Retour sur l’atelier « Archéologie des sources documentaires : l’apport des archives historiques à la recherche archéologique »

L’atelier de formation doctorale sur l’apport des archives historiques à la recherche archéologique s’est déroulé à Rome fin octobre 2020, en partenariat avec l’EFR et le CJB et grâce au soutien de nombreux partenaires (Académie de France à Rome, Villa Médicis, Institut national d’histoire de l’art, Labex Passé dans le Présent, programme ACUTE, Université François-Rabelais, Tours ; Centre Tourangeau d’Histoire et d’études des Sources, Archivio di Stato di Napoli, Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia, Dottorato in scienze storiche, archeologiche e storico-artistiche dell’Università di Napoli Federico II, Museo Archeologico Nazionale di Napoli, Parco archeologico di Pompei).

Une partie des participants de l’atelier devant la Fontaine de Trevi.
Photographie C. Mazet.

L’idée de cette formation est née du constat qu’il demeure difficile, en France comme en Italie, d’accéder à un enseignement universitaire qui aborde l’étude des archives comme source documentaire pour l’archéologie. Longtemps perçu avec une certaine indifférence par les archéologues, cet instrument de la recherche est resté l’apanage de quelques savants et de conservateurs de musées qui, dans l’obligation de documenter les œuvres dont ils avaient la charge, se sont intéressés aux sources archivistiques à des fins de recontextualisation d’un matériel archéologique dispersé. Ces sources sont de différentes natures : elles peuvent être privées, juridiques, administratives, institutionnelles, artistiques, cartographiques, iconographiques… Leur redécouverte participe aussi, depuis quelques décennies maintenant, à l’essor des travaux relatifs à l’histoire de la constitution des savoirs antiquaires, utiles et exploitables à la fois par l’historien, l’historien de l’art, l’archéologue et le conservateur. L’objectif de l’atelier était de présenter aux jeunes chercheurs participants, une méthodologie éprouvée par les travaux des quinze dernières années. Bien qu’en pleine expansion, ce courant de recherche est encore peu connu dans le milieu universitaire.

De nombreuses réflexions récentes, ainsi que la nécessité de retourner sur les sites de fouilles anciennes, ont conduit les archéologues à se pencher sur les archives produites par la pratique archéologique des décennies précédentes. Les « archives archéologiques » à proprement parler ont été largement analysées et certaines entreprises collectives permettent de les rassembler. L’on pense par exemple au fonds Poinssot pour l’archéologie du Maghreb, désormais accessible via AGORHA, la plateforme collaborative de l’INHA. Des fonds constitués par les archéologues en France sont également en cours d’organisation et d’inventaire, notamment sous l’égide de la MSH Mondes et de son service d’archives. En 2015, la journée d’études organisée au Collège de France par Sandra Zanella, Jean-Pierre Brun, Martine Denoyelle, Pierre Rouillard et Stéphane Verger, intitulée Les archives de fouilles, mode d’emploi, a bien montré que l’analyse des données produites par la pratique archéologique d’hier est déjà rentrée dans la méthodologie de recherche des archéologues d’aujourd’hui. Ces archives sont cependant souvent dès l’origine produites selon une méthodologie scientifique respectueuse des contextes fouillés, par et pour des archéologues essentiellement (fiches us, journaux de fouilles, inventaires, cartographie, coupes stratigraphiques …). Ce type d’archives apparaît progressivement dans la seconde moitié du XIXe s. et constitue encore une source primaire de documentation pour l’étude des sites déjà fouillés dans le passé.

Cette documentation est relativement abondante et aisément exploitable à partir des années 1860-1870 ce qui correspond en France comme en Italie à la professionnalisation progressive du métier d’archéologue avec des méthodes de documentation beaucoup plus fines et systématiques, mais également aux grandes entreprises d’exploration archéologique commanditées par les dirigeants européens. C’est le cas des missions archéologiques menées sous l’égide de Napoléon III, qui ont tout récemment fait l’objet d’une exposition au MAN, le Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye (D’Alesia à Rome, l’aventure archéologique de Napoléon III, du 19/09/2020 au 15/02/2021).

Il est plus délicat de retrouver les informations concernant les fouilles ou découvertes antérieures à 1850. Si la création de l’Institut de Correspondance Archéologique de Rome constitue une première étape importante à travers les publications des Bulletins et les Monuments de l’ICA, il n’en reste pas moins que la documentation est lacunaire, non systématique et éparpillée. C’est à cette disparité documentaire qu’est confronté le chercheur qui entreprend de retrouver les contextes des produits des découvertes réalisées depuis la Renaissance. Le chercheur est amené à s’intéresser à une multitude de sources de natures très diverses, qui ne contiennent chacune qu’un fragment de l’information qu’il recherche. Il s’agit donc d’embrasser un large éventail de ces sources (conservées dans des lieux différents et produites par des acteurs divers), de les ordonner selon des critères normés et de les interpréter à l’aune du contexte qui les a produites (politique, culturel, sociolinguistique). Cela requiert la maîtrise de nombreux instruments très divers et une expérience pratique de la consultation de ces fonds et de leur traitement critique. Ce sont précisément une partie de ces outils forgés par nos expériences de recherche que nous avons souhaité transmettre à travers cet atelier, en réfléchissant ensemble aux enjeux épistémologiques et aux défis méthodologiques que représente l’exploration des sources documentaires pour la recherche archéologique.

Outre l’enrichissement de données utiles à la connaissance historiographique d’un site, se plonger dans la documentation de ces découvertes, c’est redécouvrir les méthodologies et les législations d’une époque, ainsi que le parcours et les choix de femmes et d’hommes qui firent l’histoire de la discipline archéologique. Grâce à ces archives, produites par les propriétaires des sites exploités, par les archéologues, les savants, les dessinateurs, les marchands ou les collectionneurs, ce genre d’enquête permet de restituer la profondeur chronologique et la biographie sociale d’objets longtemps décontextualisés, que nous retrouvons aujourd’hui dans les vitrines des musées du monde entier ou sur le marché de l’art.

