Avril 1946 : les Farnésiens à la Villa Médicis !

À partir de la découverte d’un objet insolite – un pastiche de vase grec dissimulant le menu d’un diner mondain de 1946 – Virgile Cirefice (historien de la politique et de la culture de l’Italie d’après-guerre) et Christian Mazet (historien de l’archéologie et spécialiste de la culture matérielle du monde grec et de l’Italie préromaine), ont mené l’enquête et nous plongent dans l’histoire de l’École française de Rome et de la Villa Médicis au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. 


Histoire d’un objet insolite : un menu moderne « à l’antique »

Pastiche de vase grec, avril 1946. Collection de l’Ecole française de Rome. Photographie P. Tomassini

Au cours de l’étude de la collection d’antiquités de l’École française de Rome, nous avons exhumé des caisses de matériel un étrange fragment de céramique, désormais exposé dans les vitrines du Salon Bleu au deuxième étage du Palais Farnèse, dans les appartements de la direction. Il s’agit sans doute d’un col d’un grand pot de fleurs moderne qui a été intentionnellement brisé, utilisé dans le but d’imiter une céramique grecque à figures rouges, peut-être un cratère, destiné à mélanger l’eau et le vin lors de la pratique festive du banquet.

En effet, la surface médiane – ce que l’on nomme la panse en céramologie – déploie une scène dont les figures sont tracées en noir sur un fond rouge déposé au préalable sur la paroi du vase, alors que dans la céramique grecque, et en particulier dans les productions attiques à figures rouges, cette couleur orangée est normalement celle de l’argile. Au centre, dans un paysage à la fois rocailleux et marin, s’impose à la vue du spectateur une scène d’enlèvement d’une jeune fille par un satyre. Celle-ci, entièrement nue et vue dans une position en contre-plongée qui ne cache rien de son intimité, tente en vain de se débattre, chevelure et tunique au vent tandis que l’homme à la queue chevaline et à la tête cornue (le dessinateur semble l’avoir affublé de cornes de diablotin), regard penché sur sa poitrine, l’enserre fermement par l’arrière. Le caractère érotique de la scène est renforcé par un élément plus que suggestif : à gauche du fragment, sur toute la hauteur, un immense phallus est érigé sur les rochers peints en un large aplat de couleur noire, l’organe étant réservé (couleur de l’argile). Les jambes d’au moins deux autres personnages courant – sans doute une autre scène d’enlèvement ou de poursuite – sont représentées à droite.

Sur trois zones du fragment on trouve une série d’inscriptions en langue française mais écrites à l’aide de l’alphabet grec :

ΔΙΝΕΡ ΔΕΣ ΦΑΡΝΕΣΙΕΝΣ ΑΓ[.] VΙLLΑ MEΔΙΚΙΣ. LE .XI.IV.MLMXLVI

Dîner des Farnésiens à [la] Villa Médicis le 11.04.1946

μενυ.πισσα ναπολιταινε.εσκαλωππες μιλανηες.

πομμες παιλλεσ.σαλαδε ρωμαινε.φρομαγες.μως αυχαμανδες.φρυιτς.καφε.λικορι.νινι.δι.

φρασκατι ε καστελλι ρομανι…

Menu : Pizza napolitaine, escalopes milanaises, pommes pailles, salade romaine, fromages, mousse (?) aux amandes, fruits, café, liqueurs, vins de Frascati et Castelli romani…

Ce pastiche de céramique grecque, qui n’est autre qu’un menu « à l’antique », aurait donc été créé à l’occasion d’un dîner des « Farnésiens », autrement dit des membres de l’École française de Rome, à la Villa Médicis le 11 avril 1946. S’agirait-il de l’œuvre amusée d’un pensionnaire peintre ou graveur de l’Académie de France à Rome ?

