Eliza Orellana Gonzalèz. Doctorante en partenariat avec l’EFR

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis archéo-anthropologue, également formée à l’archéométrie. Je poursuis actuellement un doctorat à l’Université de Bordeaux en partenariat avec l’École française de Rome et en codirection avec l’Université Bordeaux Montaigne. Il est réalisé sous la direction de Dominique Castex (UMR 5199, PACEA) et Rémy Chapoulie (UMR 5060, IRAMAT-CRP2A), en collaboration avec Henri Duday (UMR 5199, PACEA) et le Centre Jean Bérard (USR 3133, CNRS-EFR). Ma recherche doctorale vise à étudier l’intoxication par le fluor des populations de l’arc volcanique campanien à l’époque romaine.

Étude anthropologique des individus provenant de Cumes, mission d’étude au Centre Jean Bérard (Naples – 2020. Image : E. Orellana Gonzalèz)

En quoi consistent des recherches en écotoxicologie historique ?

L’écotoxicologie est une discipline scientifique dont l’objectif est d’évaluer les modalités d’introduction et de circulation des polluants dans les écosystèmes depuis les milieux contaminés jusqu’aux communautés vivantes. Fondée sur une approche pluridisciplinaire, elle prend aussi en compte les facteurs physiques, chimiques, biologiques, de santé humaine et sociaux pour mieux comprendre leurs relations avec l’environnement. À partir des études de terrain et de laboratoire des milieux contaminés (l’eau, l’air, le sol), l’écotoxicologie classique cherche à caractériser la trajectoire de la toxicité afin de définir le risque potentiel.
L’écotoxicologie historique est pour sa part un néologisme qui vise à appliquer, aux différentes périodes historiques, les concepts et les méthodes de la recherche en écotoxicologie actuelle. Il s’agit d’un nouveau champ d’application à la frontière de la toxicologie environnementale, de la chimie et de la paléopathologie permettant de relier le stress chimique et physique et ses effets sur les populations du passé.

Ensemble funéraire 34009 à la nécropole de Porta Mediana de Cumes, détail de la sépulture à crémation 34242 (image : P. Munzi)

Je propose comme cas d’école pour l’écotoxicologie historique l’étude de la fluorose endémique au sein des populations romaines de Cumes et de Pompéi. Je pars de l’hypothèse que la surcharge en fluor des eaux telluriques dans les zones volcaniques a pu entraîner une menace pour la santé des populations romaines de la Campanie. À partir de la mise en œuvre d’une stratégie analytique associant macro-observations paléopathologiques et méthodes archéométriques je cherche à prouver la présence d’une surcharge en fluor sur les os provenant de sépultures individuelles à crémation.

Que pourra nous apprendre votre étude comparative entre les sites de Cumes et de Pompéi ?

Cette recherche doctorale, qui a débuté il y a à peine un an, est à l’interface entre l’anthropologie biologique, l’archéométrie et l’histoire. L’objectif est non seulement d’attester la présence de la fluorose au sein des populations de ces deux villes, mais également de discuter les différences qui pourraient être observées entre elles et les liens possibles avec les stratégies d’approvisionnement pour la consommation de l’eau.
Ma recherche a également pour but de proposer des pistes méthodologiques pour l’étude des restes humains brûlés. En ce sens, plusieurs collaborations, regroupant des compétences très diverses, ont été mises en place.

Analyse d’échantillon comparative des restes humains par spectrométrie d’émission atomique de plasma induit par laser (LIBS) réalisée à l’IRAMAT-CRP2A (Univ. Bordeaux Montaigne. Image : E. Orellana Gonzalèz)

Avec l’appui de spécialistes en anthropologie biologique et en archéométrie, l’étude macro- et microscopique de restes humains doit permettre d’identifier des signes de la fluorose squelettique. Une collaboration avec Sacha Kacki (PACEA) a par exemple permis l’élaboration d’un protocole d’observations paléopathologiques spécifique à cet effet. Différentes approches analytiques ont été testées, dans le cadre de diverses collaborations. Nous avons ainsi appliqué des méthodes d’analyse par faisceau d’ions PIXE (Particle Induced X-ray Emission) et PIGE (Particle Induced Gamma-ray Emission), avec Stéphan Dubernet (IRAMAT-CRP2A) et l’Institut de recherche nucléaire de l’Académie hongroise des sciences (Atomki). Avec le concours de Yanick Lefrais (IRAMAT-CRP2A), nous avons mené des analyses par spectrométrie d’émission atomique de plasma induit par laser (LIBS). Le croisement de toutes ces données devrait permettre d’engager des réflexions sur la relation entre les individus et leur environnement.

Qu’est-ce que vous apporte le fait d’être en contrat doctoral à l’EFR ?

Réaliser une thèse grâce à un contrat de l’École française de Rome me permet d’avoir accès à un réseau extraordinaire de chercheurs provenant de diverses disciplines. Une telle immersion dans un univers pluridisciplinaire est sans aucun doute un avantage pour mon développement professionnel. Les discussions lors de mes missions en Italie sont toujours très formatrices, même si les sujets de recherche sont parfois très différents du mien. N’étant pas de formation historienne ou spécialiste de l’Antiquité, je crois que connaitre davantage d’autres domaines de recherche est fondamental pour avoir une vision plus large et développer un esprit critique. Par ailleurs, mon insertion dans une communauté des chercheurs œuvrant dans les champs de l’archéologie et plus largement de l’histoire en Campanie constituera un atout essentiel lorsqu’il s’agira d’exploiter mes résultats analytiques afin de mieux percevoir les conditions de vie des populations romaines.
Le lien avec l’EFR est, de plus, renforcé par la collaboration établie avec le Centre Jean Bérard de Naples et la possibilité d’accéder au corpus des sépultures de la nécropole de Cumes ainsi que de participer au programme scientifique dirigé par Jean-Pierre Brun et Priscilla Munzi. La participation à la campagne de fouille du mois de juin a été reportée en raison de la crise sanitaire que nous vivons actuellement, mais on espère qu’elle pourra avoir lieu l’année prochaine. Au cours des mois de septembre et octobre 2020 et dans le cadre d’une première mission d’étude, j’ai été accueille au Centre Jean Bérard pour réaliser l’étude pathologique d’une partie du corpus ostéologique provenant de Cumes et effectuer une première sélection d’échantillons.

Propos recueillis par Hugo Vermeren


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search