Stéphane Gsell (1864-1932), historien et pionnier de l’archéologie scientifique entre Rome, Vulci et l’Algérie

Lorsqu’on évoque les origines de l’archéologie à l’École française de Rome, un nom vient tout de suite à l’esprit : Stéphane Gsell (1864-1932), célèbre pour avoir mené à la fin du XIXe siècle l’une des premières fouilles documentée avec des exigences scientifiques sur le site de Vulci. Mais ce détour dans les terres étrusques est fugace : à peine les résultats publiés, l’homme de terrain se redirige vers l’archéologie des provinces africaines de l’Empire romain, un destin de l’Italie à l’Algérie qui le mènera jusqu’à son élection au Collège de France à la chaire d’histoire de l’Afrique du nord en 1912 et à l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres en 1923. Évoquer Gsell aujourd’hui c’est d’abord réaffirmer la diversité des disciplines, des parcours et des formations des jeunes chercheuses et chercheurs en histoire et archéologie que notre institution, depuis sa création, s’est donnée pour mission d’accueillir.

Stéphane Gsell en 1886. Photographie de l’École française de Rome


Les premières années à l’École française de Rome (1886-1888)

Stéphane Gsell entre à l’EFR en 1886, après avoir mené des études brillantes à l’École normale supérieure (promotion 1883) et avoir obtenu la première place à l’agrégation d’histoire la même année. L’institution est dirigée depuis quatre années par Edmond Le Blant (1818-1895), qui succédait au premier mandat d’Auguste Geffroy (1820-1895). Bourreau de travail, ses premières années au Farnèse sont consacrées à la découverte effrénée de l’archéologie romaine, nourrissant très vite une prédilection pour les promenades archéologiques et les enquêtes de terrain. Les rapports de Le Blant au ministère de l’Instruction publique nous apprennent qu’en mai 1887, Gsell se destinait à orienter ses travaux vers la sculpture d’époque impériale, une polyvalence louée et encouragée par son supérieur.

Mais l’histoire et l’épigraphie impériales occupent davantage le jeune chercheur que la statuaire. En témoignent ses premières publications dans les Mélanges : Étude sur le rôle politique du Sénat Romain à l’époque de Trajan (1887), une courte note bibliographique sur l’ouvrage de Camille Julian Inscriptions romaines de Bordeaux (1887) et deux autres publications liés à ses recherches sur le règne de Domitien, Notes d’épigraphie (1888) et Chronologie des expéditions de Domitien pendant l’année 89 (1889). Il présenta également à l’Institut un mémoire intitulé Étude sur l’empereur Domitien, qu’il transforma en thèse (soutenue en 1894), un travail toujours considéré comme une référence pour la réévaluation de l’image négative du règne de l’empereur, montrant notamment un intérêt nouveau pour le genre biographique que récusait alors l’“Histoire totale” de l’école allemande du grand historien et philologue Theodor Mommsen (1817-1903).

L’année 1888 marqua le retour d’Auguste Geffroy à la tête de l’institution, qui vit en Stéphane Gsell le candidat idéal pour mener à bien un projet visant à faire entrer pleinement l’École française de Rome dans l’histoire de l’étruscologie : la fouille des nécropoles de Vulci.

Portrait d’Auguste Geffroy, 1876, par Jules Eugène Lenepveu (1819-1898). École française de Rome © Domaine public


Gsell étruscologue : l’entreprise vulcienne, une fouille entrée dans l’histoire (1889-1890)

Les possibilités d’originalité et de subsidiarité qu’impliquait l’étude de la civilisation étrusque dans le développement des carrières des membres séduisirent très tôt Auguste Geffroy, soucieux de se démarquer et de rivaliser tant avec l’école d’archéologie allemande que l’École française d’Athènes. Dès son premier mandat, le directeur s’intéressa au potentiel du site de Vulci dans la Maremme latiale.

On comprend facilement cet intérêt pour le site étrusque exploité depuis la fin des années 1820 et connu en France par les importantes fouilles commerciales des nécropoles orientales menées sur leurs terres de Canino par Lucien et Alexandrine Bonaparte de 1828 à 1846, qui alimentèrent le marché européen des antiquités de milliers de vases grecs et de bronzes étrusques et suscitèrent l’intérêt du milieu archéologique romain. D’autres Français y fouillèrent ou y financèrent des fouilles, comme Gustave-Adolphe Beugnot (1799-1861) en 1832 dans la nécropole de Camposcala, en partenariat avec la société des frères Campanari, ou encore Adolphe Noël des Vergers (1779-1865) qui participa en 1857 à la découverte de la célèbre Tombe François dans la nécropole de Ponte Rotto et avait publié un ouvrage de référence dans le domaine de l’étruscologie, L’Étrurie et les étrusques ou dix ans de fouilles dans les Maremmes toscanes (Paris, 1862-1864).

