Sous les archives, la fouille. Pour une remise en contexte des missions archéologiques de l’École française de Rome à Bolsena (1946-1982)

Du rôle crucial des archives de fouilles en archéologie

Ce billet, synthèse d’un stage effectué à l’École française de Rome entre le 17/09/2018 et le 19/01/2019, propose une lecture alternative des fouilles de l’EFR à Bolsena (Latium, VT), l’un des chantiers archéologiques emblématiques de l’institution par sa longue durée (1946-1982) et les acteurs qui y ont été mobilisés.

Discipline qui doit son existence à la destruction de la matière première qu’elle étudie, l’archéologie possède la particularité au sein des sciences humaines d’agir de manière irréversible sur le terrain : chaque coup de truelle est assassin et emporte avec lui des informations contextuelles fondamentales qui, si elles ne sont pas relevées dans l’instant, sont perdues à jamais pour la communauté scientifique.

On comprend dans cette perspective l’importance cruciale des archives de terrain, de cette documentation éparse (journaux de fouilles, notes, relevés, photographies…). Ces données brutes sont capitales pour cerner le cheminement intellectuel de l’archéologue, de la fouille à l’interprétation historique. On ne doit sous aucun prétexte négliger, en parallèle, les archives dites « administratives » – pourtant souvent écartées même des publications les plus récentes –, qui sont en fait indispensables à la compréhension du fonctionnement de l’opération archéologique : factures, détail des budgets, concessions de fouilles, correspondances, notes de service, registre des ouvriers, photographies d’équipe… Tous ces documents, a priori « ascientifiques » en ce qu’ils ne conduisent pas aux résultats attendus de l’archéologie, devraient en fait être considérés comme « para-scientifiques » et, à cet égard, valorisés au même titre que ceux qui décrivent directement vestiges et unités stratigraphiques.
Appliquée au cas de Bolsena, cette démarche d’étude et de valorisation des archives de fouilles consistait à exploiter un vaste fonds (5,5 mètres linéaires pour environ 10 000 documents, 114 plans, 294 diapositives et 3038 photographies) alors récemment inventorié, témoignant de près de quarante ans de fouilles archéologiques sur plusieurs sites de la commune au sortir de la guerre, une période charnière pour l’évolution des techniques de fouilles et d’enregistrement des données, mais aussi pour la transformation des relations institutionnelles entre la France et l’Italie, sans oublier l’histoire de l’École française de Rome dont Bolsena faisait office de chantier-école et de terrain de formation pour les membres.

De 1946 à 1982, ce ne sont pas moins de 35 campagnes de fouilles qui ont été menées dans la région de Bolsena, mobilisant plusieurs dizaines d’hommes et de femmes (ouvriers italiens, membres de l’EFR, intervenants spécialisés, administrateurs italiens, assistants…) auxquels ce billet souhaite rendre hommage.

Fouilleurs et ouvriers : une histoire des oubliés du chantier de Bolsena

À la lecture de R. Bloch dans sa monographie de 1972, reconvoquant nostalgiquement les souvenirs de la grande aventure humaine que constitue la fouille archéologique, on croit entendre les paroles du « vieux pasteur », ce berger que plus de soixante-dix ans d’arpentage des terres de Bolsena avaient rendu l’un des meilleurs connaisseurs de la région. Ne pas arriver en terrain conquis fort de ses moyens financiers et de ses diplômes universitaires, prendre le temps de considérer et d’écouter ce qu’ont à dire « les locaux », telle est l’une des grandes leçons à tirer des fouilles Bloch (fig. 1). L’archéologie est une discipline collective et inclusive : « Nous fouillons, c’est votre histoire », dit la devise de l’Inrap.

Fig. 1 : Une photographie non légendée du fonds Bolsena, identifiée par des témoignages oraux et datée de 1965. De gauche à droite, au premier plan : André Balland, Mme Tchernia, André Tchernia, Nicolò Chieco, n. id, n.id. De gauche à droite, au second plan :‌ Gilbert Hallier, n. id., n. id., Fausto Ranocchia, Franco Ranocchia (?), n. id., n. id., n. id.

Néanmoins, dans la grande chaîne de l’archéologie, un maillon essentiel est souvent effacé des publications : les ouvriers, affectés aux travaux de gros-œuvre, de nettoyage, mais aussi de fouille fine. Recrutés là où la main d’œuvre spécialisée et étudiante manque, en particulier dans les fouilles françaises à l’étranger, les ouvriers sont pourtant ceux qui, en détruisant les couches stratigraphiques, seraient les plus à même de produire l’information archéologique que constitue un changement de texture ou de couleur de la terre. À Bolsena, les ouvriers – tous des hommes – sont des acteurs cruciaux de l’opération de terrain, souvent recrutés plusieurs années de suite et sur deux ou trois générations. Il nous semble aujourd’hui indispensable de rétablir la place de ces fantômes de chair et de terre.

