Mgr Louis Duchesne (1843-1922), directeur de l’École française de Rome

Directeur de l’École française de Rome de 1895 jusqu’à sa mort en 1922, Mgr Louis Duchesne a durablement marqué le palais Farnèse. Son souci de « favoriser une science religieuse solide » l’a conduit à être mêlé aux grandes polémiques scientifiques de son temps. Pris dans la tempête de la crise moderniste qui agitait l’Église du début du XXe siècle, il a vu son Histoire ancienne de l’Église mise à l’Index par Pie X en 1912. Presque cent ans après sa mort, reste de Mgr Duchesne une œuvre immense, articulée autour d’un pilier de l’histoire ecclésiastique romaine : le Liber pontificalis.

Autour du Liber pontificalis : une œuvre scientifique impressionnante

Né à Saint-Servan, près de Saint-Malo, Mgr Duchesne mûrit rapidement sa vocation religieuse, qui le conduit à entrer au Grand séminaire de Saint-Brieuc. C’est dans ce cadre qu’en 1863, il découvre Rome, où il est envoyé pour suivre des cours de théologie. En réalité, ce premier séjour dans la Ville éternelle est surtout notable par la découverte de l’archéologie chrétienne qu’il y fait. Ordonné prêtre en 1867, il commence à partir de 1871 à suivre des cours au sein de la toute jeune École pratique des hautes études (EPHE), fondée trois ans plus tôt à l’initiative de Victor Duruy. Il y étudie la philologie et les antiquités grecques, et c’est dans le cadre de cette formation qu’il est à nouveau envoyé à Rome, en 1873. Il prend part à la création de l’École française de Rome, fondée cette année-là comme une section locale de son aînée, l’École française d’Athènes.

Mais en ces années 1870, ce qui occupe avant tout Mgr Duchesne est la thèse qu’il soutient en 1877, et dont le sujet est une source majeure de l’histoire de l’Église : le Liber pontificalis. Recueil de notices biographiques sur les papes disposées selon l’ordre chronologique, le Liber pontificalis est, pour le dire en un mot, une sorte d’annales officielles de l’Église romaine. Mgr Duchesne en a collationné les manuscrits et, après en avoir réalisé une étude philologique fine, a proposé de voir dans l’ouvrage un texte commandité au VIe siècle, dans le contexte des difficultés que suscitaient alors les élections pontificales. L’étude de l’ouvrage fut suivie d’une édition critique, publiée en 1886 puis 1892.

Ce travail est fondateur dans l’œuvre de Duchesne, puisqu’il l’a conduit à mener des recherches multiples, qui se sont révélées déterminantes dans la suite de sa production scientifique. Les études entreprises sur les monuments de Rome, d’abord en lien avec le Liber pontificalis, l’amènent à rédiger ensuite un grand nombre d’articles sur la topographie romaine. Un peu plus tard, il se lance dans la rédaction d’ouvrages de synthèse, qui se veulent plus accessibles : les Origines du culte chrétien (1889), qui procèdent d’une volonté de se pencher sur la liturgie primitive, ou encore Les premiers temps de l’État pontifical (1898), dont le lien avec le Liber pontificalis est évident. C’est aussi en raison de cette volonté de revenir sur les « premiers temps » que Mgr Duchesne s’intéresse à l’hagiographie, domaine dans lequel il se signale, là encore, par des travaux magistraux, dont l’édition du martyrologe hiéronymien aux Acta sanctorum en 1894.

La conception que Duchesne se fait de l’histoire se situe sur une ligne de crête. Homme de foi, il veut « servir l’Église par son histoire », mais « par son histoire consciencieusement étudiée et franchement exposée ». Pas question donc de transiger avec les faits ni de renoncer aux méthodes de la science historique alors en plein renouvellement. Mais pas question, non plus, de renoncer à ses convictions. C’est cette attitude qui a entraîné Mgr Duchesne, souvent bien malgré lui, dans les polémiques.

La rigueur scientifique face aux polémiques

À mesure qu’il progresse dans le cursus honorum, jusqu’à en atteindre les sommets, Mgr Duchesne suscite la controverse par ses vues sans concession sur les origines du christianisme.

Après avoir obtenu sa thèse, il enseigne l’histoire de l’Église à l’École de théologie de l’Université catholique de Paris. Ses cours portent naturellement sur les origines du christianisme. Tout en continuant cet enseignement, il devient professeur à l’EPHE en 1885. Significativement, il enseigne à la IVe section, dédiée aux sciences historiques et philologiques, et non à la Ve, consacrée aux sciences religieuses. En 1892, il y prend la tête d’une nouvelle direction d’études spécialement créée pour lui, celle des antiquités chrétiennes. Les honneurs académiques s’accumulent pour Duchesne : alors qu’il a, entretemps, été élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1888), il devient directeur de l’École française de Rome (1895), avant d’entrer à l’Académie française (1910).

