Chloé Demonet. Entretien avec la présidente de l’association des Amis de l’École française de Rome

Chloé Demonet est archiviste paléographe, diplômée de l’École Nationale des Chartes et docteure en histoire de l’art et de l’architecture. Ingénieure des services culturel et du patrimoine à la Drac Ile-de-France – Ministère de la culture (2018-2020), elle est désormais chargée d’études au Département d’Histoire de l’Architecture et d’Archéologie de la ville de Paris (DHAAP). Membre associée de l’équipe HISTARA (EA 7347), elle est spécialiste de la représentation de l’architecture à la Renaissance, en particulier de l’œuvre dessiné et des relevés de l’architecte florentin Giuliano da Sangallo (Florence, 1445 – Rome, 1516), ainsi que de l’histoire et de l’actualité du patrimoine architectural. Elle est l’actuelle présidente de l’Association des Amis de l’École française de Rome.

Quels sont les statuts et la vocation première de l’association des Amis de l’École française de Rome ?

L’association des Amis de l’École française de Rome a été créée avec l’ambition de réunir les boursiers, Membres et anciens Membres, chercheurs, lecteurs et soutiens de l’EFR au sein d’une communauté culturelle et intellectuelle élargie. Elle se veut un soutien amical et disponible de l’EFR, usant de la diversité de compétences de ses adhérents pour en promouvoir la mémoire, le patrimoine et les travaux.

Envisagée comme un réseau, l’association cherche en outre à favoriser les synergies, les échanges et l’entraide entre ses adhérents, ainsi que d’informer de leurs recherches et de leurs carrières. Elle vise à l’organisation d’évènements scientifiques et culturels en propre ou en lien avec d’autres institutions et associations, qui se veulent des moments d’échanges et de rencontres ayant pour objectif de renforcer l’amitié culturelle franco-italienne et de soutenir et valoriser une recherche en sciences humaines en pleine mutation.

Première rencontre des Amis de l’EFR, Collège de France, novembre 2018, Paris © EFR / Didier Lefevre

Quelles ont été les motivations à l’origine de la création de l’AmEfr ?

La création de l’association a fait suite au constat que les liens et les synergies qui se créaient au sein et autour de l’EFR pouvaient être fédérés pour s’ancrer dans une structure pérenne et ouverte à tous les acteurs et soutiens de l’institution. S’il existe une communauté « spontanée » de l’EFR, composée d’anciens membres ou chercheurs invités rapprochés par leurs activités universitaires ou leurs affinités personnelles, d’autres personnes passant par l’école sont moins susceptibles de maintenir ce lien particulier. Archéologues ayant participé aux chantiers de fouilles, lecteurs « historiques » de la bibliothèque, boursiers ayant fait un ou plusieurs séjours, constituent un public plus volatile, laissant moins de traces dans l’histoire de l’école et s’éloignant d’une actualité qui pourrait pourtant les concerner et les intéresser pendant et après leur passage. En outre ces profils reflètent une diversité d’approches et de carrières, qui font aussi la richesse de l’École et démontrent qu’elle est une institution ouverte, moderne et rassembleuse.

Une première idée avait été de mettre en place un réseau social des boursiers et anciens boursiers qui visait à l’échange d’actualités, de « bons plans » à Rome (allant de la bibliothèque au glacier…), d’informations pratiques et culturelles sur l’École, et plus généralement à maintenir le lien. Ce projet émanant de boursiers s’est trouvé rejoindre celui de la mise en place, par l’École, d’un annuaire étendu des « anciens » et d’une enquête sur leur devenir et leurs carrières. C’est Catherine Virlouvet, alors directrice, qui comprit qu’il fallait aller plus loin en créant une véritable association, dans la lignée de celles qui existent par ailleurs dans le réseau des Écoles françaises à l’étranger. Elle donna l’impulsion décisive en organisant une grande présentation à Paris en novembre 2018. Créer une association des Amis permettait de dépasser la simple constitution d’un réseau interne autour de souvenirs et d’intérêts communs pour le rassembler autour du rayonnement de l’histoire de l’École, de son patrimoine, de la diffusion de ses travaux et de son actualité auprès d’un public varié et international.

Première rencontre des Amis de l’EFR, Collège de France, novembre 2018, Paris © EFR / Didier Lefevre

Qui peut adhérer à l’association, est-elle composée exclusivement d’anciens membres et boursiers de l’EFR et comment y adhère-t-on ?

