L’envol de la défense ! Mission 2020 sur l’aire de fouille du cimitero di Atella dans le cadre du projet « Atella Museo diffuso »

Les recherches sur le site paléolithique ancien de Cimitero di Atella en Basilicate s’intégrent dans le programme PALEO de l’École française de Rome. En 2020, une mission a été menée sur l’aire de fouille dans le cadre du projet « Atella Museo diffuso » de la mairie d’Atella sous la direction de la surintendance (SABAP Basilicata).

La mission de terrain qui s’est tenue en octobre 2020, dans le cadre d’un projet de valorisation du site de Cimitero di Atella en Basilicate a permis d’élargir l’aire de fouille et de prélever une défense d’éléphant (Palaeoloxodon antiquus), cœur de la future exposition. Cette mission a été conduite sous la direction de la Surintendance pour le compte de la Mairie d’Atella. Les opérations de terrain ont été coordonnées par l’archéologue Daniele AURELI (UMR 7041 ArScAn, AnTET) avec le concours de l’archéologue Lucie Germond (UMR 7041 ArScAn, AnTET, contractuelle de l’École française de Rome).

Figure 1 : La défense d’éléphant (Palaeoloxodon antiquus) quitte le site pour une future exposition au Musée.

Le site paléolithique ancien de Cimitero di Atella

Le site paléolithique de Cimitero di Atella se trouve dans la province de Potenza (Basilicate, Italie) non loin du Monte Vulture. À la suite des travaux menés pendant plus de 20 ans par le Professeur Borzatti (Université de Florence), une équipe italo-française a repris, depuis 2017, les recherches sur ce site dans le cadre d’un programme de l’École française de Rome sous l’égide de la surintendance de la Basilicate. L’objectif de ce projet est d’obtenir de nouvelles informations sur l’évolution des paysages et du climat, mais aussi sur les connaissances techniques et les stratégies économiques des groupes humains qui ont peuplé la région d’Atella il y a plus de 500.000 ans. En effet, le site d’Atella se situe à un moment charnière entre la première vague des peuplements de l’Europe qui remonte à environ 1 million d’années et l’émergence du phénomène technique bifacial connu en Europe méditerranéenne entre 700 et 500 000 ans. Les sites ayant livré des bifaces durant cette phase ancienne sont extrêmement rares et ces pièces y représentent toujours une part extrêmement ténue au sein des assemblages. La précision de l’attribution chronologique des occupations d’Atella, principalement due à la présence de niveaux d’origine volcanique, ainsi que la pluralité des chaînes opératoires représentées (bifaces, mais aussi petits outils et débitage) nous offrent donc l’opportunité d’aborder la question de l’émergence du phénomène bifacial et de la place de ces outils dans le panorama du Paléolithique ancien.

Le projet de valorisation du site

Parallèlement au projet scientifique, un programme de valorisation du site a été lancé en 2019 par la Mairie d’Atella afin de restituer les résultats obtenus au grand public (P.O. FESR Basilicata 2014-2020 Asse 5 Azione 6C.6.7.1). Ce projet de Musée diffus, financé par la région Basilicate sur fonds européens et approuvé par la Surintendance, comprend à la fois un volet de protection et de valorisation de l’aire archéologique et la réalisation d’un parcours muséal dans un bâtiment historique du centre du village. Une équipe de muséologues et de graphistes coordonnée par l’archéologue Addolorata Preite est en charge de la mise en œuvre de ce projet.

La mission 2020

Consolidation et extraction de la défense

Le premier objectif était d’extraire l’une des deux défenses d’éléphant, qui se trouvait sur le site depuis plus de trente ans, afin d’être conservée et exposée dans le futur musée.

Figure 2 : La défense d’éléphant (Palaeoloxodon antiquus) en cours de consolidation.

Antonella Vitiello, restauratrice professionnelle, s’est chargée de la consolidation et la stabilisation de l’état de la défense en vue de son extraction. Pour cela, il a été nécessaire de coopérer avec une équipe de forgerons, afin de réaliser une structure de métal qui a permis de consolider les sédiments autour de la défense pour permettre son transport dans le camion.

Parallèlement au travail de restauration de la défense sur site, un bloc de sédiment vertical a été consolidé puis prélevé, afin de conserver une vue des niveaux fluviatiles qui sera exposée au musée pour illustrer le contexte sédimentaire de la défense.