Vulci, Ponte della Badia, 1842, dessin aquarellé par Samuel James Ainsley (1806-1874), © The Trustees of the British Museum

Dès la fin des années 1870, Geffroy voulu confier ce projet de fouilles à un membre spécialiste d’archéologie funéraire chrétienne, Charles-Joseph Donat (1850-1880), mais celui-ci mourut peu après son retour en France. Il fit aussi partir à Vulci, en 1881, quelques membres de l’École en compagnie d’Héron de Villefosse dans le cadre d’un voyage pour évaluer l’intérêt de fouiller dans le domaine de la famille Torlonia qui, en 1855, avait racheté les terres de Canino à Alexandrine Bonaparte. Au début des années 1880, Geffroy est également en contact direct avec Francesco Marcelliani qui fouille une partie des nécropoles vulciennes entre 1879 et 1883 :  les deux hommes échangent dans le cadre de différentes affaires, notamment pour les ventes des peintures de la Tombe François et des Sarcophages des Époux provenant des fouilles Bonaparte de 1846, aujourd’hui conservés au Museum of Fine Arts de Boston.

C’est en se liant à la noble famille romaine des Princes Torlonia qu’Auguste Geffroy, en dépit des restrictions imposées aux institutions étrangères par le gouvernement italien, réussit finalement en 1889 à faire financer, pour le compte de l’École, une nouvelle fouille dans les nécropoles à l’endroit même où les Bonaparte avaient mené leurs frénétiques recherches de mobilier archéologique. Pour mener à bien cette entreprise, il fit appel au jeune Stéphane Gsell qui, d’après la correspondance entre les deux hommes conservée dans les archives de l’École française de Rome (étudiée par Laurent Haumesser), souhaitait plutôt fouiller en Sicile et en Italie du sud et évoquait la possibilité de mener des enquêtes archéologiques vers Civita Castellana, en pays falisque.

Couverture et sélection de pages tirées de l’ouvrage Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris, École française de Rome, 1891

On doit à un autre illustre membre de l’École, l’historien Camille Julian (1859-1933), d’avoir fait l’éloge de ces fouilles vulciennes et de leur publication, Fouilles dans la nécropole de Vulci (1891), entrées dans l’histoire de l’institution :

Pendant quatre mois, M. Gsell resta sur le chantier de Vulci (11 février-1er juin 1889). Je ne dis pas que les nécropoles où il travailla aient rendu des monuments exceptionnels. Mais le mobilier en fut riche et varié, et il provoqua, de la part de M. Gsell, une étude systématique qui est demeurée l’œuvre la plus pleine et la mieux ajustée sur un gisement des temps étrusques. Et puis, et surtout, quel exemple pour tous les fouilleurs ! Journal tenu jour par jour, presque heure par heure, cartes et plans d’ensemble et de taille, chaque tombe relevée à sa place et de même chaque objet dans sa tombe, mesures multipliées et toujours l’indication de la nature des matériaux découverts, tout cela constitue une sorte de panorama archéologique plein de vie à cause de sa sécheresse même. Le volume de M. Gsell est le seul que l’archéologie italienne donna à la collection in-4° de la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome. Mais il suffit à nous montrer ce que nos champions du passé romain pouvaient mettre de parfait en cette collection documentaire, le jour où on les laissait pénétrer sur un terrain de fouilles. Grâce à M. Gsell, l’École de Rome ajoute donc à son patrimoine un beau champ de fouilles (le seul un peu important qu’elle ait pu explorer en Italie), et l’archéologie étrusque de nouvelles richesses (…)

C. Jullian, “L’histoire et l’archéologie de l’Italie et de l’Empire romain”, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 152-154.