Du côté du Farnèse, les protagonistes susceptibles d’apprécier cette originale attention se comptent sur les doigts des deux mains : l’étruscologue Raymond Bloch (1914-1997), auteur la même année d’un court ouvrage sur Les Origines de Rome et l’épigraphiste Micheline Fasciato (†2006), accompagnés des médiévistes Georges Lesage (1918-1948), Denise Cornet (1919-1992, qui épousa plus tard R. Bloch), Robert-Henri Gautier (1922-2010), Yves Lefèvre (1918-1987) et Odon de Lingua de Saint-Blanquat (1914-2010), le moderniste Didier Ozanam, sans oublier le directeur de l’institution, l’archéologue Albert Grenier (directeur de juin 1945 à 1952) et son secrétaire général Adrien Bruhl (1902-1972). Par ailleurs, le premier d’entre eux, Raymond Boch, avait débuté juste avant la guerre en 1939 un Catalogue des Antiquités de la Villa Médicis, tel que le rappelle l’académicien Jacques Zeiller dans son précieux Rapport sur les travaux de l’École française de Rome durant l’année 1945-1946.

Nos recherches aux archives de la Villa Médicis ne nous ont pas permis de découvrir la trace de cette conviviale et éphémère rencontre, tout au plus a-t-il été possible de retrouver dans l’état du paiement des salaires du personnel de service permanent pour le mois d’avril 1946 le nom de la cuisinière du Pincio, Madame Regina Parolari. On connaît par ailleurs les fournisseurs de l’Académie de France à Rome pour la collation traditionnelle offerte au personnel italien à l’occasion des fêtes de Pâques de la fin du mois de 1946 : l’alimentare Sabatino Galli & Figli, via Lombardia 18-20, la pizzicheria et salsamenteria Fratelli Fabrizi, via Francesco Crispi 55, ou encore la drogheria Proietti Nazzareno, via Garigliano 13.

Comptes du directorat de J. Ibert pour l’année 1946 : “État de paiement des salaires dûs au personnel de service permanent” et “État des dépenses occasionnées par la collation traditionnelle offerte au personnel italien de l’Académie pour les fêtes de Pâques”. Archives de la Villa Médicis. Photographie C. Mazet, avec l’aimable autorisation de l’Académie de France à Rome.


Le milieu romain en 1946

Ce dîner entre membres et pensionnaires est organisé alors que les deux institutions viennent à peine de regagner Rome et reprennent peu à peu leurs activités. En effet, toutes deux avaient dû quitter l’Italie au moment de l’entrée en guerre du régime mussolinien en juin 1940 et avaient trouvé refuge en France pendant toute la durée du conflit. Une fois Rome libérée, en juin 1944, l’espoir du retour en Italie s’était heurté aux difficultés matérielles et politiques, d’autant plus que le Nord de l’Italie demeure, jusqu’en avril 1945, aux mains de l’alliance nazi-fasciste.

La réorganisation de l’École française de Rome est plus rapide car ses locaux sont vides. Adrien Bruhl, ancien membre (1928-1930), présent dès la Libération de Rome car il fait partie du Corps expéditionnaire français, est chargé de travailler à la réouverture. Les locaux de la bibliothèque avaient été brièvement occupés par l’Attaché militaire, les meubles dispersés dans le Palais et certains livres prêtés ça et là. Après une rapide remise en état et un inventaire des fonds, la bibliothèque rouvre ses portes aux lecteurs italiens dès la fin de l’année 1944. Le nouveau directeur, Albert Grenier, est nommé en juin 1945, le retour des membres et la reprise des activités étant fixés pour l’automne. Interrogé par Le Monde, à la veille de la réouverture, le 4 octobre 1945, le nouveau directeur fait état des difficultés matérielles qui demeurent :

Comme ces papes d’Avignon au quatorzième siècle – mais n’a-t-elle pas failli comme eux s’installer en Avignon, au château du Roure, pendant la guerre – l’École de Rome va rentrer dans sa ville. Ce n’est pas que les écueils de tous ordres soient surmontés encore : voyage impossible par chemin de fer, transport impraticable des bagages en avion, je me vois à la veille de ressusciter les périples marins de Stendhal abordant à Civitavecchia. Encore Stendhal trouvait-il à son arrivée table mise au consulat : nous devrons nous rabattre sur une « popote » militaire.


