Entretien avec Enguerrand Lascols, Vincent Lamouraux et Clara Terreaux, élèves conservateurs à l’INP

Enguerrand Lascols, Vincent Lamouraux et Clara Terreaux sont tous trois élèves conservateurs à l’Institut national du patrimoine (INP), en spécialité musées, dans la fonction publique d’État. Entre février et mai 2021, dans le cadre de leur formation, ils ont suivi un stage à l’École française de Rome.

Inventaire de la collection archéologique de l’EFR © Enguerrand Lascols

La formation à l’INP se divise en une partie théorique de neuf mois dispensée dans les locaux situés à Paris, et une partie pratique composée de quatre stages, dont un stage à l’étranger de sept semaines, permettant de comprendre les fonctionnements de l’administration culturelle et le quotidien d’un conservateur du patrimoine.

Pourriez-vous vous présenter brièvement en rappelant votre parcours et votre spécialité à l’INP ?

E. Lascols : Après une licence à l’École du Louvre en archéologie et histoire de l’art, j’ai intégré le master de cette même école en muséologie puis en recherche en histoire de l’art. J’ai alors travaillé sur l’histoire du musée du Louvre durant les années 1930, en me concentrant sur la figure de René Huyghe, alors conservateur du département des Peintures. Ce travail de recherche se faisait sous la direction de Françoise Mardrus et de François-René Martin. En parallèle de mes études j’ai pu réaliser plusieurs stages en musées – au musée Carnavalet à Paris et au musée national de la Renaissance à Écouen – et être assistant commissaire d’exposition pour la galerie d’art contemporain Hauser & Wirth. J’ai également été chargé de mission au service des musées de France, juste avant d’intégrer l’INP.

V. Lamouraux : Après une vie antérieure dans un milieu très différent – la pharmacie – j’ai amorcé une reconversion professionnelle en 2012 en reprenant un cursus de premier cycle à l’École du Louvre, où j’ai plus spécifiquement suivi les spécialités peinture et architecture occidentale. Je me suis surtout intéressé dès cette période à l’époque moderne et notamment au XVIIe siècle. J’ai ensuite suivi un master d’histoire de l’art à l’université Paris IV-Sorbonne, plus particulièrement en histoire de l’architecture, avec la rédaction, sous la direction d’Alexandre Gady, d’un mémoire concernant l’histoire du palais de l’archevêché de Paris, des premières constructions médiévales jusqu’à la destruction du bâtiment en 1831. J’ai enchaîné sur deux années de préparation au concours de l’INP au cours desquelles j’ai effectué plusieurs stages. Au musée du Louvre, dans le département des peintures, j’ai participé à la recherche concernant l’exposition Léonard de Vinci qui s’est tenue en 2019. Aux musées de Chalon-sur-Saône, j’ai travaillé sur l’aménagement des quais de la Saône à la fin du XVIIIe siècle. Enfin, j’ai suivi le travail des conservateurs des monuments historiques à la CRMH de Bourgogne-Franche-Comté. J’ai ensuite intégré l’INP en janvier 2020.

C. Terreaux : Après une classe préparatoire littéraire et une licence d’histoire à la Sorbonne, j’ai suivi les deux cycles de formation de l’École du Louvre. Mes recherches en master, respectivement consacrées aux Fileuses de Velázquez (master 1) et à la collection de tableaux Nicolas Fouquet (master 2), m’ont conduit à me spécialiser dans l’étude de la peinture XVIIe siècle. Avant d’intégrer l’INP en janvier 2020, j’ai effectué des stages et des vacations dans plusieurs institutions d’Île-de-France, au musée du Louvre et au château de Versailles notamment, où j’ai assisté le commissariat scientifique d’expositions entre 2017 et 2019.

A quel stade de votre parcours à l’INP a eu lieu ce stage à l’EFR ?

E. Lascols : Au cours de ma formation, j’ai pu réaliser un stage auprès du directeur régional des affaires culturelles de Corse, auprès du conservateur régional des monuments historiques de Bretagne et un stage long aux musées de Marseille. C’est dans ce cadre que j’ai participé au commissariat de l’exposition Objets migrateurs, qui ouvrira en mars 2022, dont le commissariat général est assuré par Barbara Cassin. Mon rôle était de travailler sur la dernière salle de l’exposition, consacrée à l’histoire des collections des musées de Marseille. En fin de cursus, un stage à l’étranger permet d’ouvrir notre regard aux métiers du patrimoine hors de France, ce qui m’a conduit à Rome !

