Programme MEDITERRAPOLIS : Espaces urbains, mobilités, citadinités. Europe méridionale – Méditerranée, XVe-XXIe siècles

Entretien avec Eleonora Canepari, maîtresse de conférences à l’Université d’Aix-Marseille (TELEMMe) et coordinatrice scientifique, avec Silvia Lucciarini (DiSS, La Sapienza), du LIA Mediterrapolis. L’historienne nous présente les spécificités du programme, les résultats et les projets en cours ou à venir.

1- Quelles sont les thématiques du projet ainsi que ses enjeux historiographiques et méthodologiques ? 

L’International Research Project « MediterraPolis. Espaces urbains, mobilités, citadinités. Europe méridionale – Méditerranée, XVe-XXIe siècles » est centré sur les études urbaines en Méditerranée, dans une approche qui associe l’histoire aux sciences sociales et qui fait de l’interdisciplinarité et de la dimension internationale ses points de force. Labellisé par le CNRS pour la période 2018-2021, le projet est organisé autour de trois axes de recherche, au sein desquels, au cours des années, des thématiques fédératrices, et donc privilégiées, ont émergé. 

Le premier axe, consacré à la Fabrique de l’espace urbain, a été le cadre d’initiatives qui ont porté sur trois thèmes privilégiés : les pratiques « ordinaires » — au ras du sol — de construction de la ville (restauration, reconstruction, démolition, etc.), les territoires situés entre la ville et la mer (des espaces « périphériques » mais aussi de connexion), et l’habitat populaire (exploré par une équipe interne au IRP formée autour du programme Galilée 2019 « Crise du logement et habitations populaires des centres-villes de Rome, Naples et Marseille. Taudis et fondaci, XVIIe-XXIe siècle »).

Dans l’axe 2, Mobilités, citadinités, politiques, nous avons développé une réflexion collective sur les manières d’habiter la mobilité (des bidonvilles aux diasporas urbaines) et sur les circulations franco-italiennes, en partenariat avec l’Ambassade de France. Dans ce cadre, les collaborations entre historiens, géographes et démographes ont été particulièrement fructueuses. Elles ont permis d’aborder des questions telles que la mobilité intra-urbaine sur une durée pluriséculaire.

Enfin, les collaborations qui se sont établies autour de l’axe 3 (Cultures, héritages, mémoires) ont eu pour objet d’une part la représentation de la ville, en termes de lecture/imagination/écriture, et d’autre part, les formes de sauvegarde du patrimoine urbain par le bas. Ces thèmes ont été travaillés au cours de plusieurs séminaires organisés pendant la durée du projet, avec une attention spécifique portée aux quartiers populaires et aux enjeux méthodologiques.

Conférence « Abitare un fondaco al Cavone » (axe Fabrique de l’espace urbain), organisée le 25 février 2019 à Naples (TELEMMe-DiSSE)

2- Pouvez-vous présenter vos partenaires et indiquer la dimension internationale du programme ? 

D’un point de vue institutionnel, l’IRP MediterraPolis est un outil de collaboration internationale bilatérale du CNRS, un laboratoire « sans mur » franco-italien, qui réunit l’UMR TELEMMe (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée), l’École française de Rome, deux départements de l’Université de Rome La Sapienza – SARAS (Dipartimento di Storia, Antropologia, Religioni, Arte, Spettacolo) et DiSSE (Dipartimento di Scienze sociali ed economiche), l’Istituto di Ricerche sulla Popolazione e le Politiche Sociali (IRPPS, Consiglio Nazionale delle Ricerche) et le dipartimento di Economia aziendale de  l’Università di Roma Tre (anciennement CROMA, Centro per lo studio di Roma).

Bien que fondé sur un partenariat bilatéral, franco-italien, les collaborations internationales de l’IRP MediterraPolis ont également concerné d’autres pays de la Méditerranée, tels que la Tunisie, l’Espagne et l’Algérie.

3- Pouvez-vous revenir sur un des événements marquants que vous avez organisé 

Avant la crise Covid-19, les activités de l’IRP MediterraPolis, fondées sur la mobilité internationale, ont été organisées autour d’un programme très dense, que nous comptons poursuivre en 2021, si la situation sanitaire le permet.

Parmi ces événements, l’un des plus marquants a certainement été l’école d’été de l’IRP « Habiter le mouvement, XVIe-XXIe siècle » (Rome, juillet 2018). L’école a constitué un important moment de convergence et de discussion croisée, entre spécialistes et étudiants internationaux de disciplines variées (histoire moderne, histoire contemporaine, sociologie, anthropologie, géographie, démographie, urbanisme) sur les relations entre mobilité et formes d’habitat. L’interdisciplinarité a permis de croiser les approches centrées sur les individus et les pratiques, avec celles plus attentives à la dimension matérielle et spatiale de la ville, dans une perspective de longue durée, en organisant aussi bien des conférences que des sorties de terrain. Les étudiants, originaires d’Italie, France, Arménie, Égypte et Tunisie ont travaillé étroitement ensemble pour restituer un travail présenté à la fin de la semaine. Ces échanges leur ont fait prendre conscience des apports d’autres disciplines pour leurs propres objets de recherche. 

Restitution des travaux des doctorants pendant l’école d’été « Habiter le mouvement XVIe-XIXe siècle » (@ Céline Regnard, TELEMMe, AMU-CNRS)

4- Quels sont les perspectives de votre programme, notamment les publications à venir ? 

Le programme se terminera en décembre 2021, mais nous réfléchissons d’ores et déjà à des formes de collaboration pour poursuivre ce partenariat, qui sera recentré sur les thématiques fortes qui ont émergé dans le cadre de ce projet, et avec un périmètre institutionnel international qui permettra de les développer au mieux. En ce qui concerne les prochaines publications, je signale le volume consacré à l’habitat populaire aux XVIIe-XXIe siècles, qui paraîtra en 2021 aux éditions Imbernon de Marseille, et celui issu du colloque « Reconstruire / restaurer Rome. La rénovation des bâtiments et des espaces de la ville comme politique urbaine, de l’Antiquité à nos jours », organisée à l’EFR en 2019.

Publication co-signée TELEMMe-IRPPS : E. Canepari, M. Crisci (dir.), Moving Around in Town. Practices, Pathways and Contexts of Intra-Urban Mobility from 1600 to the Present Day, Viella, 2019.

5- Quels sont les apports spécifiques de lEFR à votre programme ?

L’EFR a été l’une des institutions fondatrices de l’IRP MediterraPolis, dès sa phase de préfiguration en 2016 (financée par la fondation A*Midex) : elle fait partie intégrante du projet et de ses perspectives futures, aussi bien pour la participation des membres et des directeurs des études, que pour l’élaboration des orientations de recherche et la valorisation des initiatives.

Propos recueillis par Élodie Oriol, membre de deuxième année de l’École française de Rome, section Époques moderne et contemporaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search