Programme KVARNER : Études archéologiques et historiques des monastères et sites ecclésiaux insulaires de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans l’espace dalmate historique

Les modalités et les conditions de la diffusion d’un premier monachisme de l’Antiquité tardive et de son évolution jusqu’à l’arrivée des bénédictins entre les IXe et XIe s., mais aussi, plus globalement, l’impact de l’Église sur les sociétés et les territoires littoraux et insulaires de l’Adriatique croate dans la période donnée sont au cœur des problématiques que nous développons dans le cadre du programme de recherche « Kvarner » (fig. 1).

Fig. 1 : Vue générale de l’église paléochrétienne de Martinšćica (cl. J. Behaim et I. Kranjec, 2019)
Fig. 1 : Vue générale de l’église paléochrétienne de Martinšćica en cours de fouille, 2019 (cl. J. Behaim et I. Kranjec, 2019)

L’une des principales difficultés de notre étude réside non seulement dans la reconnaissance et la définition même des « complexes ecclésiaux », mais aussi dans l’identification des complexes monastiques au sein du grand nombre de ces complexes que nous avons pu étudier par le passé dans le région-test du Kvarner, et dont les fonctions se sont avérées d’une grande pluralité : on peut en effet rencontrer tout autant des villae tardo-antiques dotées d’églises patrimoniales, des fortins protobyzantins avec « oratoires », des hameaux de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge avec chapelles votives, que des groupes presbytéraux et baptismaux proto-paroissiaux. La question qui s’est imposée également est celle du passage possible d’une fonction à une autre, comme la transformation d’une villa en monastère ou la gestion d’une basilique martyriale funéraire par une communauté monastique. La difficulté de différenciation des multiples catégories de nos complexes résulte aussi de la définition d’un monastère pour la période et la région étudiée, tant l’acceptation de cette dénomination recouvre des réalités architecturales, des pratiques religieuses, des usages ou des statuts différents. Le programme que nous menons depuis 2017 sur les îles du Kvarner (nord d’Adriatique) propose de renouveler l’approche de sites ecclésiaux, ciblés sur la base de leur potentiel archéologique et historique, à partir d’un croisement des sources et de l’engagement d’un dialogue entre les disciplines.

Ainsi, à partir d’une approche multiscalaire, prenant en compte tout autant les monuments, les complexes, que les paysages et territoires auxquels ils appartiennent, les recherches pluridisciplinaires menées sur les complexes monastiques et ecclésiaux de Saint-Pierre d’Osor (île de Cres), Martinšćica (île de Cres) et Mirine (île de Krk), ont permis d’engager une relecture en profondeur de nos connaissances sur l’origine et la morphogenèse de ces sites aux potentiels prometteurs (fig. 2). On pourra prendre connaissance des résultats des sept campagnes de fouilles menées entre 2017 et 2021 – comme celles antérieures – dans les Chroniques archéologiques en ligne de l’EFR. Lors de ce programme, nous avons également engagé l’analyse de la documentation écrite médiévale et moderne (correspondances, sources conciliaires, actes de la pratique, cartulaires, chroniques, textes hagiographiques, inscriptions, archives, etc.) qui mentionne les sites monastiques étudiés et des fondations voisines. Au total, les actes antérieurs au XIIe s. collectés dans le Codex diplomaticus Regni Croatiae, Dalmatiae et Slavoniae ont ainsi permis de recenser 18 monastères. Ces actes proviennent surtout des monastères de Zadar, de Biograd et de Split, considérés comme des foyers de la réforme monastique au XIe s.

