Pour une édition électronique des cartulaires de Farfa

L’Italie centrale est connue pour être le lieu de production de grands cartulaires monastiques, compilés entre les années 1090 et le premier tiers du XIIe siècle. Les abbayes Sainte-Marie de Farfa, de Saint-Vincent au Volturne, de Saint-Benoît du Mont Cassin, de Saint-Clément de Casauria, de Saint-Barthélemy de Carpineto, de Saint-Sauveur à la Maiella ont chacune apporté leur pierre à une entreprise de cartularisation qui n’a rien à envier à celle du nord des Alpes. À Farfa, Grégorio di Catino (1060-1133), en charge des archives monastiques, a laissé pas moins de quatre œuvres, complémentaires, dont l’ensemble forme un monument probablement inégalé en Occident : le Liber gemniagraphus, sive cleronomialis Ecclesiae Farfensis – ou Regestum Farfense ; le Liber largitorius vel notarius monasterii Pharfensis ; le Chronicon Farfense ; le Liber florigerum cartarum Farfensium, dont les manuscrits autographes sont conservés.

  1. Dans le Regestum Farfense (BAV, Vat. lat. 8487, en ligne : volume 1 et volume 2) ont été copiés 1324 documents ordonnés par ordre chronologique, du VIIIe au XIIe siècle, relatifs principalement aux donations et aux ventes par lesquelles s’est formé le patrimoine de l’abbaye ;
  2. Le Liber largitorius vel notarius monasterii Pharfensis, également appelé Liber emphiteuseos terrarum monasterii Pharfensis (Roma, BNC, Farf. 2), rassemble plus de 2 000 pièces depuis l’année 792, sous forme abrégée, relatives aux concessions foncières de Farfa, en emphytéose ou par d’autres types de contrats ;
  3. Le Chronicon Farfense (Roma, BNC, Farf. 1) est la narration de l’histoire de l’abbaye, étayée par de nombreux documents ;
  4. Enfin, le Liber floriger (Roma, BNC, Farf. 3), composé vers 1300, est l’index topographique des actes concernant les possessions de l’abbaye. Il est fait de quatre listes : les deux premières se rapportent aux vocabula ecclesiarum et aux vocabula rerum, les deux autres contiennent des références au Regestum et au Liber largitorius relatives aux églises et aux localités enregistrées dans les deux premières. L’entreprise d’indexation alphabétique est l’une des premières en date du genre, contemporaine d’initiatives similaires comme à Saint-Julien de Brioude.

Chaque volume est par ailleurs pourvu de listes et de pièces liminaires ou annexes : catalogues d’abbés, de papes et de souverains du siècle, prologues, textes canoniques, hagiographie.

L’outil numérique devrait pouvoir donner une nouvelle vie au projet de Gregorio di Catino, dont les manuscrits sont certes édités depuis longtemps, mais sous une forme qui ne réussit pas à rendre compte du caractère « intégré » de son entreprise documentaire et historiographique. Il est d’abord nécessaire de reprendre à nouveaux frais le Regestum, qui fut édité entre 1879 et 1914 par Ignazio Giorgi et Ugo Balzani, mais sur la base d’une copie fautive du XVIIIe siècle (BAV, Vat. lat. 12242), s’attirant une appréciation sévère de la part de l’érudition allemande (Herbert Zielinski, « Gregor von Catino und das regestum Farfense », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 55-56, 1976, p. 361-404 : « verfehlte und fehlerhafte Druck », p. 370). La transcription balisée en XML-TEI du manuscrit original, géolocalisée, doit être le pivot autour duquel s’ordonneront les autres sources documentaires de l’abbaye. Pour le Liber largitorius, le Chronicon and le Liber Floriger, on peut recourir au transfert des éditions modernes, plus fiables, en XML-TEI. Chaque document devra pouvoir générer sa propre carte de localisation des toponymes (sur le modèle de S. Millan de la Cogolla), d’une part sur un fond contemporain, d’autre part sur la trame des cartes diocésaines des Rationes decimarum Italiae. Les liens établis entre les toponymes et anthroponymes des quatre œuvres permettront de passer de l’une à l’autre.

Grâce à une édition de ce type, il devient possible de faire revivre le travail de Gregorio di Catino, dont le but était de faciliter la circulation entre les différentes compilations grâce à son jeu d’index et à son système de renvois internes. Chaque manuscrit dispose en effet d’un prologue dans lequel est fourni le « mode d’emploi », expliquant en particulier comment se servir des signes graphiques inscrits en marge du texte. L’édition doit aussi prendre en compte la dimension « génétique » de la cartularisation, en examinant de plus près les nombreux documents palimpsestes des Xe-XIe siècles utilisés pour la copie et sur lesquels Paola Supino Martini avait attiré l’attention (Paola Supino Martini, « ‘Manuum mearum labores’. Note sulle chartae rescriptae farfensi » [1987], dans Ead., Scritti “romani”. Scrittura, libri e cultura a Roma in età medievale, Roma, 2012, p. 147-165).

L’édition projetée viendra enrichir la « Biblioteca digitale di Santa Maria di Farfa », qui inclura la reproduction numérique des 33 manuscrits préservés de la bibliothèque médiévale de Farfa, les imprimés anciens en pdf ainsi que les travaux issus des séminaires et conférences dédiés à Farfa.

Vue de l’abbaye de Farfa

François Bougard
Directeur de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS)

Umberto Longo
Professeur d’histoire médiévale
Université de Rome, La Sapienza


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search