Le programme Fac-simile : étudier le patrimoine archéologique étrusque ex situ et en 4D

Fac-simile – Documentation graphique et musées de peinture étrusque est un programme de recherche sur la réception de l’archéologie étrusque à l’époque moderne. Porté par la section Antiquité de l’EFR, il est dirigé par Natacha Lubtchansky de l’Université de Tours (Équipe CeTHiS), Susanna Sarti et Lucrezia Cuniglio de la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per la città metropolitana di Firenze e le province di Pistoia e Prato, avec l’aide du Réseau national des MSH et du mécénat Archéologie et Patrimoine en Méditerranée.

Une trentaine de tombes étrusques, découvertes dans les nécropoles de Tarquinia, Chiusi, Vulci et Véies, présente un décor peint qui a fait l’objet de relevés graphiques, entre le XVIIIe et le XXe siècles. Ces dessins et peintures ont été étudiés lors de travaux isolés, depuis les années 1980, en tant qu’archives complémentaires des reproductions photographiques, pour l’étude archéologique et la divulgation au grand public de la peinture étrusque. (fig. 1)

Fig. 1 : Dessins aquarellés de la tombe delle Bighe de Tarquinia par Benjamin Schlick, vers 1832, collection privée

Les trois directrices du programme Fac-simile ont amorcé leur collaboration en 2014 à l’occasion de l’inventaire et de l’étude de la documentation graphique composée par Augusto Guido Gatti, au début du XXe siècle, pour la Galleria della pittura etrusca in facsimile du musée archéologique de Florence. Fac-simileDocumentation graphique et musées de peinture étrusque propose une nouvelle dynamique de recherche sur ce sujet, afin de développer une synergie entre les différents chercheurs et de mener à terme la recension et l’édition de fonds d’archives dispersés. Il s’agit donc d’apporter une contribution à l’histoire de l’archéologie et d’attirer l’intérêt sur un matériel numériquement imposant (près de 2000 documents) et qui, en tant que copie, a généralement reçu peu d’attention, y compris du point de vue de sa conservation. (fig. 2)

Fig. 2 : Plan de la tombe dell’Orco de Tarquinia par Augusto Guido Gatti, vers 1910, collection privée

Le réseau Fac-simile

Le premier objectif du programme est de mettre en réseau les différents chercheurs et institutions conservant ces fonds documentaires, dispersés en Europe (France, Italie, Danemark, Suède, Allemagne, Grande-Bretagne) et aux États-Unis, afin d’approfondir l’étude de cette documentation. Trois rencontres scientifiques (à Rome, 2017 ; Naples, 2019 ; Paris, 2021), dont la première est éditée dans les Mélanges de l’École française de Rome (2019-2), rassemblent les chercheurs et permettent de croiser les réflexions sur des questions patrimoniales et artistiques : la cartographie et le classement de ces œuvres (dessins aquarellés, calques, facsimilés peints), leur technique d’exécution et les politiques patrimoniales qui ont prévalu à leur production, leur exposition et leur conservation dans les premiers musées du XIXe siècle jusqu’à l’Entre-deux-guerres. Nous avons aussi cherché à rattacher cette enquête aux travaux comparables sur la documentation graphique d’autres aires culturelles (grecque, romaine) et d’autres techniques (vases de céramique peinte, avec la collaboration de l’Institut national d’Histoire de l’Art). Plus d’une cinquantaine de chercheurs sont ainsi associés à cette réflexion sur ce matériau, produit en masse à l’époque moderne et contemporaine, pour documenter les arts graphiques anciens.

Le portail commun ICAR-DOC

Une autre modalité pour fédérer ces recherches internationales est la création d’un portail numérique commun de la documentation graphique sur la peinture étrusque. Il vise à rassembler les différents sites informatiques que les institutions propriétaires des œuvres graphiques élaborent depuis quelques années. La dynamique collaborative de la recherche a permis que l’édition de ces corpus soit en voie d’achèvement. La base de données ICAR (Iconographie et Archéologie pour l’Italie préromaine : http://icar.huma-num.fr/, 2002-, ISSN 2491-2301), qui recense l’ensemble des tombes peintes concernées par le programme, a servi de support pour élaborer le portail commun ICAR-DOC. 1330 œuvres ont été intégrées, pour les 30 tombes peintes concernées, permettant d’accéder, à l’aide d’un permalien, aux sites originaux, avec l’accord de la dizaine d’institutions partenaires. (fig. 3)

Fig. 3 : Base ICAR-DOC (http://icar.huma-num.fr/web/fr/icardoc/image/2830), aquarelle de la tombe delle Bighe de Tarquinia par Charles Questel, conservée à l’Institut national d’Histoire de l’art

Une exposition virtuelle 3D et 4D

Associés à cette recension complète des fonds d’archives sur la peinture étrusque, ont été conçus deux autres outils numériques, présentés sur le site d’ICAR. Nous travaillons avec un infographiste, Alban-Brice Pimpaud d’Archeo3D qui adapte, à notre programme sur la réception de la peinture murale antique, son expérience de la tridimensionnalité en archéologie du bâti, croisée avec l’utilisation des archives modernes, telle qu’elle a été développée dans le projet Villa Diomède.

