Les royaumes d’Afrique du Nord dans l’antiquité. Entretien avec Virginie Bridoux

Les royaumes d’Afrique du Nord : émergence, consolidation et insertion dans les aires d’influences méditerranéennes (201-33 av. J.-C.)

Portrait de Virginie Bridoux

Virginie Bridoux a soutenu une thèse de doctorat en archéologie des périodes historiques à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne, sous la direction de M. Lenoir. Spécialiste de l’Afrique du Nord à l’époque préromaine, elle a été membre de l’École française de Rome entre 2007 et 2010 et est depuis 2012 chargée de recherche à l’UMR 8546 (CNRS-Université PSL (ENS-EPHE) – AOROC). Elle a collaboré à plusieurs missions archéologiques au Maghreb de 1999 à 2008 et est depuis 2009 co-responsable de la mission archéologique franco-marocaine du site antique et médiéval de Kouass (Asilah, Maroc).

Quelle publication de l’EFR vous a plus particulièrement marquée ?

Mes pensées se tournent vers l’ouvrage d’Yves Modéran, Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle), paru en 2003 dans la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome (BEFAR 314). Qualifiée à juste titre de somme consacrée aux derniers siècles de l’Afrique romaine, cette œuvre est exemplaire en termes d’érudition, de rigueur et de minutie et est devenue de fait une référence essentielle pour les Africanistes. Elle a également pour mérite de rompre avec le cloisonnement existant entre les historiens de l’Afrique antique et les spécialistes du Maghreb médiéval. Convaincante, la démonstration fait ainsi appel à une variété de sources, datant de l’Antiquité tardive et des premiers temps de l’Hégire, mettant en lumière la richesse méconnue de certaines et revenant sur la valeur historique d’autres témoignages (en particulier celui d’Ibn Khaldoun). Yves Modéran a renouvelé les méthodes d’écrire l’histoire de l’Afrique du Nord durant les derniers siècles de l’Antiquité tardive et surtout la vision des Maures, considérés trop souvent de manière simpliste comme des barbares et des rebelles par ailleurs divisés. Il aborde notamment la question de leur identité, bien plus riche et diversifiée qu’il n’y paraissait, établit une distinction justifiée entre les Maures de l’intérieur et ceux de l’extérieur, peuple qu’il place donc au cœur même de la problématique. J’ai été particulièrement sensible à cette approche fondée sur une perspective africaine et cela a indubitablement inspiré mon travail sur l’Afrique du Nord préromaine, elle-même trop souvent perçue d’un point de vue romain.

Comment en vient-on à s’intéresser à l’Afrique pré-romaine et romaine ?

Engagée dans une formation en histoire et en archéologie à l’Université de Rouen, où je suivais l’enseignement de Sylvie Crogiez, j’ai eu la chance par son biais de croiser la route de Maurice et Éliane Lenoir, alors tous deux chercheurs au CNRS et spécialistes du Maroc antique. Ils m’ont proposé en premier lieu de réaliser une maîtrise sur le Maroc préromain, fondée sur l’étude des sources littéraires et archéologiques. Prenant conscience progressivement de tout le potentiel que représentaient les recherches sur l’époque préromaine, j’ai accepté avec enthousiasme d’élargir mes investigations aux royaumes d’Afrique du Nord (Numidie et Maurétanie) de la fin de la deuxième guerre punique à la mort du roi Bocchus II (201-33 av. J.-C.), thème de ma thèse de doctorat et de mon ouvrage publié tout récemment dans la BEFAR. Si cette thématique n’a cessé de me passionner depuis déjà deux décennies, c’est sans doute aussi grâce à la découverte de la réalité du terrain et aux liens noués avec les chercheurs travaillant sur le Nord de l’Afrique, liens qui s’inscrivent dans une tradition de coopération scientifique de longue date. Dans ce cadre, j’ai notamment eu l’opportunité de participer à la fouille des thermes romains de Jebel Oust en Tunisie (sous la direction de J. Scheid, A. Ben Abed et H. Broise), de réaliser des réexamens de mobilier dans les réserves archéologiques des musées algériens, puis de collaborer étroitement à la mission archéologique de Banasa au Maroc (sous la direction de R. Arharbi et É. Lenoir). Celle-ci a fourni une riche documentation inédite sur un quartier d’atelier de potiers d’époque préromaine (Ve-Ier s. av. J.-C.), entièrement construit en briques crues.

Le quartier d’atelier de potiers préromain de Banasa au Maroc (cliché mission archéologique de Banasa).

Toujours portée par l’envie de mieux saisir les réalités de cette époque, et enrichie par les expériences précitées, j’ai proposé dès 2008 un projet de recherche sur le site de Kouass (Asilah, Maroc) soutenu par l’INSAP de Rabat, l’EFR et le MEAE, et que je co-dirige encore aujourd’hui aux côtés de mon collègue M. Kbiri Alaoui. Les découvertes effectuées sur ce site occupé du Ve au Ier s. av. J.-C. ont également contribué à renouveler notre connaissance de la Maurétanie à l’époque préromaine et montrent bien à quel point ces recherches ont de l’avenir devant elles. 

Quel bilan peut-on faire de la « romanisation » jusqu’au démantèlement de l’empire ?