Pourtant, la mise en place et la tenue de la mission de l’École française de Rome à Vulci n’est pas allée de soi. Geffroy et Gsell durent se confronter au contrôle de l’État italien dans une période animée par les nationalismes et, par conséquent, par les rivalités institutionnelles de l’administration locale avec les écoles étrangères. Si le permis de fouilles demandé officiellement par Giulio Torlonia fut accordé en un jour seulement par le Ministero dell’Istruzione Pubblica, Felice Bernabei (1842-1922), alors à la tête de la section des fouilles et des musées de la Direzione Generale per le Antichità e le Belle Arti, leur imposa que les opérations de terrain fussent menées par un archéologue italien expérimenté, Adolfo Cozza (1848-1910), De son côté, Gsell ne fut chargé officiellement que de l’étude du  mobilier et de la publication des fouilles. Mais sans doute grâce à l’intervention de Geffroy et Giulio Torlonia auprès  du supérieur de Bernabei, Giuseppe Fiorelli (1823-1896),  Cozza ne resta en fait sur les fouilles que 13 jours seulement, laissant ensuite à Gsell toute la liberté pour mener la campagne comme il le souhaitait dans différentes aires de la propriété des Torlonia en rapportant régulièrement à Geffroy l’avancée des fouilles.

Carte des aires de la nécropole orientale de Vulci fouillées par Stéphane Gsell en 1889

Gsell était toutefois assisté par deux représentants ministériels et par l’archéologue des Torlonia, Francesco Marcelliani, avec lequel la collaboration ne fut pas simple. Un mémoire envoyé par Marcelliani à Geffroy, toujours conservé dans les archives de l’École, expose ses différences de vues avec Gsell qui menèrent les deux archéologues à s’opposer sur le terrain. Sans suivre l’avis de Marcelliani qui lui conseillait de se concentrer sur les tombes intactes aux riches mobiliers en fouillant de manière empirique sur l’étendue du territoire des Torlonia, Gsell privilégia l’étude systématique de secteurs susceptibles d’avoir déjà été fouillés dans le but de documenter typologiquement les sépultures mêmes les plus modestes, les tombes à fosses nommées pozzetti. Ainsi, les investigations se concentrèrent dans les nécropoles de la Badia, de la Polledrara, de Ponte Rotto et de Mandrione du Cavalupo. 136 tombes intactes furent tout de même mises au jour, scrupuleusement relevées et rigoureusement étudiées, leur matériel patiemment catalogué, utile pour analyser pour la première fois sur la longue durée, du Villanovien à l’époque hellénistique, les pratiques funéraires d’une cité étrusque. Ces découvertes contextualisées – pour la plupart modestes, au grand dam de Marcelliani – furent déposées à Musignano où Gsell, le temps des fouilles, aménagea un petit antiquarium.

Planche II, “Vases de type corinthien”

Malheureusement les archives privées de Stéphane Gsell, qui pourraient contenir la documentation directe de ses fouilles à Vulci, ne nous sont pas parvenues. Il semble qu’on perde leur trace à la bibliothèque du Musée des Antiquités d’Alger, où il fut nommé directeur de 1901 à 1925. Elles gagneraient à être retrouvées et, si elles existent toujours, pleinement exploitées, car certaines zones fouillées, notamment les fouilles des premiers jours menées avec Cozza dans l’aire de la Polledrara, n’apparaissent pas dans la publication de 1891. Quand au produit de cette vaste entreprise archéologique, il appartenait logiquement aux propriétaires des terrains. Si le mobilier de quatre tombes villanoviennes (IXe-VIIIe) fut offert dès 1890 par les Torlonia à l’archéologue Luigi Pigorini pour être présenté au Museo Preistorico di Roma (actuel Museo delle Civiltà – Preistorico ed etnografico « Luigi Pigorini »), le reste du matériel fut exposé à Rome au palazzo Torlonia de la via della Lungara, en un “petit musée étrusque”. En 1911, une partie du matériel fut donnée au Pontificio Istituto Biblico, dont la collection a été déposée de manière permanente aux Musées du Vatican en 1982. À la suite d’une patiente enquête, les vases étrusco-italiques et grecs issus des sépultures de Vulci ont été récemment identifiés et étudiés par Ferdinando Sciacca.

Couverture de l’ouvrage Materiali etrusco-italici e greci da Vulci (scavi Gsell) e di provenienza varia (Vatican, 2017).