V. Lamouraux : Parmi les quatre stages qui jalonnent le cursus, celui-ci est le troisième. Au cours des dix-huit mois de formation, nous débutons par un stage de découverte de l’administration culturelle, que j’ai effectué à la DRAC de Lyon et qui a été brutalement interrompu par le confinement de mars 2020. Ensuite, le stage le plus long (six mois) est un stage de spécialité. Il a eu lieu, conformément au concours que j’ai passé, dans un musée et a porté sur ma discipline de spécialité : la peinture et l’architecture de l’époque moderne. J’ai ainsi passé le second semestre de 2020 au musée de Tessé du Mans, où j’ai été en charge de l’étude de la collection de peintures nordiques, un corpus de cent-vingt œuvres essentiellement flamandes et hollandaises du XVIIe siècle. Ces tableaux, pour la plupart non exposés et jamais publiés, seront mis en valeur par une exposition organisée à l’automne 2022 et un projet de publication du catalogue. Après les deux mois passés à l’École française de Rome, je finis actuellement mon cursus par un dernier stage d’un mois au Mucem.

C. Terreaux : Contrairement à Enguerrand et à Vincent, j’ai rejoint l’EFR dans le cadre de mon stage hors spécialité. D’une durée d’un mois – raccourcie à trois semaines en raison de la crise sanitaire – celui-ci vient clore notre formation et nous incite à découvrir des institutions, des typologies de collections qui ne relèvent pas de notre champ de d’étude. En amont, l’INP m’a permis de réaliser un stage à la DRAC Île-de-France, puis de rejoindre durant six mois, pour mon stage de spécialité, le département des arts graphiques du musée des Arts décoratifs à Paris, où j’ai contribué à la préfiguration du catalogue des dessins du XVIIe siècle.  En février-mars 2021, dans le cadre d’un stage à portée internationale, j’ai suivi le chantier de rénovation et d’ouverture du palais d’Haïlé Selassié à Addis-Abeba depuis le château de Versailles, étroitement associé au projet.

Enguerrand Lascols avec Paolo Tomassini (à g.) et Christian Mazet (à dr.), membres de l’EFR, lors d’une séance de documentation photographique et modélisation 3D des pièces de la collection archéologique de l’EFR au Palais Farnèse.

Quels objectifs vous étiez-vous fixés avant de venir faire votre stage à Rome ?

E. Lascols : J’avais surtout le désir de découvrir le fonctionnement de l’EFR, une institution dont on m’avait beaucoup parlé et que j’étais fier d’intégrer. Évidemment il s’agissait également de profiter de cette ville exceptionnelle pour m’enrichir au contact de son patrimoine ! Alors que les musées et monuments historiques étaient fermés en France à cause de la crise sanitaire, nous avons eu la chance d’arriver en Italie durant une belle parenthèse où ils entamaient une réouverture de quelques semaines. Un luxe dont il s’agissait de profiter ! J’ai eu la chance de découvrir ou redécouvrir des sites et des musées dans des conditions exceptionnelles : des musées nationaux romains à la villa d’Hadrien, des multitudes églises qui parsèment Rome à la chapelle Sixtine vide de ses touristes habituels.

V. Lamouraux : La première mission d’un conservateur du patrimoine en stage à Rome n’est-elle pas de (re)découvrir le patrimoine romain ? Mais si j’ai choisi l’EFR, ce n’est pas seulement pour le plaisir de traverser chaque jour les salles du palais Farnèse, un bâtiment que j’avais longuement étudié depuis Paris et que je n’avais admiré que d’extérieur au cours de mes précédents séjours romains. C’est aussi parce que, au sein du corps des conservateurs qui réunit des profils très divers et peut demander des compétences aussi bien en administration qu’en gestion humaine, je tiens à garder une orientation forte vers la recherche scientifique. Rejoindre les équipes de cette institution prestigieuse, dont je connaissais les travaux sans connaître le fonctionnement, m’a permis d’approfondir ce lien avec la recherche que j’avais déjà privilégié dans mon stage aux musées du Mans. La directrice de l’EFR, Brigitte Marin, particulièrement sensible au patrimoine matériel accumulé de façon plus ou moins accidentelle et confuse, m’a proposé des missions en rapport avec mon domaine de spécialité qui m’ont immédiatement séduit.

