Programme DIPLURBAINE: La diplomatie des villes – mondes latins, musulmans et byzantins (XIIe – XVIe siècle)

L’essor des villes occidentales et leur organisation en communes, pourvues de regalia (Italie communale) ou de privilèges, de franchises (France, Flandres, Espagne, etc.), se sont fondés sur une panoplie de techniques, d’outils et de pratiques de gouvernement qui en ont fait des laboratoires politiques. Quelles raisons, quels objectifs et même quelle légitimité ces villes avaient-elles à déployer une action diplomatique qui peut paraître comme un secteur essentiel, sinon réservé de la souveraineté ? Les réponses sont à découvrir au fil du développement de ce programme. Si à l’échelle des villes européennes des innovations majeures ont été lancées, souvent à tâtons (fiscalité directe, sélection par élection des gouvernants, etc.), autour du bassin méditerranéen, d’autres villes soumises à des cultures religieuses, politiques et économiques diverses ont aussi cultivé des formes de relations diplomatiques. Pour mesurer la singularité du fait diplomatique urbain, ce programme pluriannuel adopte de ce fait une démarche comparatiste et dépasse les trop strictes frontières du Moyen Âge pour englober la première modernité, classiquement définie en Europe comme celle d’un nouveau paradigme diplomatique, marqué par la naissance des ambassades permanentes.

Fig. 1 V. Carpaccio, Départ des ambassadeurs (Gall. dell’Accad. di Venezia).

Cette question n’avait jamais été abordée de façon systématique et comparatiste pour le Moyen Âge et les monographies sur ce thème sont extrêmement rares. Le récent regain d’intérêt pour l’histoire de la diplomatie, longtemps confinée à l’histoire des relations internationales, n’a que très peu concerné le monde urbain. On compte sur les doigts d’une main les travaux récents sur ce sujet en France, en Italie et en Espagne, alors que les historiens allemands ont publié de nombreux travaux, essentiellement à travers des analyses régionales. En fait, le statut de la diplomatie et des ambassadeurs a été essentiellement abordé « par le haut », à savoir en étudiant les formes et le rôle des ambassades d’États. Les recherches se sont peu préoccupées de la façon dont les villes géraient leurs relations « extérieures » avec leurs voisins, avec leur souverain, avec des entités « étrangères ». Ce programme se veut donc triplement innovant : par la focalisation urbaine d’une recherche sur les structures et les dynamiques diplomatiques ; par la mobilisation de l’ensemble des sources disponibles, du droit aux sources iconographiques en passant par les sources d’archives et celles de la culture matérielle ; par son comparatisme très large, une focale qui n’est pas sans risques, compte tenu de la dissymétrie des travaux et donc de l’inégale disponibilité des chercheurs pour l’Europe latine et pour les civilisations byzantines et musulmanes. 

Fig. 2 V. Carpaccio, Triomphe de Saint George – détail (Scuola San Giorgio degli Schiavoni).

Dès lors qu’elles avaient la nécessité de se projeter au-delà de leurs murs, qu’elles aient agi pour défendre des intérêts commerciaux, pour constituer des ligues, pour négocier avec les souverains, pour mettre sur pied des alliances en vue de programmes politiques offensifs ou de maintenir la paix dans leurs voisinages ou à plus large échelle, les villes ont développé des stratégies diplomatiques propres, pour la plupart nées probablement en elles-mêmes : la négociation fut en effet au centre du phénomène communal et ce fut par elle qu’en dépassant les rivalités internes, les villes purent se développer et se construire un destin. La mise en place d’échanges diplomatiques posait toutefois de redoutables problèmes. Mandater un ou des ambassadeurs suppose en effet que le mandant (commune, parti dominant, seigneur laïque ou ecclésiastique, etc.) se considère comme légitime. Or le polycentrisme institutionnel des villes médiévales, en Occident comme en Orient, pouvait susciter des compétitions ou des tensions entre les différentes instances locales ; la défiance à l’égard des représentants finalement retenus, puisqu’ils pouvaient confondre intérêts privés et publics, était par ailleurs de mise. Enfin, ces relations diplomatiques avaient bien sûr un coût, très lourd, voire prohibitif, pour des organismes qui voulurent souvent en limiter le nombre et la durée.

Fig. 3 V. Carpaccio, Arrivée à Cologne (Gall. dell’Accad. di Venezia).