Vaste sujet que voici ! Bien évidemment, la création des provinces romaines en Afrique du Nord a entraîné d’importants changements dans plusieurs domaines, en particulier la mise en place d’un pouvoir central avec des institutions reposant sur des règles bien définies et uniformisées sur le plan du droit ; avec un contrôle militaire fort sur des territoires aux limites plus ou moins fixées et non plus « flottantes » ; une sédentarisation accrue ; ou encore un nouveau système économique et de nouveaux modes de vie. Parmi ces nouveautés, certaines laisseront des traces durables : c’est le cas des techniques romaines de chauffage qui demeureront en usage durant tout le Moyen Âge.

Les thermes romains de Jebel Oust en Tunisie (cliché V. Bridoux)

Mais la « romanisation » en elle-même reste difficile à appréhender. Elle a d’abord posé un problème de définition (faut-il notamment parler de romanisation ou d’acculturation ?), mais aussi d’approche et d’interprétation des documents à disposition : son étude, souvent dépendante de contenus idéologiques, a parfois laissé entrevoir une Afrique unifiée sur ce point, fréquemment perçue comme récalcitrante à la romanité, et cette « résistance » ou cette « assimilation insuffisante » par les peuples nord-africains aurait conduit à la fin de la domination romaine (je renvoie notamment sur ce point aux débats portés par les travaux de C. Courtois, M. Benabou, Y. Thébert et Y. Modéran). En tout état de cause on ne peut comparer la situation des régions nord-africaines, et de nos jours les recherches prennent davantage en compte ce constat. En premier lieu car leur annexion s’effectue dans des contextes politiques différents, et à un ou deux siècles d’écart (l’ancien territoire de Carthage étant annexé en 146 av. J.-C., le royaume numide en 46 av. J.-C. et sa voisine la Maurétanie en 40 ap. J.-C.). De plus, il faut prendre en compte la mosaïque géographique et identitaire que constituent les territoires et les peuples en question. Une chose est sûre, mieux définir la réalité de ces derniers durant les siècles qui précèdent leur annexion par Rome est primordial si l’on veut pouvoir évaluer plus précisément le degré et l’impact de la dite « romanisation » en Afrique du Nord.

Le patrimoine pré-romain et romain d’Afrique du Nord est-il menacé ?

Vue d’ensemble de la cité romaine de Timgad en Algérie (cliché V. Bridoux)

Il s’agit là, tant en Tunisie, en Algérie et au Maroc d’un patrimoine exceptionnel, constitué de vestiges nombreux, de différente nature et le plus souvent particulièrement bien conservés. Sa préservation nécessite de fait beaucoup d’investissements humains et financiers et il faut saluer tous ceux qui œuvrent ou ont œuvré dans ce domaine. Beaucoup de progrès ont été effectués ces dernières décennies. Aujourd’hui les institutions scientifiques en lien avec l’histoire et l’archéologie dans le Nord de l’Afrique existent et affichent clairement parmi leurs objectifs la sauvegarde, la préservation ou encore la restauration et la mise en valeur de ce patrimoine (tels l’Institut National du Patrimoine en Tunisie, le Centre National de la Recherche en Archéologie en Algérie, l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine de Rabat, aux côtés des Directions du Patrimoine). Des filières de formation en gestion du Patrimoine ont été également mises en place dans ces trois pays, ce qui permet de s’assurer de la pérennité de professionnels dans le futur. Plusieurs sites d’importance bénéficient d’une protection renforcée à la suite de leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial (c’est le cas des sites de Dougga, Carthage, et Kerkouane en Tunisie ; Djemila, Timgad et Tipasa en Algérie ; Volubilis au Maroc) et dans chacun de ces pays certains sites accueillent désormais sur place des services de conservation qui s’assurent également de la consolidation/stabilisation, de la restauration et de la mise en valeur des vestiges. L’établissement des cartes archéologiques, fondées sur de plus amples prospections systématiques, et le renforcement des expertises, ont également contribué à la préservation de ce patrimoine et abouti au classement de nombreux sites dans le cadre d’un processus de réflexion et de planification pour la protection juridique et foncière qui se poursuit actuellement. Certains collègues proposent en parallèle des actions concrètes sur le terrain, tels des ateliers destinés à sensibiliser la population locale sur ce thème, en particulier les écoliers et les étudiants, initiatives qu’il faut également saluer et encourager.

On ne peut que souhaiter les moyens nécessaires à la poursuite de ces efforts toujours plus importants, notamment en matière de classement des sites sur les listes du patrimoine puisque certains d’entre eux restent aujourd’hui concrètement menacés en l’absence d’une législation patrimoniale les concernant, ou encore en matière d’archéologie préventive : systématiser davantage les diagnostics archéologiques en lien avec les travaux d’aménagements modernes, et les accompagner si besoin de fouilles dites de sauvetage, contribuera sans aucun doute à une meilleure connaissance de l’Afrique du Nord antique.

Les royaumes d’Afrique du Nord : émergence, consolidation et insertion dans les aires d’influences méditerranéennes (201-33 av. J.-C.) été publié en 2020 dans la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome.





Propos recueillis par Richard Figuier et Marie Zago


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search