec Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS, auteur notamment de Les Françaises, les Français et l’Épuration, actuellement en résidence à l’École française de Rome jusqu’en janvier 2022.

Fabrice Virgili est directeur de recherche au CNRS au sein de l’UMR 8138-SIRICE (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe), dont il est le responsable de la thématique Genre & Europe. Ses travaux portent sur l’effet des guerres mondiales sur les relations entre hommes et femmes. Il est membre du comité de rédaction de la revue Clio, Femmes, Genre Histoire et des Cahiers SIRICE. Il participe également au conseil scientifique du GIS Institut du genre. Il a notamment publié :  Les Françaises, les Français et l’Épuration. De 1940 à nos jours, Gallimard, Folio (2018), et aux éditions Payot : La Garçonne et l’assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des années folles (2011) [La Garçonne e l’assassino, Viella, 2016] , Les Viols en temps de guerre (2011) [Rape in Wartime, Plagrave, 2012], Sexes, genre et guerres France 1914-1945 (2010), Naître ennemi. Les enfants nés de couples franco-allemands pendant la Seconde Guerre mondiale (2009) et La France “virile” des femmes tondues à la Libération (2000) [Shorn Women, Berg, 2002] 

Pouvez-vous nous présenter votre projet actuel en tant que chercheur résident ?

Connu pour mes travaux sur l’épuration et les sorties de guerre en France et en Europe, j’ai été invité à rejoindre en 2019, le projet Giustizia Straordinaria e Militare qui à l’initiative de l’Istoreto (Istituto piemontese per la storia della Resistenza e della società contemporanea) regroupe des collègues de différentes institutions de la péninsule. L’ouverture inédite de plusieurs fonds d’archives des tribunaux militaires (à commencer par les archives de Vérone, Turin, Bologne puis Rome et Naples) et l’accès aux dossiers personnels des magistrats militaires et au Consiglio della Magistratura Militare offrait un matériau nouveau et essentiel dans l’étude de la période de transition qu’a connue l’Italie au sortir de la Seconde Guerre mondiale. L’essentiel du Progetto Giustizia Straordinaria e Militare porte sur les juges, les jugements, les condamnés.

Ces archives m’attiraient parce qu’elles permettaient une recherche que le très difficile accès aux archives de la justice militaire française rendait impossible. Je pensais qu’il y avait là une possibilité de décaler le regard, d’oublier provisoirement le militaire pour rechercher ce que ces sources nous disent de la place des femmes dans leur lien avec une armée de l’arrière comme de l’occupation, soit rechercher des femmes dans des archives essentiellement masculines.

Ce prisme du genre avait-il été négligé par l’historiographie ?

Il existe de nombreux et importants travaux sur la place des femmes dans le Second conflit mondial depuis ceux d’Anna Bravo et Anna Maria Bruzzone (1995), de Dianella Gagliani (2000) ou encore Gabriella Gribaudi (2005) ; sans oublier les thèses, malheureusement non publiées, de Francesca Gori (2008) ou Concetta Maria Cuccia (2016), et navré de ne pouvoir tous les citer. La dimension de genre est donc déjà bien présente dans ces questionnements sur guerre et justice, par exemple dans l’ouvrage co-dirigé par Giovanni Focardi et Cecilia Nubola, Nei tribunali. Pratiche e protagonisti della giustizia di transizione nell’Italia repubblicana à propos des avocates dans les procès pour collaborationnisme (Francesca Tacchi) ou encore dans la thèse soutenue par Barbara de Luna sur « Les femmes de l’ennemi. Les procès pour collaboration pendant l’après-guerre. Une comparaison entre la France et l’Italie ». Pourtant, au-delà des éléments de comparaison que je pouvais apporter, j’ai été attiré progressivement par ces archives alors que l’Italie n’avait jusque-là jamais été mon terrain.

Pourquoi avoir choisi ce terrain italien et comment votre présence à l’EFR vous permet-elle de l’aborder ?

Contrairement à certaines de mes recherches antérieures (enfants nés de l’ennemi, neutralité suédoise, viols en temps de guerre, épuration à la fin de la Seconde Guerre mondiale) pour lesquelles les archives que je consultais à l’étranger (NARA à Washington, National Archives à Kew-London, Landesarchiv Berlin, Riksarkivet Stockholm, CICR à Genève,…) venaient compléter ou permettre une comparaison avec mes fonds principaux qui restaient français, cette nouvelle recherche porte d’abord sur les archives de la justice militaire italienne pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette plongée archivistique dans l’histoire italienne est une nouveauté pour moi. Bénéficier d’un séjour de trois mois à l’école française de Rome avec le soutien de mon institution, le CNRS, dans le cadre d’un dispositif de soutien à la mobilité internationale me permet d’aborder ce terrain inédit, d’être à côté des fonds d’archives et des bibliothèques spécialisées, d’améliorer mon italien, de rencontrer plus facilement mes collègues italiens. Sans cette possibilité j’aurais très probablement renoncé à un tel changement.

