Archives Pie XII : Entretien avec une équipe de recherche

L’ouverture, le 2 mars 2020, des archives vaticanes concernant le pontificat de Pie XII (1939-1958) était particulièrement attendue par les chercheurs. Elle a en effet rendu accessible une masse de documents dont l’intérêt dépasse largement la seule question très médiatisée de l’attitude de la papauté face à la Shoah, comme l’a rappelé un précédent billet.

Cette ouverture d’archives a suscité un certain nombre d’initiatives dans le milieu scientifique, parmi lesquelles l’organisation en 2019-2020 par une équipe de chercheurs français d’un séminaire intitulé « Le pontificat de Pie XII (1939-58) à la veille de l’ouverture des Archives Vaticanes. Bilans historiographiques et perspectives de recherche ».

Quatre représentants de ce groupe de recherche – Magali Della Sudda (CNRS-Centre Émile Durkheim), Fabrice Jesné (EFR), Marie Levant (Gerda Henkel Stiftung) et Laura Pettinaroli (Institut catholique de Paris) – nous expliquent comment ils peuvent exploiter ces archives en fonction de leurs propres sujets de recherche, malgré les difficultés d’accès liées à la situation sanitaire actuelle.

Pie XII

1- Quels sont actuellement vos objets de recherches ? Quels fonds vous intéressent au sein des archives Pie XII ?

Magali Della Sudda – Après avoir mené une thèse en histoire sur la politisation des femmes catholiques avant le droit de suffrage en France et en Italie sous la direction de L. Scaraffia et L.L. Downs, j’ai travaillé sur des mobilisations contemporaines à partir des méthodes ethnographiques et sociologiques. Ce fut d’abord la contestation des politiques d’égalité de genre initiées par la Manif pour Tous (2012-2019). Puis, plus récemment, la contestation des Gilets jaunes pour laquelle nous avons obtenu un financement de l’ANR.

Pour autant, je n’ai pas abandonné mon travail sur le rôle de l’Église dans la politisation des femmes et suis particulièrement intéressée par les fonds du pontificat de Pie XII concernant l’accès au suffrage à partir de 1944 en France et de 1945 en Italie.

Fabrice Jesné – Mes objets de recherches ne concernent pas au premier chef le pontificat de Pie XII puisqu’il s’agit d’étudier les consuls italiens de 1943 aux années 1950 : ce sont les fonctionnaires qui représentent l’Italie à l’étranger mais qui, contrairement à leurs collègues diplomates, se consacrent surtout au service public dû par l’État aux communautés de citoyens expatriés. Si je m’intéresse aux fonds du pontificat de Pie XII, c’est que le Saint-Siège, à travers son propre réseau diplomatique et à travers le réseau des organisations caritatives et des clergés catholiques, a eu une action complémentaire, et parfois concurrente des consuls d’Italie en matière d’assistance aux Italiens de l’étranger dans la période de guerre et d’après-guerre, un thème qui fait l’objet de ma contribution à l’enquête collective.

Marie Levant – Après avoir travaillé sur les fonds Pie XI dans le cadre de ma thèse sur les rapports entre le Saint-Siège et l’Allemagne entre les deux guerres mondiales, puis d’un post-doctorat sur les relations inter-confessionnelles chrétiennes, je poursuis aujourd’hui mes recherches sur l’humanitaire confessionnel, et plus précisément sur une double structure  vaticano-américaine œuvrant au Proche-Orient – la Catholic Near East Welfare Association et la Pontifical Mission for Palestine. Les fonds Pie XII devraient permettre d’éclairer les chercheurs sur le développement exponentiel de l’administration vaticane dite de la « charité » pour prendre en charge, en particulier, le phénomène migratoire en Europe et au Moyen-Orient. C’est dans cette perspective que je m’intéresse à ces archives. J’étudie en particulier les fonds des nonciatures et délégations apostoliques (Washington, Moyen-Orient), ainsi que ceux, immenses et pas toujours assez connus, de la Congrégation pour les Églises orientales.

Laura Pettinaroli – Mes recherches portent sur le monde russe et sur des thématiques qui lui sont liées durant la période 1939-58, comme les relations avec l’orthodoxie ou encore la confrontation avec le communisme et l’athéisme. Si les fonds les plus diplomatiques et politiques des archives vaticanes m’intéressent au premier chef (Secrétairerie d’État et nonciatures à l’AAV, Affaires ecclésiastiques extraordinaires), je suis également attentive à des fonds qui permettent de saisir des réalités plus théologiques et anthropologiques comme les archives du Saint-Office (condamnation d’ouvrages, d’auteurs ou de dévotions hétérodoxes ; dossiers sur les changements de rites ou de confessions).

2- Dans quelle mesure la crise sanitaire a-t-elle affecté votre travail ?

Magali Della Sudda – J’attendais avec impatience de pouvoir me rendre aux Archives dont l’ouverture était attendue et minutieusement préparée par les séminaires organisés dans l’équipe Pie XII (GLOBALVAT). La crise sanitaire a rendu ces missions impossibles et c’est un grand regret de n’avoir pu me rendre à Rome et au Vatican comme prévu.

