Itinéraires croisés de recherches en sciences sociales à l’EFR

Quelle est la place des sciences sociales dans les programmes de recherche de l’EFR et comment cette dimension interdisciplinaire s’est-elle construite dans le temps ? Dans quelle mesure la dynamique autour des sciences sociales à l’École offre des opportunités pour tisser des liens avec d’autres groupes de recherche en Italie et au sein du Réseau des Écoles françaises à l’étranger (ResEFE) ? Quel est l’impact de la crise sanitaire sur ces dynamiques et quels projets peut-on espérer voir éclore dans les prochaines années ? Dominique Rivière (Professeure de l’Université de Paris, Géographie-cités) et Margot Delon (Chargée de recherche CNRS, CENS, Université de Nantes) abordent ces questions dans un entretien croisé autour de leur trajectoire de recherche.

Photographie (crédits Programme Métropoles, EFR)

Margot Delon : aujourd’hui coordinatrice du programme Métropoles, Dominique, tu as participé à de nombreux autres programmes de l’EFR en travaillant sur l’Italie depuis plus de vingt ans. Comment ce double ancrage s’est-il construit ?

Dominique Rivière : Oui, ma thèse portait déjà sur Rome et les rapports entre la capitale et l’aire d’intervention « extraordinaire » de l’État dans le Mezzogiorno, qui commençait à ses portes. Mais c’est après celle-ci que j’ai noué des liens avec l’École française de Rome, dans le cadre du CERIM (Centre d’étude et de recherches sur l’Italie méridionale), créé en 1990 par Charles Pietri, directeur de l’École, et animé par Marie-Anne Matard-Bonucci. Ce centre réunissait des géographes et des historiens, ainsi que d’autres disciplines de sciences sociales, travaillant sur l’Italie méridionale. Fonctionnant à partir de 1995 comme un des programmes de la section d’Histoire moderne et contemporaine, ce creuset initial bénéficiait à l’époque de l’appui logistique du consulat de France à Naples. Il a permis de tisser des liens avec diverses équipes françaises et italiennes, notamment les géographes de l’Orientale de Naples. J’ai réactivé ces liens méridionaux (et élargi au nord, vers Turin, Milan, puis Venise), pour le montage du programme Italie recompositions territoriales (2011-16).

Plus récemment, pour sa programmation 2016-21, l’EFR recommandait une mise en réseau avec d’autres EFE, et nous avons saisi la balle au bonds avec des collègues liés à l’École française d’Athènes et à la Casa de Velázquez, car cela nous permettait d’investiguer une vraie question de recherche, celle posée par le « décrochage » de l’Europe du sud depuis la crise des subprimes de 2008, et la façon dont cela touche la question métropolitaine, vue sous l’angle des institutions et politiques urbaines, et  des évolutions socio-spatiales liées à cette succession de crises. Les temps relativement longs des programmes de l’EFR (5 ans) sont utiles pour nouer une dynamique de recherche. Le soutien accordé par l’École aux doctorants mais aussi aux chercheurs confirmés soutient cette synergie. Plus généralement, on apprécie en ces temps incertains une institution durable, avec des conditions d’accueil exceptionnelles en plein centre de Rome !

Dans Métropoles comme dans les programmes précédents, les rencontres et les collaborations s’établissent progressivement, et c’est tout l’intérêt du dialogue issu des colloques, mais aussi de séminaires de travail, et bien sûr lors des divers instants de convivialité – en temps normal –, de pouvoir se décaler parfois légèrement par rapport à sa propre perspective de recherche, de nouer des liens qui s’activent et se réactivent au fil des projets. Par exemple, la question de la marchandisation du logement sur laquelle tu travailles toi-même s’est littéralement invitée dans le programme lors des rencontres de Barcelone, à Turin en 2019 et bientôt d’Athènes en 2021. C’est d’ailleurs ainsi que tu as intégré le programme dans sa dernière année. Mais comment en es-tu arrivée là ? Il me semble que ta thèse était sur une tout autre « aire géographique » ?