Ainsi, le travail novateur de Gsell à Vulci participa à la dynamique d’autonomisation de l’archéologie scientifique face aux disciplines plus traditionnelles de la philologie ou de l’histoire de l’art classique. Ces fouilles permirent aussi d’intégrer pleinement l’École française de Rome, seulement quinze ans après sa création, dans l’histoire de l’archéologie nationale italienne : un pari ambitieux d’Auguste Geffroy relevé haut la main grâce à cette collaboration fructueuse entre une riche famille romaine de propriétaires terriens et un jeune membre prometteur, zélé et tenace. Pourtant, en dépit de la qualité reconnue et du caractère pionnier de ses travaux archéologiques à Vulci ainsi que du retentissement positif de leur publication, Gsell ne poursuivit pas une carrière d’étruscologue. Il envisageait peut-être d’entreprendre d’autres fouilles sur les terres des Torlonia, toujours avec l’École, mais cette fois-ci près de Viterbe dans la commune de Farnese (sans doute à la localité “Il Voltone”) à la recherche du sanctuaire étrusque de Voltumna, mais le projet n’aboutit pas. Tout au plus publia-t-il dans les Mélanges une brève Note au sujet de l’incinération en Étrurie (1892), réponse aux critiques courtoises de M. von Duhn où il fait preuve, encore une fois, d’une grande prudence dans la lecture des données de terrain notamment dans l’analyse des restes ostéologiques, des assemblages de mobilier et des pratiques de dépositions et de traitements funéraires. Il mit à profit cette expérience italienne en travaillant sur une autre rive de la Méditerranée dans un domaine encore largement inexploré, celui de l’archéologie romaine en Afrique du nord.


Après l’École : Gsell et l’Afrique du nord

À la fin de son mandat de membre à l’EFR, en 1890, Gsell devient, au gré du hasard des nominations ministérielles, chargé de cours à l’École supérieure des lettres (devenue ensuite Faculté) d’Alger. En 1894, il soutient sa thèse de doctorat sur le même sujet que celui de son mémoire à l’Institut, Essai sur le règne de l’empereur Domitien, lui permettant de devenir la même année, et ce jusqu’en 1910, Professeur d’Antiquités africaines. Sa carrière en Algérie ne cessa de prendre de l’ampleur. Parallèlement à sa charge d’enseignement, il est nommé Inspecteur des Antiquités dès 1900, Directeur du Musée des Antiquités algériennes et d’Art musulman en 1902 puis Inspecteur général des Musées archéologiques de l’Algérie en 1919.

Cour du Musée National des Antiquités Algériennes, ancien Musée Stéphane Gsell © Domaine public

Dans une Algérie sous domination française qui se dote d’une administration archéologique où prônent rigueur et précision scientifique, Stéphane Gsell, à travers ses divers mandats, veille à imposer les mêmes mesures de documentation des fouilles que celles qu’il avait mis en place lors de ses travaux de terrain en Italie. Il publie en ce sens en 1901 des Instructions pour la conduite des fouilles archéologiques en Algérie. En tant que conservateur, il œuvre également avec détermination au développement des musées et au catalogage de leurs collections : on connaît par exemple ses contributions à la série des Musées et Collections archéologique de l’Algérie et de la Tunisie, notamment les volumes VI (Musée de Philippeville, 1898) et X (Musée de Tébessa, 1902). Il accueille aussi les membres de l’École française de Rome en Algérie, suscitant pour certains des vocations. Comme preuve de son attachement à l’institution romaine, il publia en 1894 dans les BEFAR (n° 65) une recherche sur la Maurétanie au temps de César, Tipasa, ville de la Maurétanie Césarienne.

Tipasa, ville de la Maurétanie Césarienne, Mélanges d’archéologie et d’histoire 14, 1894

De ces travaux au Maghreb, l’historiographie retient surtout son ouvrage de 1901 portant sur les Monuments antiques d’Algérie, fruit de nombreuses explorations sur le territoire de 1891 à 1904, ainsi que de grandes œuvres de synthèse comme l’Atlas archéologique de l’Algérie publié en sept volumes de 1902 à 1911 ou encore une Histoire ancienne de l’Afrique du Nord publiée en huit volumes entre 1913 et 1928. Si les recherches et publications de Gsell sur les provinces africaines de l’Empire romain furent prolifiques, le menant en 1912 au Collège de France, il s’intéressa également, en archéologue curieux, à la préhistoire du Maghreb, à ses sépultures puniques (Fouilles de Gouraya, 1903), à ses sources littéraires et épigraphiques (Hérodote. Textes relatifs à l’Afrique du Nord – édition et traduction, 1915 ; Inscriptions latines de l’Algérie, 2 vol. 1922-1957. Second volume revu et augmenté par H.-G. Pflaum), à ses édifices chrétiens ainsi qu’à l’histoire de la domination arabe de son territoire. Il touche même aux questions écologiques dans un essai de 1911, Le climat de l’Afrique du Nord dans l’antiquité. Par ailleurs, certains de ses écrits sur les provinces romaines de l’Afrique du nord reflétaient, comme dans le cas d’autres chercheurs des premières décennies du XXème siècle,  une position coloniale consciente. Son essai sur “La Tripolitaine et le Sahara au IIIe siècle de notre ère”, publié en 1926 dans les Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et récemment réévalué par Philippe Leveau, en est par exemple l’illustration.