Entre temps, la fouille des sédiments autour de la défense a permis la mise au jour de 52 restes archéologiques, parmi lesquels une majorité d’outils en pierre taillée. Les autres vestiges sont des restes de faune dont une molaire d’éléphant et un grand fragment d’os long de mégafaune.

L’extraction de la défense permettra la poursuite des fouilles des niveaux fluviatiles sous-jacents. Sa restauration s’est poursuivie au musée où elle se trouve actuellement sur un lit de fer, forgé pour l’occasion, qui sera la base de son socle d’exposition dans le musée.

Figure 3 : Démontage de l’ancienne structure de fouille.

Une nouvelle aire !

Une fois la défense à l’abri, il s’agissait de démanteler la structure et le toit de l’aire de fouilles « Borzatti » et d’ouvrir le site à la pelle mécanique de part et d’autre. Grâce à l’équipe de forgerons et d’ouvriers, l’ancienne toiture et l’échafaudage ont été démantelés rapidement et sans endommager les niveaux archéologiques. À cette occasion, les anciens panneaux explicatifs datant de la fouille Borzatti ont été conservés en vue de leur muséographie.

Figure 4 : La défense en cours de restauration dans les locaux du futur musée

Grâce à l’ouverture à la pelle mécanique nous avons obtenu une aire d’environ 250 m² avec des paliers de sécurité. Cette opération a confirmé la présence des niveaux pléistocènes en continuité avec les niveaux archéologiques de l’aire Borzatti mais a restitué aussi une vision plus complexe de l’histoire récente du site. En effet, des structures anthropiques contenant du matériel céramique d’époque historique ont été interceptées dans la partie haute de la séquence stratigraphique. De nouvelles données sur les mécanismes de formation des unités géologiques seront possibles grâce à cette grande fenêtre exploratoire.

Figure 5 : La nouvelle aire de fouille du site de Cimitero di Atella après le démontage de l’ancienne structure.

La mission archéologique 2020 à Cimitero di Atella a donc permis de mettre la défense à l’abri en vue de sa muséalisation tout en ayant conduit à élargir considérablement l’aire de fouilles qui répond désormais aux normes de sécurité. La fouille en extension d’un niveau archéologique bien conservé, repéré dans un sondage en 2019 sera désormais possible. Toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour que, dans les années qui viennent, Atella deviennent un véritable chantier-école pour les étudiants français et italiens, ce qui représente un atout majeur pour la communauté d’Atella.

 

Billet rédigé par Daniele AURELI (UMR 7041 ArScAn, AnTET), Lucie GERMOND (UMR 7041 ArScAn, AnTET), Roxane ROCCA (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Umr 7041 ArScAn – ethnologie préhistorique).

Propos recueillis et édités par Pauline Cuzel, membre de première année de l’École française de Rome, section Antiquité.

 

Références du projet de muséalisation (Mairie d’Atella, Région Basilicate)

Interventi per la tutela e valorizzazione e messa in sicurezza del patrimonio culturale, materiale ed immateriale nelle aree di attrazione di rilevanza strategica tale da consolidare e promuovere processi di sviluppo. P.O. FESR Basilicata 2014-2020 Asse 5 Azione 6C.6.7.1 -Basilicata attrattiva 2019. Lavori di realizzazione di una struttura a copertura e musealizzazione dell’area archeologica sita in Atella località.

Publications 

Rocca – Aureli 2019 = R. Rocca, D. Aureli, Cimitero di Atella. Résultats de la mission 2018, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2019, http://journals.openedition.org/cefr/3329.

Rocca – Aureli – Abruzzese 2018 = R. Rocca, D. Aureli, C. Abruzzese, Cimitero di Atella. Nouvelles recherches et valorisation d’un gisement du Paléolithique ancien en Méditerranée, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2018, http://journals.openedition.org/cefr/1910.

Rocca et al. 2020 = R. Rocca, A. Da Costa, L. Germond, D. Aureli, Cimitero di Atella : résultats de la mission 2019, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2020, http://journals.openedition.org/cefr/4436.

Rocca et al. 2020 = R. Rocca, C. Abruzzese, D. Aureli, E. Nicoud, M. Pagli, L’Italia circa 500.000 anni fa: centro o periferia nel Mediterraneo?, dans M. Bernabò Brea (éd.), Italia tra Mediterraneo ed Europa: mobilità, interazioni e scambi, Florence, 2020, p. 7-17.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search