Fabrice Jesné – Un peu avant l’ouverture des archives – et le déclenchement de la pandémie – j’avais consulté, à l’AAV, des fonds ouverts en 2004 qui sont comparables à ceux auxquels je souhaiterais accéder désormais, dans le but de préparer mon enquête. J’ai aussi eu l’occasion d’assister au colloque de présentation des archives à la veille de leur ouverture, mais par la suite, les restrictions dans l’accès aux documents m’ont contraint à différer jusqu’en janvier mes recherches.

Marie Levant – J’ai eu la chance d’être à Rome au moment de l’ouverture de ces fonds Pie XII, en mars 2020, qui a coïncidé avec le début de la pandémie en Italie. J’ai donc pu commencer mon travail, et le poursuivre lors de deux autres missions de dépouillement cet été, avec le soutien de l’École. Il a fallu s’organiser un peu différemment, c’est à dire réserver très tôt des créneaux aux archives – moins étendus que par le passé pour ce qui concerne les AAV. Toutefois, je ne peux pas dire que mon travail ait été réellement affecté encore. Les discussions en ligne ont relayé celles qui se tenaient jusqu’ici au café des archives, si bien que le travail collectif s’est maintenu de manière plutôt intense. J’ai pu me rendre à peu près comme je le souhaitais en juillet et en septembre dans les centres d’archives où je l’ai demandé, la période s’y étant alors prêtée. Mais il faut réserver ses places de plus en plus tôt, ce qui suppose une visibilité que nous n’avons pas toujours : pour mes prochains séjours en 2021-2022, je les ai réservées 8 à 10 mois en amont.

Laura Pettinaroli – La crise sanitaire, qui a éclaté exactement au moment de l’ouverture des archives Pie XII, a naturellement beaucoup ralenti tant le travail personnel que j’envisageais de mener sur ces fonds que le travail collectif que nous avions programmé au printemps et à l’automne 2020. J’ai, malgré tout, eu la possibilité d’accéder aux archives en octobre 2020. J’ai alors découvert des lieux que je fréquente depuis de longues années sous un jour nouveau. Les conditions de travail dans les archives vaticanes sont très bonnes et résolument attentives à la sécurité de tous (prise de température, masques, gants). L’abaissement drastique des jauges des salles de lecture complique toutefois considérablement le travail du chercheur non résident à Rome (dès le mois de janvier 2021, les réservations à l’AAV – le principal fonds d’archives vaticanes – étaient, par exemple, quasi pleines pour l’année entière !). Cela constitue un problème de taille, notamment pour les jeunes chercheurs et jeunes chercheuses qui doivent prendre le temps de manipuler ces fonds, souvent assez complexes.

3- Quel est l’apport pour vos recherches des dépouillements que vous avez pu jusque-là faire au sein des archives Pie XII ?

Magali Della Sudda – Pour l’instant, je ne peux répondre à cette question et espère pouvoir m’y rendre au printemps prochain si je ne peux être accueillie au CASBS de Stanford comme prévu. 

Fabrice Jesné – J’ai pu, en enquêtant sur le fonds « Ufficio prigionieri », confirmer l’hypothèse d’une activité d’assistance en partie similaire à celle des consuls, et découvert qu’à la fin de la guerre, nombreux sont ceux qui, parmi les Italiens de l’étranger, se sentent abandonnés par les pouvoirs publics italiens (ces derniers sont en réalité très corsetés par la tutelle des alliés, et largement empêchés par les difficultés matérielles) et reportent sur le Saint-Siège et la personne du pape leur espérance. J’ajoute que je croiserai les renseignements tirés des archives Pie XII avec ceux que j’ai déjà pu extraire des archives diplomatiques et consulaires italiennes.

Marie Levant – C’est encore un peu tôt pour le dire, car il me faut encore analyser les documents consultés et discuter mes premiers résultats avec d’autres chercheurs. Ce qui parait ressortir de ces documents, en ce qui concerne les activités de bienfaisance du Saint-Siège à la sortie du second conflit mondial, c’est la recherche d’une certaine efficacité : on cherche à rationaliser les procédures, à s’appuyer sur des réseaux existants pour économiser en temps, en personnel, et en financement. L’influence nord-américaine est aussi prégnante dans le cadre du plan Marshall et de l’installation de la Guerre froide. Le politique, l’humanitaire et le financier sont étroitement mêlés.

Laura Pettinaroli – Je n’ai pu travailler qu’une semaine dans les archives : j’ai donc moins dépouillé qu’opéré des observations panoramiques à partir des inventaires tant à l’AAV qu’aux Affaires ecclésiastiques extraordinaires et au Saint-Office. Ce premier tour d’horizon, qui m’a permis de préciser des orientations de recherche tant personnelles que collectives, est venu confirmer le pressentiment que nous avions en connaissant les masses documentaires du pontificat précédent : les volumes sont considérables ! J’ai notamment été frappée par les masses de dossiers sur la France durant la Seconde Guerre mondiale. Des dépouillements de longue haleine seront ici nécessaires, d’autant que certains fonds, encore en cours de catalogage ou numérisation, ne sont pas intégralement accessibles aux chercheurs.

Propos recueillis par Arthur Hérisson, membre de première année de l’École française de Rome, Section Époques moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search