Fig. 2 : Carte de l’archipel du Kvarner et localisation des sites étudiés (d’après M. Čaušević-Bully et S. Bully)
Fig. 2 : Carte de l’archipel du Kvarner et localisation des sites étudiés (d’après M. Čaušević-Bully et S. Bully)

Monastère Saint-Pierre d’Osor

Ainsi, le monastère Saint-Pierre d’Osor, absent de l’ensemble des sources d’archives avant 1212 – d’après les recensements réalisés à ce jour –, trouve son origine dans une première église des VIIIe-IXe s., peut-être fondé par un tribun du Kastron d’Osor, Marius, d’après une architrave inscrite découverte au XIXe s. dans le secteur de l’église (aujourd’hui disparue). La singularité régionale du plan cruciforme de cette première église pourrait renvoyer à des modèles architecturaux témoignant de l’appartenance politique des îles du Kvarner à l’espace byzantin à cette époque. Un mausolée contenant des tombes en formae est érigé à proximité immédiate de l’église au Xe s., et donc antérieurement à la fondation du monastère vers 1018 d’après une tradition provenant de sources tardives du XVIIIe s., mais que semble confirmer l’étude archéologique. En effet, c’est au début du XIe s. que l’on attribue la reconstruction de l’église, mais aussi, peut-être, un carré claustral et des bâtiments conventuels. Des tombes maçonnées complètent celles en formae dans le mausolée, désormais monastique, qui accueille alors 105 individus entre le XIe et le XIVe s., dont seulement neuf femmes, mais toutes appartenant aux premiers horizons d’inhumations (fig. 3).

Le colloque international organisé en juin 2018 à Osor a permis une première synthèse des approches historiques et archéologiques, tout en engageant une contextualisation du monastère à l’échelle de l’Adriatique. Le traitement et l’analyse de la masse des données rassemblées sur ce dossier sont en cours d’aboutissement, mais demandent encore un temps de maturation et de synthèse avant de livrer une publication monographique susceptible de renouveler et d’enrichir de manière substantielle nos connaissances sur l’histoire du monastère, sa place dans la construction politique et religieuse d’un territoire insulaire, et plus largement sur l’architecture et la topographie monastique dans cet espace de l’Adriatique croate, en comparaison de modèles de l’aire Adriatique italienne.

Fig. 3 : Fouille du vestibule de l’abbatiale Saint-Pierre d’Osor (cl. S. Bully, 2017)
Fig. 3 : Fouille du vestibule de l’abbatiale Saint-Pierre d’Osor (cl. S. Bully, 2017)

Complexes ecclésiaux de Martinšćica et de Mirine

Les complexes ecclésiaux de Martinšćica et de Mirine ont comme dénominateur commun avec Saint-Pierre d’Osor une prégnance du contexte insulaire, tout en se situant, pour Saint-Pierre dans un espace urbain, pour Mirine, dans un espace suburbain et pour Martinšćica dans un espace rural. L’historiographie retient également pour ces deux sites une occupation monastique au XIe s. : c’est l’un des enjeux du programme.

La fouille du complexe de Martinšćica, découvert en 2010, a débuté en 2014. Il s’agit d’une villa maritime antique du Haut-Empire présentant d’importantes phases de l’Antiquité tardive – et peut-être du haut Moyen Âge –, bordée d’une grande église paléochrétienne (fig. 1, supra). De nouvelles datations plaident en faveur de sa construction dès la deuxième moitié du IVe s., ce qui en ferait l’une des plus anciennes églises de la région. Cette église, possible manifestation d’un acte d’évergétisme du dominus de la villa, avec des fonctions baptismales et funéraires privilégiées – tombes de l’Antiquité tardive en formae dans le bras sud du transept –, conserve une certaine importance au début du VIIIe s., comme l’indiquerait la découverte d’un sceau notarial d’une chancellerie byzantine. Mais c’est aussi durant ce siècle que l’église (et le complexe ?) change de statut : des unités d’habitations (cellules ?) accolées à son chevet semblent accréditer l’hypothèse de l’installation d’une communauté religieuse (qui perdure jusqu’au XIIe-XIIIe s.).