Site de l’Archivio Centrale dello Stato, Roma

Sur quelles archives vous appuyez-vous et avec quels questionnements ?

Contrairement à la France où les archives de la justice militaire pour la Seconde Guerre mondiale sont conservées par le ministère de la Défense au dépôt du Blanc (Indre), lieu mal desservi et où le nombre de places était extrêmement limité bien avant la pandémie, les archives italiennes sont bien plus accessibles. Je travaille en premier lieu à l’Archivio Centrale dello Stato (ACS) qui regroupe les Sentenze des tribunaux militaires de guerre qu’ils soient territoriaux et fixes ou d’armées et mobiles. Je dois souligner ici que l’accueil y a été exceptionnel et les conseils apportés dès le premier jour par l’archiviste responsable de ces fonds, Mme Silvia Trani, ont été extrêmement précieux pour m’aider à délimiter mon périmètre d’enquête. Ainsi après quelques sondages dans les Buste [cartons]concernant des territoires occupés tels le Monténégro, l’Albanie, Corfou, ou l’Éthiopie, où le contrôle et la répression des populations occupées occupent une place importante et a été l’objet de plusieurs travaux, je me suis progressivement orienté vers des tribunaux militaires d’armées présentes en Italie et en France occupée selon leur déplacement (4°, 5°, 6° Armées et 7° Corps d’armée) ainsi que le Tribunal militaire territorial de Sardaigne.

Ce choix me permet d’intégrer les relations de genre entre militaires et civils italiens ou français hors ou en occupation. Pour une raison similaire, j’ai préféré me concentrer sur l’Esercito Reale de la période 1940-Septembre 1943. En effet, d’une part la complexité de la situation militaire italienne après le 8 septembre[1] (Tribunaux militaires de la République de Salò, du Regno del Sud reconstitué auprès des alliés puis des formations issues de la Résistance, Corpo Italiano di Liberazione et Gruppi di combattimenti) rendait l’étude plus difficile, mais surtout la consultation de dossiers pour la période octobre 1943 – avril 1945, indiquait combien la priorité était alors de « tenir » ses troupes nouvellement constituées ou reconstituées : les cas de désertions occupant l’essentiel de l’activités des tribunaux alors en fonction.

Les Archivi di Stato sont également présents dans chaque province, soit une centaine au total, et contiennent le cas échéant les archives de tribunaux militaires ayant siégé sur place (Torino, Verona, Bologna). J’ai fait le choix pratique de ne pas étendre mon terrain à ces archives sur lesquelles travaillent d’ailleurs d’autres collègues. Pour l’instant ce sont essentiellement les Sentenze des Guidici Istruttori ou des Tribunali militari di guerra qui constituent ma source. Chaque affaire y est retranscrite en deux à huit pages, exceptionnellement plus, vingt-six pages dans un cas, mais sans accès direct à la parole des acteurs et actrices. D’où ma grande satisfaction d’avoir pu accéder, grâce à un important travail de classement et reconditionnement, aux Fascicoli processuali (dossiers de procédure) des 7e, 13e et 15e Corps d’armée. J’y trouve les dépositions des témoins, des rapports de moralité et expertises, des courriers d’accusés et bien d’autres documents encore. Des archives particulièrement riches que je n’aurais pas forcément le temps de dépouiller intégralement, mais qui sont désormais ouvertes à la recherche.

Avez-vous dû demander des dérogations pour pouvoir accéder aux archives ?

Je travaille également sur les fonds de l’Archivio dell’Ufficio Storico dello Stato Maggiore dell’Esercito (AUSSME) en particulier la série F19 Giustizia Militare. C’est bien en amont que j’ai préparé mes visites, car pour tout ressortissant étranger les demandes doivent être adressées par l’attaché militaire de son ambassade – de France dans mon cas – aux autorités militaires italiennes. Sur place, l’autorisation obtenue et les réservations faites (le nombre de places est limité à trois), sac, appareils photo et téléphone doivent être placés dans un sac scellé pour traverser la cour de la caserne jusqu’à la salle de consultation. Mais, une fois assis, c’est parti pour cinq heures de dépouillement intensif et si nécessaire avec l’aide, là aussi précieuse, de l’archiviste, M. Alessandro Gionfrida. J’ai craint un moment travailler sur des doublons, car une partie des dossiers des tribunaux militaires conservés ici sont constitués des copies de ceux de l’Archivio Centrale dello Stato. Mais, d’une part les séries ne se superposent qu’imparfaitement, d’autre part ces copies sont fort utiles, car si les originaux étaient très majoritairement manuscrits, les copies, jusqu’à cinq exemplaires sur papier pelure, étaient systématiquement dactylographiées, ce qui en particulier dans une autre langue que la sienne est extrêmement précieux et fait moins regretter de ne pas avoir choisi l’option paléographie au cours de ses études.