Si la question des instances habilitées à envoyer des représentants à l’extérieur mérite d’être examinée à nouveaux frais, notamment en matière de normes et de législation urbaine, celle des envoyés eux-mêmes constitue aussi une source de réflexions à remodeler. Comment nommait-on les ambassadeurs ? Le verbe « nommer » convient-il d’ailleurs, dès lors que l’on considère les procédures de sélection des agents (élection, tirage au sort, désignation, etc.), autant que les qualificatifs donnés à ces émissaires (missi, procuratores, ambasciatores, legati etc., pour rester dans le monde européen). Quelles compétences, quelles limites leur assignait-on ? Voit-on émerger des spécialisations typologiques ou géographiques ? Quel est l’impact du modèle étatique et quel poids les réseaux d’affaire jouent-ils dans ces missions ? Car la politique extérieure des villes est le reflet des tensions sociales internes, qu’elles contribuent ainsi à exacerber ou à recomposer.

Fig. 4 V. Carpaccio, Ambassade d’Hippolyte reine des Amazones – détail (Musée Jacquemart-André). 

Ces missions d’ambassade participent également d’une forme particulière de « pragmatic literacy ». Partant avec une lettre de mission, des lettres de créances, un memorandum ou des notes articulées autour d’un nombre variable de points, des pétitions et des missives variées, ces représentants rédigent à leur retour des rapports qui sont discutés et à partir desquels ils peuvent être sommés de présenter leur défense. Il s’agit d’un précieux indicateur non seulement de la nature technique de la mission, mais aussi de la façon dont ces envoyés urbains ont pu être reçus, en particulier dans le cas d’ambassades auprès de souverains, cette littérature plus ou moins grise dit souvent la difficile position et la faible reconnaissance même symbolique de certaines villes. Enfin, la question de la langue support des échanges est aussi une question majeure, si l’on considère que l’une des désignations fréquentes de l’ambassadeur en Occident était le mot orator et qu’à partir de Pétrarque, le rôle des humanistes témoigne des compétences intellectuelles autant que communicationnelles recherchées pour défendre au mieux les intérêts des mandants.

Fig. 5 V. Carpaccio, Retour des ambassadeurs (Gall. dell’Accad. di Venezia)

Enfin la recherche doit envisager les structures diplomatiques construites par les villes, tant en termes de processus que de résultats. L’entrelacs de relations permanentes ou épisodiques, publiques et secrètes, à vocation offensive ou défensive, qui forment comme un filet dont les mailles et les segments particuliers contribuent chacun à la fonctionnalité de l’ensemble, se fonde en effet sur des accords d’une grande diversité typologique. Le rôle de l’information préalable et de ses canaux, les fonctionnalités du secret, l’importance des cadeaux et des mariages dans des relations nécessairement vivifiées par des liens personnels, expliquent ces différences, autant que les résistances, nombreuses dans et hors des organismes urbains traversés par des luttes de clans et de partis. 

Fig. 6 V. Carpaccio, Disputa di San Stefano (Pinacoteca di Brera).

Aboutissement de leurs compétences et de leur expérience diplomatique, le phénomène des ligues a diversement touché le monde urbain européen. Des cités ayant développé leur autonomie juridictionnelle ont animé de puissants mouvements interrégionaux, à vocation plus ou moins temporaire, appelant à un ordre diplomatique alternatif créateur de nouvelles réalités politiques, qui ne furent pas sans conséquence sur les équilibres étatiques internes et suscitèrent des réactions de défiance voire d’hostilité, que ce programme se propose d’examiner aussi de plus près.

Cinq thèmes de recherche ont été successivement programmés dans le cadre de cette enquête engagée et soutenue par le CEMM de Montpellier, le CERM de Trieste, le CIHAM de Lyon et l’École française de Rome :

1/ Normes et statuts de la négociation urbaine (Montpellier – 17-18 novembre 2017)
2/ Logistiques et desseins de la diplomatie des villes (Avignon – 8-9 novembre 2018)
3/ Temps et coûts de la diplomatie urbaine (Trieste  – 10-11 décembre 2019) 
4/ Réseaux diplomatiques et politiques urbaines (Lyon  –  18-19 juin 2021)
5/ Apothéoses diplomatiques ? Le phénomène des ligues urbaines (Rome  –  14-16 octobre 2021)

Venez nombreux ! 

Contacts : 
armand.jamme@cnrs.fr, paolo.cammarosano43@gmail.com, patrick.gilli@univ-montp3.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search