Le complexe antique, paléochrétien et médiéval de Mirine d’Omišalj fait l’objet de recherches depuis 2013 ; depuis 2016 les fouilles offrent l’opportunité d’un chantier-école pour les étudiants en archéologie de L3 de l’université de Franche-Comté (fig. 4). Les dernières campagnes menées sur le secteur de l’église haut médiévale ont démontré que celle-ci a été érigée sur les ruines de la pars rustica ou fructuaria d’une villa de l’Antiquité tardive. On propose désormais que la construction de la proche basilique paléochrétienne dans le premier quart du Ve s. – sur le domaine de la villa – serait également à mettre à l’actif du dominus.

Fig. 4 : Chantier-école de Mirine (cl. M. Rizner, 2018)
Fig. 4 : Chantier-école de Mirine (cl. M. Rizner, 2018)

La découverte de villae occupées dans l’Antiquité tardive lève le voile sur la raison d’être de ces églises paléochrétiennes dont les grandes dimensions interpellaient. Distinctes des modestes oratoires familiaux, assez couramment rencontrés, elles forment une nouvelle catégorie d’églises de type « patrimoniale ». L’ambition de ces constructions est vraisemblablement liée au statut des familles propriétaires des villae, comme de leur situation sur des routes maritimes. Sur le premier point, la découverte récente du nom d’un dominus de la villa de Martinšćica, de la famille des Cluentii, originaires de la Regio X et d’Aquilée, renvoie à la découverte du nom d’un dominus de la proche villa sur l’îlot de Saint-Pierre d’Ilovik : Caius Cornelius, édile quattorvir d’Aquilée. Dans ce dernier cas, nous avions découvert en 2011, à proximité de la villa maritime, l’une des plus grandes basiliques paléochrétiennes de l’archipel, basilique transformée en monastère bénédictin au XIe s. À Mirine, la découverte d’une fibule cruciforme – notamment –, insigne d’une autorité impériale ou militaire au IVe s., plaide également pour un statut élevé des propriétaires de la villa. Enfin, on s’interrogera sur le choix du monastère Saint-Pierre d’Osor à l’emplacement de la fondation privée du tribun Marius. Le lien entre certaines villae antiques et l’établissement de communautés religieuses, assurément monastiques pour certaines, dès le haut Moyen Âge (comme à Martinšćica), pourrait ne pas être réduit à une simple réoccupation opportuniste d’un lieu, mais pose la question de la transmission d’une propriété et d’un transfert de pouvoir.

En proposant l’étude croisée de l’évolution des « complexes ecclésiaux », d’une part, et de la production manuscrite monastique, d’autre part, ce programme permet de replacer les premiers siècles du monachisme insulaire croate dans l’histoire culturelle, sociale et politique de l’Adriatique au moment où se redéfinissent les sphères d’influence dans la région (fig. 5). Il participe, pour la Croatie, au renouvellement historiographique qui invite à repenser les modèles, les réseaux et les fonctions du monachisme bénédictin dans la mise en œuvre la réforme universelle de l’Église au XIe s. dans un espace maritime, littoral et insulaire perçu par le pouvoir pontifical comme une porte d’entrée vers l’espace byzantin, les Balkans et l’Europe centrale.

Fig. 5 : Donation du roi croate Krešimir au monastère saint Jean de Biograd (Archives de Zadar, 1060, cl. S. Gioanni, 2018)
Fig. 5 : Donation du roi croate Krešimir au monastère saint Jean de Biograd (Archives de Zadar, 1060, cl. S. Gioanni, 2018)

Bibliographie sélective

Le programme Kvarner est porté par l’EFR, le MEAE et les UMR Chrono-environnement (Besançon), ARTEHIS (Dijon), et HISOMA (Lyon).

Morana Čaušević-Bully
Maître de conférence en archéologie et en histoire de l’art
Université de Franche-Comté, UMR 6249 Chrono-Environnement

Sébastien Bully
Chargé de recherche au CNRS- UMR 6298 ARTEHIS
Université de Bourgogne Franche-Comté (Dijon)

Stéphane Gioanni
Professeur de latin tardif et médiéval
Université Lumière, Lyon 2, UMR 5189 HISOMA


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search