C’est peu dire que la vie scientifique de Stéphane Gsell a marqué dans bien des domaines l’histoire de l’archéologie moderne. Des tombes étrusques de Vulci aux monuments romains de l’Algérie, le parcours atypique de ce talentueux chercheur est emblématique des routes diverses où, chemin faisant, la pratique du terrain et l’insatiable curiosité intellectuelle peuvent amener l’archéologue. C’est cette soif de connaissance – ainsi que la pérennité des moyens institutionnels mis en place pour qu’elle soit possible – que le milieu de la recherche devrait constamment encourager car elle est la condition d’une multidisciplinarité nécessaire qui est aux fondations de la modernité de nos disciplines historiques.


Pour aller plus loin

Notices biographiques

  • Charles Picard, “Notice sur la vie et les travaux de M. Stéphane Gsell, membre de l’Académie”, CRAI 91ᵉ année, N. 1 (1947), p. 24-86 [en ligne]
  • Christophe Chandezon, Dictionnaire biographique des historiens français et francophones, Paris 2004, p. 139-140
  • Notice AIBL

Gsell et Domitien

  • Denis Lengrand, “’L’essai sur le règne de Domitien’ de S. Gsell et la réévaluation du règne de Domitien”, Pallas 40 (1994), p. 57–67 [en ligne]

Gsell et Vulci

  • Auguste Geffroy, “Note sur les fouilles de Vulci”, CRAI 33ᵉ année, N. 4 (1889), p. 265-269 [en ligne]
  • Auguste Geffroy, “Du progrès de la science archéologique et de l’exégèse à Rome”, La Revue des deux mondes, mars-avril 1892, p. 586-611 [en ligne]
  • Elisabetta Mangani, “Corredi vulcenti dagli scavi Gsell al Museo Pigorini”, Bullettino di Paletnologia Italiana 86 (1995), p. 373-428
  • Filippo Delpino, “Gli scavi di Stéphane Gsell a Vulci (1889). La politica culturale dell’amministrazione per le antichità tra aperture internazionalistiche e autarchismo archeologico”, Bullettino di Paletnologia italiana 86 – nuova serie IV (1995), p. 429-468
  • Armando Cherici, “Gli scavi vulcenti di Stéphane Gsell”, dans P. Jacquet, R. Périchon (éds.), Aspects de l’archéologie française au XIXe siècle. Actes du colloque international, La Diana à Montbrison, 14-15 octobre 1995, Montbrison, 2000, p. 283-289
  • Laurent Haumesser, “Les débuts des études étrusques à l’École française de Rome. Auguste Geffroy et Vulci”, dans M. Gras, O. Poncet (éds.), Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895, Rome : Publications de l’École française de Rome, 2013 [en ligne]
  • Ferdinando Sciacca, Materiali etrusco-italici e greci da Vulci (scavi Gsell) e di provenienza varia, Vatican, 2017

Gsell et l’archéologie du Maghreb

  • 1981. Stéphane Gsell. Études sur l’Afrique antique : scripta varia (recueil d’articles publié par Cl. Lepelley ; posthume)
  • Denis Lengrand, Stéphane Gsell et l’histoire de l’Afrique antique, Thèse de doctorat de l’Université Paris 10, 1990
  • Monique Dondin-Payre, “Jules Toutain et Stéphane Gsell à l’École française de Rome (1886-1891). Une étape décisive pour l’étude du Maghreb”, dans M. Gras, O. Poncet (éds.), Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895, Rome : Publications de l’École française de Rome, 2013 [en ligne]
  • Michel Christol, “L’Empire romain en Afrique : aspects et résonances d’un impérialisme”, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique 128 (2015), p. 19-35 [en ligne]
  • Philippe Leveau, “Lectures coloniales et post-coloniales de l’histoire de l’Afrique romaine. Histoire et constructions mémorielles”, Anabases 32 (2020) [en ligne]


Christian Mazet
Membre de deuxième année de l’École française de Rome
Section Antiquité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search