Site de l’Archivio dell’Ufficio Storico dello Stato Maggiore dell’Esercito, Rome

Travaillez-vous en lien avec des chercheurs italiens ? Avez-vous des approches comparables ?

Bien entendu, c’est grâce à elles et eux que je suis ici, Maria Di Massa, Giovanni Focardi, Toni Rovatti, Cecilia Nubola, sans oublier les deux nouvelles docteures Greta Fedele et Barbara de Luna dont j’ai co-dirigé la thèse. Nous échangeons régulièrement et après un an et demi en distanciel, nous allons pouvoir nous revoir pour une réunion de travail ici à l’EFR puis à Turin en avril pour un colloque sur la justice militaire au cours duquel je présenterai mes premiers résultats. Pour les approches, l’accessibilité récente d’une partie de ces fonds (en particulier les dossiers des magistrats sur lesquels je ne travaille pas), les enjeux historiographiques, mais aussi mémoriels sur la transition, sont pour mes collègues italiens aussi stimulants que parfois pesants. Neuf sur ce terrain, je peux peut-être emprunter plus facilement des chemins de traverse ; donner la priorité aux jugements pour vols d’effets militaires, de recel de couverture, de chaussures ou de pantalons, d’actes obscènes, d’injures et de calomnies à connotation sexuelle, ou encore rivalités amoureuses, de toutes ces affaires, souvent fort éloignées de la guerre tout en étant jugées « con l’aggravamento del tempo di guerra » et qui constituent une grande part de l’activité de ces tribunaux.

Quels sont les premiers éléments qui ressortent de ce début de dépouillement ? Voyez-vous déjà des différences avec le terrain français que vous avez étudié ?

La première différence avec le terrain français est qu’une telle étude à partir des sources de la justice militaire serait impossible, puisque celles-ci ne sont pas ouvertes et les demandes de dérogations ne peuvent porter que sur des dossiers identifiés nominativement. Comment balayer des dizaines d’affaires pour y trouver, non pas le soldat « X », ou l’officier « Y » mais telles victimes, témoins ou complices au féminin ? Plus que le terrain, c’est le regard que je porte sur ces archives qui change. J’ai travaillé sur des jugements de criminels de guerre japonais par le Tribunal Militaire de Saïgon au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mais en me concentrant alors sur les faits commis, les procédures, les circulations entre les différents tribunaux alliés en Asie-Pacifique. Ici, ma démarche n’est pas comparative à proprement parler. Je n’envisage pas une étude parallèle des justices militaires de deux pays, encore moins des régimes différents. Il s’agit par contre de me familiariser avec l’histoire de l’Italie dans les années 1940, de découvrir certes ces juridictions, mais davantage encore, l’Esercito reale, ses soldats et officiers et plus encore les civils qui l’entourent, ces personnes « estranee alle FF.AA. (Forze armate italiane) » comme l’indique la formule les définissant. Les découvertes archivistiques, le travail bibliographique, les échanges avec mes collègues italiens, toutes ces nouveaux savoirs vont bien entendu se traduire par une production scientifique que je dois encore déterminer (article, n° de revue, ouvrage ?) mais constituent également un enrichissement pour nourrir mes réflexions sur les guerres du XXème siècle, que ce soit en Italie, en France, ou ailleurs. Cela aurait été impossible sans ce séjour de recherche prolongé à l’EFR.


Propos recueillis par Virgile Cirefice, membre de troisième année de l’École française de Rome, Section Moderne et Contemporaine



[1] Date à laquelle le maréchal Pietro Badoglio, qui a succédé à Benito Mussolini, rend public l’armistice signé entre l’Italie et les forces alliées le 3 septembre 1943.




Citer ce billet
EFR (2021, 2 décembre). Entretien avec Fabrice Virgili, chercheur résident à l’École française de Rome. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4sn

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/01/2024

    […] à ce lien un entretien avec Fabrice Virgili au sujet de ces recherches autour de la justice en Italie durant […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search