Le traitement des images et l’édition scientifique : quelques exemples

Éditrice spécialisée dans les publications illustrées et scientifiques, Amélie Balcou a commencé à collaborer avec l’École française de Rome en mars 2021. Elle a débuté sa carrière par deux stages aux éditions A & J Picard (groupe Acte sud) puis aux éditions Hazan (groupe Hachette) avant de poursuivre l’édition en free-lance. Elle s’est par ailleurs formée aux logiciels de mise en page ainsi qu’à la photogravure. Elle réalise également un doctorat en histoire de l’art à Sorbonne Université sous la direction de Gilles Sauron.

Habitué à publier, le chercheur est désormais souvent formé aux problèmes de résolution et de taille des images. Il connaît toutefois généralement assez mal la question de la photogravure, c’est-à-dire des retouches et des corrections d’images qu’il est nécessaire de réaliser dans le cadre d’une publication. L’objectif n’est pas ici de flatter une image, mais d’accroître son intérêt documentaire en travaillant sur deux axes principaux. Il s’agit, non seulement d’améliorer la lisibilité du document, mais aussi de le rapprocher de la réalité afin qu’il reflète véritablement la nature de l’objet qu’il présente. Une prise de vue photographique est en effet inévitablement altérée par les conditions dans laquelle elle est effectuée. L’image non retouchée d’un tableau photographié dans la pénombre d’une église sera certainement très sombre et il est probable qu’un fragment archéologique pris à la lumière du jour donnera une image légèrement rougie par les rayons du soleil. Ces altérations vont, non seulement altérer la lisibilité du document, mais transmettront également une idée faussée de l’objet reproduit. Il est donc nécessaire de réaliser des corrections sur l’image.

Cette procédure, en étroite collaboration avec l’auteur, se déroule en deux temps : vient d’abord le diagnostic des retouches nécessaires, puis les corrections elles-mêmes. Ces dernières sont effectuées à l’aide du matériel adéquat, c’est-à-dire d’un moniteur adapté, calibré à l’aide d’une sonde, et d’un logiciel de retouches d’images. Il est sans doute parlant de présenter ici à nos lecteurs quelques exemples concrets. Ce bref aperçu leur permettra de comprendre tout le caractère indispensable de la photogravure dans le cadre de l’édition scientifique alors que l’image ne doit pas seulement illustrer le texte, mais constituer un réel apport documentaire, fiable et compréhensible.

L’exemple ci-dessous présente une image correspondant à une prise de vue réalisée dans un musée, en fin de journée, sous un éclairage très jaune. Il fut donc nécessaire d’améliorer la luminosité de l’image et de travailler sur ses couleurs afin d’obtenir une image plus lisible, dont la polychromie correspond aux couleurs réelles de l’œuvre reproduite.

« Scène de l’acte II de la Théophorouménè de Ménandre », Pompéi, villa de Cicéron. Naples, Musée archéologique national, inv. 9985. a) avant retouches b) après retouches

Les huiles sur toile constituent souvent des cas épineux. L’image ci-après présente plusieurs problèmes. La qualité du document envoyé par l’auteur est assez médiocre et le fichier a par ailleurs été endommagé dans la mesure où nous constatons certaines perturbations au niveau du sourcil du personnage qui est anormalement bleu turquoise. L’image de ce tableau, très jaunie par le temps, est par ailleurs extrêmement sombre. Or, il est à craindre que ces problèmes soient accentués lors de l’impression du livre et que le document soit illisible. Il fut donc nécessaire de corriger ces problèmes et de déjaunir l’image, tout en l’éclaircissant. Il a également semblé judicieux d’accentuer les contours du personnage afin que le tableau soit plus compréhensible par le lecteur.

Francesco Salviati (?), Portrait de Mehmed Celebi, huile sur toile, Côme, Museo comunale. a) avant retouches b) après retouches

Il arrive régulièrement que l’on doive également corriger la perspective de certaines prises de vue afin d’obtenir un résultat plus équilibré, comme ci-dessous.

Autel du Saint-Sacrement, 1597-1601. Rome, Saint-Jean-de-Latran. a) avant correction b) après correction

Enfin, l’on imagine généralement, à tort, que l’impression d’images en noir et blanc ne nécessite pas de corrections. Pourtant, une conversion automatique génère souvent un résultat très pauvre qui paraîtra d’autant plus sombre sur le livre imprimé. Il faut donc travailler sur cette conversion en amont en favorisant la lisibilité du document.

Statère en or, 18 mm, vers 323-315 av. J.-C. New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. 05.44.384. a) l’image en couleur b) une conversion automatique en noir et blanc c) une conversion paramétrée avec un souci pour la lisibilité de l’œuvre

Il arrive par ailleurs que l’on doive exploiter des documents anciens, altérés par le temps. Prenons ci-dessous l’exemple d’une mosaïque de Pompéi, publiée une seule fois en 1938 avant d’être dérobée. La reproduction de 1938 présente donc un réel intérêt documentaire, mais l’ouvrage dont elle est extraite est ancien et très jauni par le temps. La retouche a ici une réelle valeur scientifique dans la mesure où l’on parvient à retrouver, simplement en travaillant sur le jaunissement de l’image et sa luminosité, les teintes originelles de l’image.

Pompéi, maison de Cipius Pamphilus (VII, 6, 38), cubiculum 29. a) avant retouches b) après retouches

Amélie Balcou
Éditrice de l’École française de Rome, service des publications


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search