Les membres de l’École française de Rome en 1945-1946 (archives de l’EFR)

Le retour de l’Académie de France à Rome prend plus de temps, en raison notamment de l’occupation de la Villa Médicis par le Général Le Couteulx, commandant d’armes de l’armée française. L’architecte André Chatelin est envoyé à l’automne 1945 pour organiser le retour des pensionnaires, suivi du nouveau directeur, le musicien Jacques Ibert, qui arrive à Rome en janvier 1946. Tout est désormais prêt pour le retour des pensionnaires, les premiers arrivant au tout début du mois de mars 1946. Le trafic ferroviaire rétabli à partir de janvier entre la France et l’Italie épargne aux pensionnaires le périple maritime effectué par les six membres de l’EFR à l’automne, lesquels s’étaient embarqués à Toulon sur un aviso de la Marine militaire, avaient fait escale à Bastia, accosté à Civitavecchia, avant d’être acheminés à Rome par des camions de l’armée française.

Le trajet des pensionnaires n’en a sans doute pas moins été chaotique : en effet, qu’ils aient voyagé par la Suisse – le trajet prend alors 48h depuis la gare de l’Est et demande l’obtention d’un visa de transit en plus du nécessaire visa italien – ou par Vintimille – le voyage est plus long mais dispense des formalités administratives au consulat helvète –, le train s’arrête constamment en raison de la circulation alternée sur les passerelles à une seule voie, jetées à la hâte à l’emplacement des ponts dynamités par l’armée allemande lors de sa retraite. Là aussi, les problèmes matériels sont nombreux : outre le coût du voyage – « le prix des billets a connu une telle augmentation que l’Administration des Beaux-Arts est effondrée ! » note J. Ibert lors d’une conversation téléphonique avec A. Chatelin en janvier 1946 – la question du ravitaillement préoccupe également l’administration de l’Académie de France, dans un pays où l’achat de nourriture est toujours rationné.

Le dîner d’avril 1946 est donc organisé alors que les institutions reprennent à peine leurs activités, dans une Rome marquée par l’effervescence politique et culturelle qui suit la fin de la guerre. Les partis antifascistes ont formé un gouvernement d’unité nationale et préparent les élections de juin qui doivent décider de la forme du régime – Monarchie ou République ? – et donner à l’Italie une Assemblée constituante. La vie intellectuelle est florissante et l’étruscologue Jacques Heurgon, ancien membre de l’EFR (1928-1930), désormais attaché culturel auprès de l’ambassadeur Couve de Murville, s’attache à renouer des liens avec les figures du monde littéraire comme l’écrivain Alberto Moravia ou les poètes Eugenio Montale et Giuseppe Ungaretti.

Les membres et pensionnaires, privés de leur séjour romain à cause de la guerre, étaient donc sur le point de mettre enfin à profit les ressources artistiques et savantes de l’Italie – les fouilles de Bolsena par l’EFR commencent ainsi dès avril 1946. Les traces de ce fameux dîner montrent toutefois qu’ils n’étaient pas que les « messagers de l’esprit français, représent[ant] nos traditions et notre méthode, au centre du vieil empire d’Occident, où s’affronte l’élite intellectuelle des deux hémisphères » comme l’écrivait avec emphase Marcelle Breillat dans Le Monde du 4 octobre 1945, mais qu’ils avaient gardé le goût espiègle des facéties et du pastiche.


Pour aller plus loin :

  • Zeiller Jacques. Rapport sur les travaux de l’École française de Rome durant l’année 1945-1946 ; lu dans la séance du 21 juin 1946. In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 90ᵉ année, N. 2, 1946. pp. 270-278. www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1946_num_90_2_77991
  • À l’école de toute l’Italie : pour une histoire de l’Ecole française de Rome, Collection de l’École française de Rome 431, Rome, École française de Rome, 2010
  • Marcelle Breillat, « Au Palais Farnese, l’École française de Rome rouvre ses portes », Le Monde, 4 octobre 1945.
  • Heurgon Jacques, « La réconciliation franco-italienne en 1944-45 », dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 103, n°2. 1991. pp. 573-587. https://www.persee.fr/doc/mefr_11239891_1991_num_103_2_4170
  • Les lettres à propos du retour des pensionnaires de la Villa Médicis en Italie sont tirées des Archives de la Villa Médicis, direction Ibert : Correspondance 1946 ; Correspondance 1947 ; état des pensionnaires 1940-1947.

Les auteurs de ce billet remercient Ghislain Classeau pour son aide dans les recherches d’archives de la Villa Médicis.

Virgile Cirefice et Christian Mazet, membres de deuxième année


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search