La recette des moulages de sceaux de Germain Demay

Les archives de l’École française de Rome conservent encore sous la cote PAE une partie parfaitement inédite des documents privés d’Arthur Engel (1855-1935). Ce dernier, issu d’une famille d’industriels alsaciens fortunés, est surtout connu aujourd’hui pour ses travaux numismatiques et archéologiques. Nommé membre sans traitement de l’École française de Rome entre 1878 et 1880, il y avait débuté sa carrière avec un mémoire intitulé La numismatique et la sigillographie des Normands de l’Italie méridionale au XIe et au XIIe siècle. C’est pour me documenter sur la genèse de cet ouvrage que j’ai été amené, dans le cadre de ma thèse consacrée à la sigillographie et à la diplomatique des Normands du Mezzogiorno, à explorer le fonds PAE. Cet examen avait un double objectif : d’une part, me permettre de comprendre les méthodes de travail et d’inventaire d’Arthur Engel, pratiquées dans le cadre d’un important mouvement français de recensement des sources sigillaires ; d’autre part, me donner l’opportunité de découvrir des gravures, des études ou des sources non retenues pour la version éditée du mémoire.

Archives de l’École française de Rome, fonds PAE, dossier 1.

Parmi le dossier 1 du fonds PAE conservé au palais Farnèse figure un grand nombre de correspondances, destinées à la fois à Constant Antoine Serrure (1835-1898) et Arthur Engel : il s’agit, entre autres sujets, de factures et d’échanges d’objets originaux, de questions bibliographiques, historiographiques et scientifiques, ou encore d’exposés de préoccupations de carrière.
C’est une de ces lettres, importante pour l’historiographie de la discipline sigillographique, que je voudrais aujourd’hui signaler. Envoyée par Germain Demay le 30 janvier 1879, il s’agit d’une réponse à une question portant sur la technique du moulage des empreintes sigillaires, très pratiquée par les sigillographes français et belges de la fin du XIXe siècle. Ce document, que je transcris à la fin de ce billet, n’indique malheureusement pas son destinataire précis ; on peut toutefois penser qu’Arthur Engel a pu s’intéresser à la question au cours de ses recherches en Italie, dans un contexte marqué par la constitution de grandes collections françaises de moulages et alors même qu’il pensait son sujet de mémoire sur les Normands du Mezzogiorno comme « une annexe obligée des travaux qui ont pour objet l’étude historique de notre propre pays ». En tout état de cause, on ne connaît aucun moulage de sceau sud-italien des XIe et XIIe siècles.

La lettre écrite de la main de Germain Demay comble une lacune dans la connaissance des compositions des recettes de moulages de sceaux. Elle indique que la méthode de moulage par coulage de plâtre, largement promue par Natalis de Wailly puis par Louis Douët d’Arcq, était connue et pratiquée dès les années 1870, 40 ans avant que la technique par pression ne soit définitivement interdite. Le procédé par coulage est encore utilisé par le Centre de sigillographie et d’héraldique des Archives nationales françaises, avec des modifications dues au progrès technique : le plâtre servant à produire les moules a par exemple été remplacé par le silicone de type putty.

Archives de l’École française de Rome, fonds PAE, dossier 1.1 (feuillet non numéroté). Lettre de Germain Demay datée du 30 janvier 1879 (feuille pliée en quatre, 21×13,5 cm.).  

30 janvier 79.
Cher confrère et ami
Voici la recette demandée. Je vous la donne parce que je n’ai rien à vous refuser mais en sortant convaincu de son inutilité. Comme toutes les recettes celle-ci ne donne pas l’expérience, la connaissance des matériaux qu’on emploie, le tour de main, etc.
Nettoyer le sceau avec une dissolution de savon noir et se servir pour cette opération d’une brosse bien douce. Le sécher ensuite avec de la ouate et puis avec un pinceau qui pénètre dans tous les trous.
Le sceau une fois complètement séché, l’assujettir sur un carton ou une ardoise en l’entourant de cire à modeler. En huiler légèrement la surface avec un pinceau humecté d’huile d’olive.
Entourer le sceau ainsi huilé d’une bande de plomb ou de papier résistant de façon à ce qu’il se trouve comme au fond d’une cuvette bien close en bas et autour. Profiter de la cire à modeler qui entoure le sceau pour fixer cette bande.
Gâcher du plâtre comme suit :
Mettre d’abord l’eau dans un petit vase en porcelaine et ajouter ensuite le plâtre en poudre, en le tamisant entre des doigts, jusqu’à ce qu’il affleure le liquide. Surtout ne pas agiter ni brouiller le mélange. Prendre avec un pinceau peu tourné le plâtre ainsi préparé et en estamper avec beaucoup de soin la surface du sceau de façon à ce que le plâtre liquide pénètre dans tous les détails et n’y laisse pas de bulles d’air emprisonnées. Finir de remplir avec une cuiller.
Attendre que le plâtre soit devenu dur et profiter de la cire qui tient le sceau en en faisant un point d’appui pour séparer le moule de l’original.

Si la recette est pour un débutant qu’il fasse d’abord quelques expériences sur des pièces de monnaie, sur des sceaux sans grande importance avant de passer à des types de valeur.
Toto corde
Demay

Quelques indications bibliographiques :

Arthur Engel et ses travaux :

  • Jérôme Blanc, Les Engel. Une famille d’industriels et de philanthropes, Paris, Éditions Christian, 1994, p. 63-65
  • Arthur Engel, Recherches sur la numismatique et la sigillographie des Normands d’Italie, Paris, Ernest Leroux, 1882
  • Arthur Engel et Ernest Lehr, Numismatique de l’Alsace, Paris, Ernest Leroux, 1887
  • Anne Lehoërff et Olivier Poncet, « Un directeur historien : Auguste Geffroy (1820-1895) et l’École française de Rome », dans Michel Gras et Olivier Poncet (dir.), Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2013, p. 103-147 [Collection de l’École française de Rome, 486]
  • Catherine Virlouvet (dir.), Annuaire des membres de l’École française de Rome (1873-2019), Rome, École française de Rome, 2019, p. 67

Les moulages de sceaux :

  • Clément Blanc-Riehl, « Les prémices de la sigillographie française (1830-1880) », Bulletin de liaison des sociétés savantes, n° 12, 2007, p. 8
  • Louis Douët d’Arcq, Collection de sceaux, I, Paris, Henri Plon, 1863, p. 44-48
  • Inès Villela-Petit, « Les techniques de moulage des sceaux du xve au xixe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 152, 2, 1994, p. 516

Guilhem Dorandeu-Bureu
Doctorant en histoire médiévale

Propos recueillis par Emmanuel Turquin
Archiviste de l’École française de Rome


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search