C. Terreaux : Découvrir l’EFR, son fonctionnement, ses spécificités, ses acteurs. J’avais également à cœur de mener un stage à l’étranger pour découvrir d’autres approches patrimoniales, ce que l’annulation de mon stage à la Wallace Collection de Londres, en février 2021, en raison de la situation sanitaire, ne m’avait pas permis de faire. Pouvoir profiter de Rome et de son extraordinaire patrimoine de façon approfondie –en bénéficiant de conditions de visite de surcroît exceptionnelles – constituait enfin une véritable opportunité.

Au sein de quel(s) service(s) avez-vous travaillé à l’EFR ? Quelle mission vous a été confiée dans le cadre de ce stage ?

E. Lascols : J’ai réalisé mon stage au sein de la section Antiquité, en particulier auprès de Christian Mazet et Paolo Tomassini, tous deux membres de deuxième année. Mon travail a consisté à les assister dans la réalisation d’un inventaire et la valorisation de la collection d’antiques de l’EFR. Formée à la fin du XIXe siècle et constituée de pièces hétéroclites de provenances diverses (vases, statuettes ou objets votifs, petit mobilier), cette collection n’a pas encore été étudiée systématiquement. Le travail entrepris permettra de réaliser un catalogue. Il s’agissait par ailleurs de prévoir la restauration de certaines pièces non seulement pour les conserver dans de meilleures conditions mais aussi pour permettre leur prochaine présentation dans le cadre d’une exposition. J’ai également pu travailler avec le pôle communication de l’EFR, dirigé par Marie Zago, afin de prévoir la diffusion et la mise en valeur de cette collection ainsi que de communiquer sur sa prochaine restauration.

Vue de la collection archéologique de l’EFR © Enguerrand Lascols

V. Lamouraux : Mon stage s’est déroulé sous la double tutelle de Brigitte Marin, directrice de l’EFR, et de Cécile Martini, responsable de la bibliothèque. Comme Enguerrand, j’ai également travaillé avec le pôle communication. Trois missions différentes m’ont été confiées, toutes en lien avec mes compétences concernant l’histoire de l’art des Temps modernes. J’ai d’abord été chargé de l’étude des collections d’art graphique appartenant à l’EFR. N’étant pas un musée, l’EFR n’a pas vocation, a priori, à conserver ce type d’œuvres. La collection de dessins et de gravures de l’institution a été constitué progressivement, suite à des achats à but décoratif et à certaines donations d’anciens directeurs et de membres de l’institution. L’histoire de cette collection était jusqu’ici très mal connue : les portefeuilles, dispersés dans plusieurs bureaux, n’avaient jamais été inventoriés, des séries se trouvaient dispersées entre plusieurs lieux. Il a fallu réunir la totalité du corpus, qui s’élève finalement à 141 dessins et 297 estampes. J’ai réalisé un inventaire exhaustif, réuni les gravures par séries et documenté ces ensembles, souvent incomplets mais d’un grand intérêt. Le travail a permis notamment la mise à jour d’un fonds particulier de dessins d’architecture du XIXe siècle. Son inventaire mériterait de donner lieu à une exposition des plus belles pièces. J’ai ensuite établi un inventaire du mobilier à valeur patrimoniale de l’institution jusqu’ici très peu considérée. Si la plupart des meubles datent de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, plusieurs éléments de mobilier semblent remonter au XVIIIe siècle. Ce travail a permis le récolement des dépôts du Mobilier national (tapisseries et ensemble de sièges Empire), de la manufacture de Sèvres (éléments de vaisselle, biscuits de porcelaine) et du Fonds national d’Art contemporain. Enfin, de façon ponctuelle, j’ai collaboré avec Adrián Almoguera, membre de deuxième année à l’EFR, à la valorisation du chantier de restauration du palais Farnèse, actuellement en cours.

Virginio Vespignani (Rome, 1808 – id., 1882), Plan pour un projet d’aménagement de la place San Giovanni in Laterano, s.d., encres noire, rouge, verte et bleue et lavis d’encres bleue et jaune sur papier collé en plein sur carton, 69,9 x 49,5 cm, Bibliothèque de l’Ecole française de Rome, Inv. 33

C. Terreaux : Auprès de Cécile Martini, j’ai poursuivi le travail de Vincent sur le fonds Vespignani : un ensemble de dessins d’architecture remarquable par sa qualité et offrant un panorama inédit sur l’histoire des murs et des portes de Rome au XIXe siècle. Des recherches ont permis de préciser certaines identifications, d’étayer le corpus avec des œuvres de comparaison mais également de conduire une première réflexion sur la valorisation du fonds à travers une exposition.