L’étude des archives administratives des fouilles de Bolsena n’a pas permis de faire la lumière complète sur les recrutements : 19 années n’ont livré aucune documentation nommément relative aux ouvriers (1946, 1950, 1953-1955, 1959, 1963, 1970-1971, 1973-1982) et l’année 1949 n’a fourni que des données partielles. L’information a été tirée des factures, des fiches et livre de paye, ainsi que des registres matricule pour l’assurance contre les accidents du travail.

Il nous a ainsi été possible de montrer que pas moins de 172 ouvriers (fig. 2) sont intervenus à Bolsena entre 1946 et 1972 (les dix dernières années manquant). En gardant en tête que ces données, quoique numériquement représentatives, demeurent fragilisées par la fragmentation des données brutes disponibles, se dégage globalement l’impression que, pendant les années R. Bloch (1946-1963), les équipes sont importantes et jeunes : une moyenne de 35 ouvriers et un âge moyen de 35 ans entre 1947 et 1958 ! Gardons en tête néanmoins qu’il est rare que l’ensemble des ouvriers soit mobilisé à un instant t, ce qui peut nuancer le raisonnement sans l’invalider totalement. La densité des équipes Bloch se comprend en fait aisément : le dégagement du rempart puis les nombreuses investigations au niveau de la Cività et de la Capriola ont nécessité de couvrir de vastes surfaces et de déblayer des quantités importantes de terre.

Fig. 2 : au moins 172 ouvriers sont intervenus sur le chantier de Bolsena entre 1946 et 1982

A l’inverse, la fouille du Poggio Moscini à partir de 1962 a mobilisé des troupes deux fois moins grandes, de l’ordre de 17 à 18 individus en moyenne, plus âgés, entre 1962 et 1975. Trois facteurs essentiels peuvent être mobilisés ici : d’une part une extension plus circonscrite des fouilles, due notamment à l’exigence de publications et au choix d’une fouille fine et limitée plutôt qu’un décapage extensif ; d’autre part, l’investissement des membres de l’EFR à partir de 1962 dans la fouille elle-même, et plus uniquement dans sa supervision, auquel s’ajoute la présence croissante de stagiaires à partir des années 1970 ; enfin l’augmentation du montant de la paie ouvrière journalière qui a nécessité une réduction de l’investissement dans la main d’œuvre ouvrière.

Le rôle des fouilles de l’EFR à Bolsena ne peut pas se limiter aux résultats scientifiques qu’on lui connait : elles ont aussi eu, sur près de quarante ans, un impact social majeur en mobilisant pendant de longues semaines une fraction de la population locale, cimentant dès l’origine des liens de sociabilités sans cesse renouvelés sur près de trois générations. Ce modeste travail a pour seule ambition de conférer de nouveau une identité à ces fouilleurs, fantômes de la terre, rendus anonymes par les publications.

La truelle et l’oseille : quelques considérations sur les crédits de fouilles et le devenir des sites archéologiques à travers l’exemple du site de Bolsena

La question du budget des fouilles anciennes est rarement abordée par les publications archéologiques, elle demeure pourtant cruciale pour tenter de comprendre a posteriori le devenir des sites : sur près de quarante ans, la problématique budgétaire compte parmi les principaux sujets des correspondances sur l’ensemble du fonds Bolsena et elle constitue, de loin, la première raison qui menaçait de mettre fin aux opérations. Les archives de l’EFR permettent de suivre l’évolution de l’attribution des crédits de fouille sur environ trente ans, incertaine pour l’année 1950 (sans fouilles) et, pour des raisons obscures, inconnue pour la période 1974-1982.

Au total, les fouilles de Bolsena ont représenté, assurément (1946-1949 puis 1951-1973), un coût total de 116 865 946 lires que l’on peut extrapoler prudemment à un peu plus de 222 millions de lires pour l’ensemble de la période (en tenant compte de la forte dévaluation de la lire italienne après la crise du Kippour et plus encore après le deuxième choc pétrolier de 1979 : si 1 dollar américain s’échangeait contre 100 lires en 1945, il en vaut 620,7 en 1960 et 1353,7 en 1982, à la fin de la fouille Bolsena !). Pour comparaison, mutatis mutandis, l’achat du bâtiment de la place Navone par le Ministère de l’Education Nationale pour le compte de l’EFR en 1966 est revenu à 450 millions de lires. La somme totale d’argent consacrée à Bolsena est donc en soi tout à fait conséquente, mais doit naturellement être rapportée sur une longue durée de quarante ans et en tenant compte des fluctuations financières.

