Deux ans d’enquête en Italie du Nord (2017-2019)

La dispersion des documents est souvent proportionnelle au nombre de pouvoirs capables de les produire et de les conserver. En Italie, les pouvoirs ont été multiples. C’est pourquoi, chaque enquête historique nécessite de mener l’enquête au sein de nombreux fonds d’archives.

À ses membres, l’École française de Rome offre la possibilité de longs séjours de recherche voire de résidence sur leur terrain d’enquête. Étudiant le premier XVIe siècle et plus particulièrement le temps des guerres d’Italie (1494-1559), j’ai choisi de résider deux ans à Milan afin d’engager une recherche sur la principale famille francophile de Lombardie : la maison des Trivulzio. Comme les Valois qu’elle servait, elle était présente sur un des axes historiques de l’Europe, celui qui relie Paris à Rome, en passant par Lyon, Milan et Venise.

Ph. Archivio di Stato di Milano, S. Duc (CC BY-NC-SA)

Je me suis concentré sur les dépôts d’archives de Lombardie tout en testant les ramifications des Trivulzio vers la France et la Vénétie. Milan était leur berceau. Les fonds les plus riches qui les concernent y sont ainsi conservés : à l’Archivio di Stato, à l’Archivio privato della Fondazione Trivulzio, à l’Archivio Storico Civico et à la Biblioteca Trivulziana. Au sein des deux premiers dépôts, plusieurs séries sont nourries d’une abondante documentation trivulzienne dont j’ai pu tirer toute la richesse concernant le premier XVIe siècle : contrats de mariage, testaments, codicilles testamentaires et arbres généalogiques ; inventaires, confiscations et restitutions des biens ; concessions, privilèges et diplômes du temporel comme du spirituel ; registres, actes notariés, notamment des procurations ; livres de compte, registres d’actifs bancaires et de prêts ; gestion des terres par les procurateurs et les commissaires, etc.

Ph. Archivio di Stato di Venezia, S. Duc (CC BY-NC-SA)

Dans le cadre du mémoire requis en deuxième année, j’ai resserré la focale sur un des couples de la casa trivulzia : Teodoro Trivulzio (1458-1532) et Bona Bevilacqua (1468-1530). La conservation de leurs documents reproduit les polarités géographiques du couple. Au-delà des dépôts milanais, j’ai étendu mon enquête à l’Archivio Storico Comunale di Lodi et à l’Archivio di Stato di Verona. À Lodi, j’ai pu trouver des documents relatifs aux terres possédées dans la campagne lombarde, notamment les fiefs du contado de Lodi (là où l’Adda se jette dans le Pô). À Vérone, j’ai recherché des papiers informant les possessions acquises non loin de Vérone (sur l’Adige, à San Zevio). Enfin, les hautes charges détenues par Teodoro Trivulzio (commandant de l’armée vénitienne et lieutenant-général du roi en Lyonnais, entre autres) ont laissé des traces archivistiques plus loin encore : à l’Archivio di Stato di Venezia, à la Bibliothèque nationale de France et aux Archives municipales de Lyon.

Suivre pas à pas l’histoire d’une famille et d’un couple est une occasion rare. Elle est d’autant plus précieuse si le temps imparti aux explorations et aux dépouillements est important. Grâce à ce temps, des investigations en profondeur ont pu être menées dans les gisements les plus denses de Milan. Conjointement à une présence pérenne dans la capitale lombarde, les hypothèses et les découvertes au fil de l’eau ont pu être confirmées et prolongées par des enquêtes ponctuelles menées au sein de dépôts d’archives dans et hors de Lombardie.

Séverin Duc
Membre de troisième année de l’École française de Rome
Section Époques moderne et contemporaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search