Francesco Massa. Entretien avec un chercheur résident de l’École française de Rome

Francesco Massa est Professeur assistant au Département d’Histoire de l’Université de Fribourg (Suisse), où il dirige un projet sur « La compétition religieuse dans l’Antiquité tardive », financée par le Fonds National Suisse de la recherche scientifique. Il co-organise une journée d’étude sur Les sites religieux de l’Orient romain : un partage compétitif dans l’Antiquité tardive ? avec Maureen Attali, le 4 juin 2021. Il a été accueilli en tant que chercheur résident à l’École française de Rome du 4 janvier au 28 février 2021.

Quel est votre domaine de recherches ?

Spécialiste des religions de l’Antiquité, mes travaux visent à appréhender les religions de l’empire romain en les replaçant dans les dynamiques politiques et culturelles du monde romain. Mes recherches se concentrent sur les cohabitations entre les divers groupes religieux, dans le but d’éclairer les transformations religieuses des IIe-IVe siècles ; elles visent également à mettre en évidence comment ces transformations s’articulent, dans les sources des premiers siècles de notre ère, à un nouveau vocabulaire religieux, défini par des notions telles que « paganisme », « mystères », « religion », ou « hérésie », qui deviendront des catégories centrales de l’histoire des religions aux époques ultérieures.

Sur quel thème travaillez-vous actuellement ?

Après avoir codirigé, avec Nicole Belayche, un programme de recherche sur les cultes à mystères des mondes grec et romain, je travaille actuellement sur la question de la compétition religieuse entre païens, juifs et chrétiens pendant l’Antiquité tardive. Ce projet vise à montrer comment les diverses formes de compétition religieuse de l’Antiquité tardive ont produit ce que j’appelle un « laboratoire du religieux », à savoir un lieu de production de nouvelles catégories religieuses et de réflexions sur la religion qui caractérise les siècles de l’Antiquité tardive.

Grâce à la notion de compétition, l’équipe que je dirige à l’Université de Fribourg étudie les interactions religieuses de l’Antiquité tardive comme agents de détournements, reformulations, controverses qui ont conduit à un nouveau cadre conceptuel. La recherche est construite autour de trois étapes : (1) l’émergence d’un nouveau vocabulaire religieux et d’une nouvelle définition de la religion ; (2) la nécessité chrétienne de classifier et hiérarchiser les traditions religieuses de l’Empire romain ; (3) la naissance d’un discours chrétien évolutionniste sur les religions.

L’un des premiers dossiers abordés dans ce projet est celui de la « spatialisation » de la compétition religieuse. Afin d’explorer ce thème, j’organise avec Maureen Attali, post-doctorante dans le cadre du projet, une journée d’études sur Les sites religieux de l’Orient romain : un partage compétitif dans l’Antiquité tardive ?. La rencontre, qui aura lieu le 4 juin 2021, vise à définir les modalités de fréquentation des sites religieux partagés, leur topographie, le statut légal des bâtiments et leurs évolutions architecturales en tant qu’ils engendrent ou révèlent des interactions communautaires.

Affiche de la journée d’étude organisée par Francesco Massa et Maureen Attali le 4 juin 2021 : « Les sites religieux de l’Orient romain : un partage compétitif dans l’Antiquité tardive ? »

Pourquoi avez-vous candidaté à un poste de chercheur-résident à l’EFR ? Qu’est-ce que ce séjour romain a apporté à vos recherches ?

Un autre volet de ma recherche sur la compétition religieuse aborde la représentation du divin dans le polythéisme romain des IVe-Ve siècles, afin de comprendre comment les divinités sont classées et organisées dans les cultes romains tardifs. Le séjour à l’École française de Rome comme chercheur résident m’a donné l’occasion d’analyser notamment les taxinomies religieuses proposées par ceux que l’on appelle (avec une étiquette essentialiste) les « derniers païens » de Rome, à savoir les tenants de la religion traditionnelle qui ont vécu l’interdiction progressive des pratiques païennes.

La question de départ qui animait ma réflexion était la suivante : si dans le monde chrétien, les taxinomies deviennent progressivement dogmatiques (sans renoncer toutefois à des approches expérimentales), quelles sont les stratégies que l’on observe du côté païen ? Ce questionnement permet de remettre en question l’idée du processus d’une évolution interne au paganisme d’époque impériale qui aurait conduit à l’exaltation des divinités depuis l’époque hellénistique et à une tendance à la spiritualisation qui aurait constitué une forme de « monothéisme païen », donc une forme spécifique de taxinomie religieuse tardive.

Quels sont les premiers résultats de votre enquête ?

Les deux mois de recherches à l’École française de Rome se sont concentrés plus particulièrement sur un corpus d’inscriptions. Dans une période exceptionnellement bien datée, qui va de 376 à 385, un groupe de personnages appartenant à l’aristocratie romaine a affiché, dans une série d’inscriptions, les fonctions politiques et religieuses qu’ils avaient accumulées au long de leur vie. À titre d’exemple, je citerai les inscriptions concernant les personnages suivants : Ulpius Egnatius Faventinus, Sextilius Aegesilaus Aedesius, Alfenius Ceionius Iulianus Kamenius et Vettius Agorius Praetextatus. Les charges sacerdotales rappelées dans les textes épigraphiques sont liées à une multitude de divinités : ce faisant, ces sources construisent des réseaux de divinités inscrites dans des taxinomies conjoncturelles qui, à première vue, semblent échapper à une structure hiérarchique, mais dont l’organisation peut tenir à l’importance des fonctions ou des sanctuaires.

Les premiers résultats de ce séjour de recherche ont été présentés par Francesco Massa lors d’une séance des Incontri tardoantichi a Roma (ITAR) le 17 mai 2021 : « Iniziazioni e tassonomie divine nel politeismo romano tardoantico ».

Puisque les polythéismes sont des systèmes ouverts, leurs logiques classificatoires sont, avant tout, conjoncturelles et contextuelles. Bien que fluides, ou peut-être précisément en raison de cette fluidité, les taxinomies sont essentielles pour comprendre comment les Romains pensaient et pratiquaient un monde divin ramifié à l’échelle de leur vaste empire multiculturel.

Propos recueillis par Pauline Cuzel, membre de première année de l’École française de Rome, Section Antiquité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search