Le premier outil a une visée scientifique. Il s’agit d’une modélisation reproduisant en 3D deux tombes peintes de Tarquinia (la tombe des Biges ou Bighe découverte en 1827 et la tombe de l’Ogre ou Orco découverte en 1868) avec l’insertion de tous les dessins et peintures exécutés depuis leur découverte (soit entre 100 et 200 documents par tombe). Une dimension diachronique (4D) est ainsi ajoutée à la présentation des deux monuments reconstitués en 3D, à la suite d’une campagne in situ de lasergrammétrie et de photogrammétrie. Par des effets de superposition et de transparence, il est possible d’apprécier l’apport de cette documentation moderne à la reconstitution du texte iconographique de fresques très abîmées. Cette application en ligne permet aussi d’étudier la technique d’élaboration de ces œuvres en les comparant entre elles, comme l’utilisation des calques pour exécuter les facsimilés peints (technique du poncif). (fig. 4)

Fig. 4 : Modélisation 3D de la tombe dell’Orco de Tarquinia, par Alban-Brice Pimpaud © Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per l’Area metropolitana di Roma, la Provincia di Viterbo e l’Etruria meridionale

Le second outil digital est à l’attention du grand public. Une visite virtuelle de la tombe de l’Ogre, intitulée Orco 3D, associe la perspective archéologique et iconologique de la tombe à l’histoire de sa découverte et de sa documentation. Elle permet au visiteur d’accéder à l’une des plus belles tombes peintes classiques étrusques, malheureusement fermée au public, pour des problèmes de stabilité du terrain. Le logiciel permet d’observer les fresques au plus près de la paroi, avec une résolution très précise, ou de s’en éloigner, sans que les structures modernes ne viennent obstruer le point de vue. Elle propose des commentaires généraux sur l’histoire de l’architecture de la tombe et sur les scènes mythologiques qui y sont figurées, ainsi que des explications sur les différents détails peints et sculptés. Le français, l’italien et l’anglais sont les trois langues proposées et un glossaire explicatif des termes archéologiques et artistiques est consultable dans une perspective didactique. La superposition de quelques relevés graphiques modernes sur la fresque antique permet de montrer l’importance de ces dessins et peintures des XIXe et XXe siècles pour compléter les lacunes du décor. On observe aussi certaines erreurs de reproduction faites par ces peintres qui travaillaient dans des conditions difficiles (absence d’éclairage, intempéries) à l’intérieur de cette tombe hypogée. (fig. 5)

Fig.5 : Modélisation 3D de la tombe dell’Orco de Tarquinia (© Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per l’Area metropolitana di Roma, la Provincia di Viterbo e l’Etruria meridionale) et calques d’Augusto Guido Gatti vers 1910 (su concessione del Museo Archeologico Nazionale di Firenze – Direzione regionale musei della Toscana)

Ces visites virtuelles permettent donc d’accéder ex situ au monument en dehors de son site de conservation et de multiplier les points de vue explicatifs sur des chefs-d’œuvre de la culture étrusque. L’un de ces points de vue, et non des moindres, est le goût qu’ils ont suscité auprès d’artistes célèbres, y compris en France, à l’instar de Félix Duban, restaurateur du château de Blois, ou d’Henri Labrouste, architecte des bibliothèques Sainte-Geneviève et Nationale, qui ont tous les deux reproduit la tombe des Biges de Tarquinia. Il est possible de retrouver, dans certains dispositifs architecturaux et décoratifs des bâtiments qui leur sont dus, l’intérêt qu’ils ont porté aux tombes étrusques. (fig. 6)

Fig. 6 : Dessin aquarellé de la tombe delle Bighe de Tarquinia par Henri Labrouste, Bibliothèque nationale – Département des estampes et de la photographie

Pour aller plus loin :


Natacha Lubtchansky
Université de Tours, CeTHiS – lubtchansky@univ-tours.fr

Susanna Sarti
Soprintendenza archeologia belle arti e paesaggio, Firenze – susanna.sarti@beniculturali.it

Lucrezia Cuniglio
Soprintendenza archeologia belle arti e paesaggio, Firenze – lucrezia.cuniglio@beniculturali.it


Propos recueillis par Christian Mazet, membre de deuxième année de l’École française de Rome, section Antiquité


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search