Louis Duchesne, directeur de l’École française de Rome, entouré de plusieurs élèves (Rome, 1911-1912)
Louis Duchesne, directeur de l’École française de Rome, entouré de plusieurs élèves (Rome, 1911-1912)

Ce parcours ne doit pas faire oublier les polémiques auxquelles il a dû être mêlé, en particulier les différents « coups de griffe » qu’il a donnés dans le cadre d’une querelle majeure de l’historiographie française : celle relative aux origines des Églises de Gaule. L’objet de la controverse est simple. Les diocèses de Gaule faisaient remonter leur fondation à des temps fort reculés, souvent le IIe siècle. Des légendes médiévales –les legenda, littéralement « les choses à lire », ne désignent alors pas des textes « fabuleux » – attribuaient même souvent ces fondations à des personnages cités dans le Nouveau Testament. Or, les travaux de Mgr Duchesne le conduisent assez rapidement à estimer qu’aucune de ces légendes « ne peut s’autoriser d’un document certain antérieur au IXe siècle ; quelques-unes des plus célèbres ne peuvent être constatées avant le XIe, le XIIe, le XIIIe siècle. » Ces conclusions, exposées notamment dans son cours sur « Les origines du christianisme en Gaule », publié en 1883, l’amènent à croiser le fer avec les défenseurs desdites légendes.

Le lieu de l’affrontement est le Bulletin critique, une publication que Mgr Duchesne lance dès 1880 avec pour principe : « impartialité absolue, haine du livre insignifiant, critique sérieuse des ouvrages utiles ». Lui-même y écrit des comptes rendus d’ouvrages, notamment sur certains d’entre eux qui traitent de l’origine des diocèses, où – naturellement – il éreinte les défenseurs des légendes gallicanes. Nous pourrions citer plusieurs échanges rugueux, comme celui au sujet de l’interprétation à donner de l’Hypogée des Dunes. Lors de sa découverte en 1878 à Poitiers, cet édifice est considéré comme une chapelle érigée en l’honneur des martyrs poitevins des premiers siècles. Pour Duchesne, c’est une chapelle érigée au VIIe siècle, ce qu’ont bien sûr confirmé les travaux réalisés depuis. Dans les années 1890, Mgr Duchesne s’oppose à l’abbé François Arbellot, prêtre limougeaud et auteur de plusieurs ouvrages sur l’hagiographie du Limousin. La querelle porte cette fois sur saint Martial, fondateur du diocèse de Limoges, que la légende médiévale, construite au XIe siècle, plaçait aux temps apostoliques.

Le Bulletin critique, lancé par Mgr Duchesne en 1880

Si Mgr Duchesne s’est opposé aux tenants des thèses traditionnelles sur les légendes de fondation, il a pu parfois adopter l’attitude inverse. Ses positions ne relevant pas d’une posture idéologique, il n’hésite pas à réaffirmer l’authenticité de textes anciens, quand elle lui paraît attestée. C’est le cas dans l’échange qu’il a eu avec le philologue Bruno Krusch, protestant allemand, au sujet de la Vie de sainte Geneviève. Krusch remettait en cause la datation traditionnelle du texte, peu après la mort de la sainte (vers 500), que maintenait Duchesne. Ici, le débat est à front renversé, Duchesne défendant la datation traditionnelle, comme il a défendu par ailleurs l’authenticité d’un certain nombre de Passions anciennes.

Un historien de l’Église dans la crise moderniste

C’est à une polémique d’une tout autre ampleur à laquelle Duchesne doit faire face vers 1910, à un moment où Pie X (1903-1914) a condamné avec intransigeance l’exégèse historico-critique et le « modernisme » par l’encyclique Pascendi (1907) et a imposé un serment « antimoderniste » (1910) à tous les clercs accédant aux ordres majeurs.

La question d’une condamnation de Duchesne se pose à l’occasion de la traduction en italien de son Histoire ancienne de l’Église. Le journal L’Unità cattolica veut le faire tomber sous le coup de la condamnation du modernisme. Un professeur à l’Université grégorienne, le père Billot, présente à ses élèves Duchesne comme un « auteur dangereux ». Plusieurs points motivent son jugement : Billot reproche à Duchesne de ne pas présenter clairement le Christ comme fondateur de l’Église, ou encore, en pointant les différences entre l’évangile de Jean et les synoptiques, de suggérer la possibilité d’en retirer la paternité à l’apôtre. La dénonciation de l’ouvrage au pape semble tout d’abord aller vers un compromis. Mais, la révision demandée de l’ouvrage étant jugée insuffisante, la mise à l’Index est prononcée le 24 janvier 1912.

Duchesne est-il un « moderniste » ? Alfred Loisy, excommunié en 1908 et largement à l’origine de la crise moderniste, le nie fermement : « Duchesne a toujours eu horreur de ce que l’on appelle modernisme ; il a toujours professé que les dogmes de l’Église sont intangibles et immuables ». À l’inverse, l’abbé François Duine (1879-1920) en fait le « père du modernisme, c’est-à-dire du système qui veut faire de l’histoire librement, sans entrer en conflit avec la doctrine religieuse, mais aussi sans se soucier des données théologiques ». C’est que Duchesne a cherché, coûte que coûte, à concilier une adhésion sans réserve aux méthodes d’investigation scientifique modernes et la fidélité à ses convictions religieuses. Cette position médiane l’exposait inévitablement aux incompréhensions d’une partie du clergé et de l’opinion. Il ne fait pas bon être sur une ligne de crête par temps de grands vents.

Que retenir de Mgr Duchesne aujourd’hui ? Une figure tutélaire du palais Farnèse, où son buste salue encore les chercheurs de la bibliothèque ; un grand historien des premiers siècles du christianisme ; un grand scientifique tout court, qui eut à cœur d’établir les faits, sans affection ni haine.

Buste de Louis Duchesne dans la grande galerie de la bibliothèque de l’Ecole française de Rome, palais Farnèse (cliché N. Minvielle, 2021)

Pour aller plus loin

François Wallerich
Membre de première année de l’École française de Rome
Section Moyen Âge


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search