Quand commencent les fouilles en 1946, le budget attribué par la Commission des fouilles est exploité pour l’achat de matériel, souvent effectué sur le marché parallèle au sortir de la guerre, donc sans émission de justificatif de paiement ; de même la paye des ouvriers, en liquide, n’est attestée que par la remise de reçus propres à l’EFR. Bien souvent, les factures ne sont que des bouts de papier griffonnés au crayon de papier et officialisés par une signature du directeur, alors A. Grenier, et un tampon de l’École (fig. 3).

Fig. 3 : facture improvisée du 5 mai 1948 (BOL-ECR 3)

A ces justificatifs de paiement improvisés vient s’ajouter une série de dépenses opaques que R. Bloch avait pris l’habitude de pratiquer, notamment par l’usage, aujourd’hui décrié, des pourboires versés aux ouvriers à qui Bloch offre volontiers « vin et cigarettes » en échange d’informations ; en 1953, près de 20% du budget ne sont pas justifiés sous forme de factures, et la bonne utilisation des fonds alloués n’est donc attribuée qu’à la bonne foi de R. Bloch.

Cette pratique devient vite incompatible avec la rigidification des contraintes administratives pour bénéficier des crédits de fouilles : le 1er juillet 1963 est créée par arrêté une régie d’avances à l’EFR en charge des budgets de fouilles qui met en place des procédures strictes. La fonction se superposant à celle de secrétaire général, c’est André Guillou qui inaugure le poste.

A compter de cette date, les factures en bonne et due forme se font de plus en plus nombreuses dans les archives : chaque dépense, même infime, est systématiquement relevée sur papier dactylographié, signée par le bénéficiaire, le directeur de l’EFR et le régisseur d’avances (fig. 4).

Fig. 4 : facture du 10 mai 1964 signée par le directeur Pierre Boyancé, le régisseur d’avances André Guillou et le bénéficiaire Antonio Lansi (BOL-ECR 24)

De fait, on assiste entre les années Bloch et la fin des opérations à la mise en place d’un réel plan de gestion des budgets où les dépenses injustifiées n’ont plus leur place. Une logique claire d’assainissement et de reprise en main des finances est à l’œuvre : il faut rentabiliser le chantier.

Les dernières années de fouilles, placées à partir de 1977 sous la direction de Pierre Gros, sont marquées par une série de doutes quant à la poursuite des fouilles. Le motif financier n’est pas explicitement mentionné dans les archives, mais les années 1970 et plus encore 1980 coïncident avec la démultiplication des chantiers de fouilles (Marzabotto, Rome, Megara Hyblaea) : l’activité archéologique de l’École pour le moins prolifique devient matériellement et financièrement incompatible avec le maintien du chantier. En 1982, après près de quarante campagnes, la quasi-totalité de la surface exploitable du Poggio Moscini ayant été fouillée, les recherches sont définitivement interrompues sur le site de Bolsena.

Cette rapide plongée dans les archives budgétaires nous a montré que, loin d’être accessoire, la question du financement des fouilles archéologiques et de l’emploi des crédits est au cœur même de la bonne tenue de l’opération archéologique : elle témoigne des moments de tension, de restructuration des équipes, des pratiques de terrain et plus généralement des reconfigurations institutionnelles à l’œuvre dans la seconde moitié du XXe siècle.

Martin Jaillet

Pour aller plus loin :
BLOCH R., Recherches archéologiques en territoire volsinien de la protohistoire à la civilisation étrusque, Paris, De Boccard, 1972
DELLA FINA G. M. & PELLEGRINI E. (a cura di), Da Orvieto a Bolsena: un percorso tra Etruschi e Romani, Ospedaletto (Pisa), Pacini, 2013 : bibliographie la plus complète sur Bolsena.
FAYET S., « Documenter l’absence : les archives d’archéologues ». In : Sciences de la société, 89, 2013, pp.126-139.
GRAS M., « Publier, encore et toujours ». In : Baloup D. & Salès M.-P. (coord.), Les publications archéologiques. Question de rythme et de supports, Mélanges de la Casa de Velázquez, 43-2, 2013, pp. 265-274.
GROS P., Bolsena I. Guide des fouilles, Rome, EFR, 1981.
ZANELLA S., BRUN J.-P., DENOYELLE M., ROUILLARD P. & VERGER S. (dir.), Les archives de fouilles : mode d’emploi, Paris, Collège de France, 2017.
Travaux du consortium MASA (Mémoire des Archéologues et des Sites Archéologiques) disponibles sur https://masa.hypotheses.org
Financement et réglementation étatique de la pratique de l’archéologie (fin XIXe- début XXe siècle), Les Nouvelles de l’Archéologie, 133, 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search