Iglesias : prospections archéologiques sur une « île aux filons d’argent »

Au printemps 2021 une première campagne de prospection a été effectuée dans les montagnes d’Iglesias, au sud-ouest de la Sardaigne, à la recherche des vestiges des mines et des ateliers de production d’argent et de plomb (fig. 1). La prospection s’intègre dans une enquête post-doctorale qui examine plus globalement les conditions sociales et techniques de cette production, au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècles) et en les mettant perspective avec celles d’autres espaces miniers de la Méditerranée latine. Ce billet propose un aperçu de son déroulement, de l’acquisition à la diffusion de ses données.

Fig. 1 : Vue de haldes minières sur la côte de Masua (photo : N. Minvielle)

Préparation documentaire

Pour localiser sur le terrain les vestiges de la production, la première étape était de conduire une recherche documentaire approfondie dans les archives médiévales, bien étudiées déjà par Marco Tangheroni : en particulier celles des familles pisanes qui s’étaient implantées en Sardaigne au cours des XIIe et XIIIe siècles, et celles de la monarchie aragonaise qui avait conquis l’île dans la première moitié du XIVe siècle. L’inventaire puis la cartographie systématique des lieux d’extraction et de transformation des minerais cités dans ces archives ont dessiné un large espace minier incluant une grande partie des montagnes qui entourent Iglesias et la plaine du Cixerri où se trouvait la plupart des fonderies.

Pour identifier plus précisément ensuite les lieux où ces vestiges pouvaient subsister, et ne pas avoir été entièrement perturbés par les mines contemporaines ont été dépouillés plusieurs milliers de plans et de coupes établis aux XIXe et XXe siècles par les diverses compagnies minières qui reprenaient les travaux. Ces documents figurés incluent, en effet, souvent la représentation de travaux anciens, c’est-à-dire antérieurs aux reprises contemporaines, et permettent donc d’effectuer une première cartographie afin de guider les prospections (fig. 2 et 3). Plus de 3000 occurrences ont ainsi été numérisées et géoréférencées.

Fig. 2 : Extrait du plan de la concession de San Giovanni. On remarque les travaux anciens à côté de galeries plus récentes (Archivio Monteponi, IGEA)
Fig. 3 : Extrait d’une coupe de la concession Marganai. D’anciens puits et chantiers d’abattage du minerai sont représentés, aux côtés d’un puits et de galeries contemporaines (Archivio del Distretto Minerario)

La campagne de prospection

Sur ces fondations, la première campagne de prospection avait un objectif restreint, mais déterminant : reconnaître brièvement chacun des secteurs identifiés dans les archives et apprécier le potentiel archéologique qu’ils pouvaient conserver. Pour ce faire, le format d’une prospection aérienne accompagnée de vérifications pédestres ponctuelles a été privilégié. Les photographies aériennes ont été prises avec un drone pour aboutir à une reconstruction en plan et en 3D des secteurs retenus (fig. 4). L’identification des vestiges a ainsi été rendue plus efficace, même si elle reste partielle et demandera des compléments. En associant les relevés photogrammétriques aux modèles numériques de terrain détaillés mis en ligne par la région de Sardaigne (Lidar – fig. 5), on dispose d’ores et déjà d’une documentation topographique utile pour identifier les formes que prenaient les travaux miniers, commencer à réfléchir sur l’organisation de l’extraction et surtout programmer les futures campagnes.

Fig. 4 : Extrait d’un nuage de point photogrammétrique avec position des photographies aériennes (N. Minvielle)
Fig. 5 : Extrait du MNT Lidar, on perçoit plusieurs lignes de travaux miniers (Sardegna Geoportale, modifié N. Minvielle)

En somme, que trouve-t-on comme vestiges de la production d’argent et de plomb en Iglesiente ? D’abord et surtout un nombre considérable de travaux d’extraction en surface : des puits, des fosses, des tranchées ; la plupart faisait quelques mètres de côté ou de profondeur, mais certains donnait lieu à des ouvertures bien plus larges et d’autres enfin à des réseaux souterrains, même s’il ne s’agit pas a priori de la majorité (fig. 6). Ensuite, des haldes, c’est-à-dire des rejets de matériaux stériles issus du creusement de ces travaux ou du nettoyage du minerai en surface. Utiles pour identifier des implantations d’ateliers, elles permettent aussi de caractériser les minerais exploités (fig. 7). Enfin, quelques rares vestiges de structures installées au débouché de certains travaux, lorsque le travail s’intensifiait et demandait une implantation spécifique : ateliers, habitats temporaires, forges… Les concernant, la fouille seule pourra questionner leurs fonctions (fig. 8).

Fig 6 : Vue d’une fosse minière à Canali Bingias (photo N. Minvielle)
Fig. 7 : Vue d’une halde à San Nicolo (photo N. Minvielle)
Fig. 8 : Vue des ruines d’un bâtiment, au Mont San Giovanni (photo N. Minvielle)

Ce premier corpus couvre, en fait, un arc chronologique bien plus large que le seul Moyen Âge. Les gisements de l’Iglesiente sont, en effet, exploités depuis l’Antiquité, si ce n’est plus tôt encore, si bien que l’inventaire des travaux anciens est susceptible de livrer des vestiges appartenant à plusieurs périodes. Comme l’identification des dynamiques de la production ne pourra être que progressive, à mesure des opérations de fouilles, il est important de pouvoir formaliser et diffuser rapidement un état de la recherche.

Visualisation des données de la recherche

En complément de l’écriture des rapports d’opération envoyés à la Surintendance de la province du Sud-Sardaigne et des notices intégrées au Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, les données de la recherche peuvent être visualisées sur le WebSig des EFE. Plusieurs couches s’y retrouvent – documentant les méthodes et les résultats issus des sources documentaires contemporaines ainsi que des prospections archéologiques – réunies dans une carte qui évoluera à mesure que les opérations se poursuivront. C’est ainsi dans une perspective de science ouverte que se déroule le programme de recherche sur la production d’argent et de plomb en Sardaigne, avec des problématiques focalisées sur la période médiévale, mais avec des apports qui la dépasseront.

Nicolas Minvielle Larousse
Membre de l’École française de Rome, section Moyen Âge

Pour aller plus loin :

  • Macrì Marta, « Archeologia della produzione metallurgica nella Sardegna medievale: il Sulcis-Iglesiente nel secoli XIII-XV », ArcheoArte, , no 3, 2016, p. 237‑252.
  • Manconi F. (dir.), Le miniere e i minatori della Sardegna, Milan, Consiglio regionale della Sardegna, 1986.
  • Minvielle Larousse Nicolas, « Iglesias. Archéologie des entreprises minières », Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, 2021, https://journals.openedition.org/baefe/4224
  • Poisson Jean-Michel, « L’entreprise pisane d’exploitation des mines d’argent de l’Iglesiente (Sardaigne), XIIIe-XIVe siècles », dans Minvielle Larousse, Bailly-Maître, Bianchi, Les métaux précieux en Méditerranée médiévale. Exploitations, transformations, circulations, Aix-en-Provence, Centre Camille-Jullian / Presses Universitaires de Provence, coll. « Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine », 2019, p. 81‑93.
  • Tangheroni Marco, La Città dell’argento: Iglesias dalle origini alla fine del Medioevo, Napoli, Liguori, 1985.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search