Mais où trouver les informations nécessaires à l’enquête de l’archéologue ? Comment exploiter efficacement et présenter cette documentation historique ? Quels sont les véritables apports de ces archives à la recherche archéologique actuelle ? Les quatre journées romaines de l’atelier se sont construites autour de ces questions, alternant conférences méthodologiques, ateliers pratiques et visites d’archives et de musées.

La première session sur l’histoire des collections et des institutions était centrée principalement sur le XIXe siècle. Cécile Colonna a présenté les projets menés à l’INHA relatifs à l’étude des collections d’antiques au XIXe siècle. Marie-Amélie Bernard est revenue sur les archives produites par l’Institut de Correspondance archéologique. Enfin, Françoise Gaultier a offert un panorama des recherches sans cesse renouvelées menées sur la célèbre collection du Marquis Campana, récemment mise en lumière par l’exposition au musée du Louvre et dont un grand colloque doit être organisé en partenariat avec l’EFR, l’année prochaine.

Journée d’atelier à l’École française de Rome, Piazza Navona, présentation de Claude Pouzadoux, directrice du Centre Jean Bérard. Photographie C. Mazet

La deuxième journée de l’atelier s’est déroulée entièrement à la Villa Médicis. Grâce à l’accueil et au soutien de Francesca Alberti, Chargée de mission pour l’histoire de l’art de l’Académie de France à Rome, et de Corinne Jouys Barbelin, conservatrice du patrimoine et cheffe du service des Ressources documentaires du Musée d’Archéologie nationale du domaine de Saint-Germain-en-Laye, les participants ont pu découvrir les fonds exceptionnels de l’Académie de France à Rome, en cours d’analyse pour versement aux Archives Nationales. La deuxième session de l’atelier a permis de cibler les procédés d’utilisation des archives pour recomposer l’histoire des sites archéologiques : à travers des cas d’étude (Camilla Colombi sur le site étrusque de Vetulonia, Paolo Tomassini sur le site d’Ostie, et Santino Alessandro Cugno sur les nécropoles rupestres de Syracuse), les trois chercheurs ont mis en évidence les stratégies d’enquêtes archivistiques et interrogé les méthodes du rendu de l’information et de son degré d’incertitude ou d’interprétation.

Journée de l’atelier à la Villa Médicis, présentation des fonds d’archives de l’Académie de France à Rome par Corinne Jouys Barbelin et Francesca Alberti. Photographies C. Mazet

La troisième journée de l’atelier a permis d’aborder l’Italie méridionale malgré les contraintes liées à la situation sanitaire. Après une conférence inaugurale de Paola d’Alconzo sur la construction de la notion de patrimoine à Naples aux XVIIIe et XIXe siècles, Sandra Zanella et Hélène Dessales ont présenté leurs stratégies de recherche respectives sur Pompéi, qui ont abouti à une remise en perspective de l’histoire des fouilles du site et une impressionnante reconstitution de la Villa de Diomède. Les vestiges, notamment picturaux, de cette riche domus découverte à la fin du XVIIIe siècle, sont aujourd’hui très effacés, mais les archives graphiques et les témoignages visuels ou textuels recueillis par l’équipe menée par Hélène Dessales ont permis de retrouver la mémoire de l’état de la villa au moment de sa découverte et de reconstituer en 3D sa splendeur antique.

Enfin, la dernière journée de l’atelier s’est déroulée au Museo Etrusco Nazionale di Villa Giulia, grâce à l’accueil généreux de son directeur, Valentino Nizzo. Maria Emilia Masci (Polo Museale dell’Abbruzzo) et Martine Denoyelle (INHA) ont retracé 400 ans d’histoire de découvertes des vases grecs, conférence qui fut un excellent prolégomène à la visite des collections du Musée étrusque, commentée par son directeur. La présentation des recherches de Ulf Hansson, directeur de l’Institut Suédois pour les études classiques à Rome, sur l’histoire des collections de gemmes antiques, a permis de mieux comprendre les dynamiques de l’histoire antiquaire et les ponts méthodologiques entre la recherche en archives et l’archéologie. Enfin, Susanna Sarti (Surintendance Archéologique de Toscane) et Natacha Lubtchansky (Professeur, Université de Tours) ont présenté les résultats du programme FAC-SIMILE, mené au sein de l’EFR, qui réunit la documentation graphique et les musées de peinture étrusque pour permettre la reconstitution ex situ et 4D des différents contextes funéraires étrusques et leur analyse à la fois iconographique et archéologique.

Journée à la Villa Giulia, présentation de Ulf Hansson, visite du directeur Valentino Nizzo et présentation des fonds de dessin de Gatti par Susanna Sarti. Photographies C. Mazet

Last but not least, les étudiantes et étudiants ont eu l’occasion de soumettre et de présenter leurs recherches respectives touchant à la thématique de cet atelier, permettant ainsi de faire connaître leurs travaux et d’amorcer ou de renforcer un dialogue avec les spécialistes, qui perdurera : merci à Marjolaine Benaich, Paul Froment, Maria Pina Garaguso, Carole Jarsaillon, Léa Narès, Corinne Savariau, Marion Vincent et Sarah Vyverman pour l’intérêt dont elles et ils ont fait preuve et pour leur chaleureuse présence, la réussite de cet atelier leur doit beaucoup !

Les organisateurs, Florence Le Bars-Tosi et Christian Mazet

Propos recueillis et édités par Pauline Cuzel, membre de première année de l’École française de Rome, section Antiquité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search