Virginio Vespignani (Rome, 1808 – id., 1882), Élévation de la face interne de la Porta Pia avec projet de restitution, 1852, encre noire, lavis d’encres noire et ocre et crayon sur papier, 54,2 x 44,7 cm, Bibliothèque de l’École française de Rome, Inv. 47

Quels sont les principaux acquis et apports que vous retenez de ce stage dans votre formation professionnelle ?

E. Lascols : Ce stage a permis de continuer à me former à la réalisation des deux missions essentielles du métier de conservateur du patrimoine : la conservation des collections et leur mise en valeur. J’ai apprécié pouvoir échanger avec les membres de l’EFR, qui ont un autre rapport aux objets, tourné vers la recherche très spécialisée qui est essentielle pour les conservateurs du patrimoine. Des regards qui, finalement, se complètent !

V. Lamouraux : Ce stage était, pour moi, à la fois dans et hors de ma spécialité. D’une part, il m’a incité à poursuivre la recherche sur des fonds de collection qui est au cœur du métier de conservateur du patrimoine. Dans ce domaine, j’ai repris à Rome un travail que j’avais déjà pu effectuer dans des musées français : inventorier un fonds, chercher sa provenance à travers les archives de l’institution, les inventaires anciens, les multiples documents (correspondance, journaux, documents administratifs divers) qui permettent de comprendre son histoire, les raisons souvent étonnantes pour lesquelles il s’est constitué, puis étudier scientifiquement le fonds grâce à la bibliographie que j’ai surtout consultée à mon retour à Paris. Par ailleurs, ce stage effectué auprès de Cécile Martini, m’a permis de comprendre ce qui réunit comme ce qui différencie les approches des conservateurs de bibliothèque et celles des conservateurs de musées. Le besoin de normalisation est primordial dans les bibliothèques, alors que les musées présentent un net retard sur ce point. Les outils de valorisation sont également très différents et il a fallu se poser la question de la meilleure façon de faire connaître les fonds d’arts graphiques au public alors que ceux-ci ne peuvent pas être exposés et que l’EFR ne disposait pas d’outil informatique permettant de diffuser des notices d’œuvres illustrées – un type d’outil qui est à la base de la gestion des collections dans les musées.

C. Terreaux :  Il a été extrêmement enrichissant de découvrir le fonctionnement d’une bibliothèque, d’appréhender ses spécificités en matière de gestion et de conservation, et réciproquement d’interroger les problématiques qui la rapprochent du musée. La connaissance mutuelle d’institutions qui, bien que voisines, évoluent trop souvent parallèlement, sans réelles interactions, me paraît essentielle et favorisera, je l’espère, de fécondes collaborations futures. Plus spécifiquement, la bibliothèque du palais Farnèse m’a aussi permis de nourrir des échanges avec les boursiers et les membres. Comme à l’EFR, mais sur des modes parfois différents, la recherche est au cœur de notre métier. Une fois encore, conservateurs et chercheurs évoluent trop souvent parallèlement et les rapprochements entre nos deux milieux me paraissent un enjeu important.

En dehors de votre mission de stage, quelques mots sur ce que vous avez le plus apprécié dans la vie romaine ?

E. Lascols : L’art, la nourriture et les amis : la douceur de vivre !

V. Lamouraux : Au cours de cette année particulière, le séjour romain a eu lieu au moment où le Latium voyait ses musées et ses restaurants rouvrir alors qu’en France la vie culturelle et la vie gastronomique étaient à l’arrêt. Ce fut une chance inespérée de profiter de la douceur de vivre romaine, des terrasses ensoleillées, de vraies pâtes à la carbonara et d’artichauts cuisinés de multiples façons entre deux visites d’églises !

C. Terreaux : Retrouver la vie culturelle qui, en France, s’est arrêtée le 31 octobre 2020. Reconquérir les musées, renouer avec les collections, c’est en effet revenir au cœur de notre métier. A la veille de ma prise de poste, aucun stage ne pouvait m’offrir de plus beau retour aux sources.

Propos recueillis par Pauline Cuzel, membre de première année, section Antiquité et Élodie Oriol, membre de deuxième année, section Époques moderne et contemporaine.



Citer ce billet
EFR (2021, 10 juin). Entretien avec Enguerrand Lascols, Vincent Lamouraux et Clara Terreaux, élèves conservateurs à l’INP. À l’École de toute l'Italie. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o4sd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search