Photographie: Séminaire doctoral à Athènes, 2019 (crédits programme Métropole

Margot : Effectivement, c’est mon premier terrain hors de France, j’avais travaillé pour ma thèse sur les trajectoires sociorésidentielles des enfants algériens et portugais des bidonvilles des années 1960 en France. Après avoir été recrutée au CNRS, je me suis intéressée à la façon dont l’immobilier participait aux inégalités sociales et urbaines et j’ai commencé à enquêter par entretiens auprès des propriétaires bailleurs en Loire-Atlantique. En exploitant, en parallèle, l’enquête Logement de l’INSEE, je me suis rendue compte qu’il allait être difficile de mener des analyses statistiques sur les propriétaires français de biens situés à l’étranger, faute de données adéquates. J’ai donc renoué avec le thème des migrations pour enquêter auprès des investisseurs étrangers dans l’immobilier locatif en Italie, avec un premier terrain en Sicile. Pour moi, c’est donc très enrichissant de participer aux échanges de Métropoles et de dialoguer avec d’autres collègues de l’EFR : cela m’a donné beaucoup d’idées de terrain comme par exemple la réalisation de biographies de biens immobiliers, qui vont inclure la collecte d’archives privées. De ton côté, quels sont tes projets d’enquête pour ton séjour actuel à l’EFR ?

Dominique : Mon projet personnel de recherche porte sur les recompositions des périphéries romaines, sur lesquelles j’envisage à terme un ouvrage –outre celui, plus collectif, qui est prévu dans le cadre de Métropoles à l’issue du programme. J’ai eu l’occasion, grâce cette fois au programme trans-section porté par Catherine Virlouvet, de m’intéresser aux Bouches du Tibre, à la zone d’Ostie et de Fiumicino, autour de la valorisation patrimoniale du territoire (parc de Porto Traiano et environs), et cela m’a amené à m’intéresser plus largement à cette périphérie aéroportuaire de Rome.  Je reprends donc mes enquêtes, même si bien sûr le Covid a bouleversé mes plans puisque le séjour devait avoir lieu initialement au printemps 2020. Je devais d’ailleurs, au moment où la crise sanitaire a éclaté, être reçue avec mes étudiants du master « Aménagement et développement local » de l’Université de Paris, par la ville de Fiumicino et un comité d’opposants au projet d’agrandissement de l’aéroport.

Photographie : Parc de Porto Traiano à Fiumicino, 2017 (crédits Dominique Rivière)

Margot : Effectivement, la situation pandémique a contraint nombre d’entre nous sur le plan de l’accès au terrain. D’un autre côté, c’est aussi un très bon moment pour se lancer dans des enquêtes sur nos thèmes de recherche. Pour l’immobilier, par exemple, on pourrait se dire que la crise sanitaire rend moins « rentables » les investissements immobiliers que j’étudie en raison de la baisse du tourisme mais avec le développement du « smart working » et la relocalisation de certaines activités (qu’on observait déjà avant la pandémie), il se peut que l’on assistera à une reconfiguration des investissements et des marchés immobiliers locatifs dans des villes comme Palerme. Je suis très curieuse de voir ce que cela va donner du point de vue des propriétaires privés que j’étudie, mais aussi de celui des intermédiaires et des acteurs politiques que j’espère rencontrer. Un autre intérêt pour moi du programme Métropoles, c’est la possibilité de pouvoir discuter de ces analyses avec des collègues travaillant en ce moment sur le sujet dans d’autres contextes urbains, en Italie, Espagne, Grèce ou même en France, comme nous allons le faire dans la table ronde d’Athènes de novembre prochain.

Dominique : Oui et le nouveau programme EFR porté par Camille Schmoll, Thomas Pfirsch et Giovanni Semi nous donnera, je l’espère, d’autres occasions de rencontres.


Billet de Dominique Rivière et Margot Delon, édité par Nina Valbousquet, membre de l’École française de Rome, section Époques moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search