L’AmEfr est une association des « amis » et non des « anciens ». Elle a donc vocation à ouvrir le réseau à toute personne intéressée à l’EFR, à ses travaux, à son histoire. Les statuts de l’association sont d’ailleurs très clairs : peut adhérer « toute personne résidant en France ou à l’étranger qui a ou a eu des liens avec l’EFR ou manifeste le désir de contribuer à son rayonnement ». Être adhérent ouvre l’accès à nos évènements, à ceux de nos sociétés partenaires ainsi qu’à des promotions sur les ouvrages publiés par l’EFR. D’autres avantages seront proposés à l’avancement de notre développement. Adhérer à l’AmEfr est une façon de participer à ses missions et toutes les bonnes idées et volontés sont les bienvenues !

L’adhésion se fait via notre site internet en quelques clics. Nous pouvons également nous charger de l’inscription sur demande adressée par courriel ou courrier. 

https://amefr.wordpress.com/
amefr.asso@gmail.com
AmEfr
23, quai de Conti, F-75006 Paris

Réunion plénière à l’École Normale Supérieure, Paris, mars 2019 © EFR

Quels projets actuels ou futurs pour l’AmEfr ?

Après avoir créé un site permettant de diffuser les informations relatives à l’association, nous sommes en train de mettre en place une veille sur les réseaux afin de partager le plus largement possible les actualités de l’EFR et des Amis. Nous sommes présents sur LinkedIn, Twitter (Association AmEfr), Instagram (@Amis_Efr ), et une page Facebook est en cours d’élaboration.

Nous avons tout de suite envisagé l’organisation d’évènements scientifiques et culturels pour favoriser les rencontres entre les adhérents et susciter de futures adhésions. Nos débuts ont pâti des difficiles conditions d’exercice depuis fin 2019 mais nous avons pu faire face en transformant ces manifestations en rendez-vous en ligne. Ainsi à l’automne 2020 nous proposons une conférence, une visite virtuelle, une présentation de collections documentaires… Au-delà de ces évènements nous envisageons les moyens de soutenir l’actualité patrimoniale de l’EFR, en lien avec les membres actuellement en poste. Les projets actuels concernent les collections archéologiques conservées au palais Farnèse, et la poursuite de sa restauration. Enfin, dans les prochaines années, l’association souhaite apporter son concours à l’organisation du 150e anniversaire de l’EFR.

Journée de présentation de l’AmEfr à Rome, le 5 juin 2019 © EFR

Comment envisagez-vous la collaboration avec l’EFR dans les activités de l’AmEfr ? Bénéficiez-vous également d’autres partenariats ?

Nous avons l’immense chance de bénéficier de l’attention et du soutien du service communication de l’EFR qui relaie nos évènements et nous épaule dans l’organisation à Rome, comme lors de notre journée de présentation de l’association le 5 juin 2019. Le réseau des Écoles françaises à l’étranger nous aide également à diffuser nos évènements.

L’AmEfr cherche à nouer des partenariats avec d’autres associations, de même type ou aux préoccupations similaires, afin de donner plus de résonnance à son action et de proposer des évènements en commun. Elle a ainsi débuté une relation privilégiée avec l’Association français des Amis de l’Orient (AFAO) dont la manifestation concrète réside dans l’organisation de conférences communes : autour d’une même thématique deux chercheurs spécialistes, l’un de l’aire méditerranéenne, l’autre de l’aire asiatique, partagent leurs réflexions et leurs méthodes [en savoir plus sur ce partenariat]. La séance inaugurale a eu lieu le 10 novembre 2020 autour de la question des ruines, qui fut discutée par Charles Davoine et Christophe Pottier. Son succès (elle a réuni plus de 70 participants) nous encourage à poursuivre dans cette voie et, avec le directeur exécutif de l’AFAO, Arnaud Bertrand, nous travaillons à un programme à long terme pour faire de ces « conférences croisées » un rendez-vous régulier et, nous l’espérons, attendu.

Les membres du bureau utilisent en outre leur propre réseau et champ de compétences pour favoriser les collaborations. C’est ainsi que les adhérents bénéficieront d’une visite privilégiée de l’exposition actuellement en cours au Musée d’archéologie nationale, qui sera suivie d’une présentation de collections documentaires en lien avec la thématique. Nous développons actuellement d’autres partenariats, ponctuels ou pérennes, avec différentes institutions et sociétés.

Conférence en ligne croisée AmEFr – AFAO du 10 novembre 2020 – Vue des bureaux des membres au Palais Farnèse.

En tant qu’ancienne boursière de l’École française de Rome, quels souvenirs gardez-vous de vos séjours dans notre institution ?

Je me rappelle mes séjours comme de moments extrêmement privilégiés, studieux et harmonieux. C’est le souvenir, chaque matin, de s’émerveiller du trajet entre la place Navone, monumental cadre de résidence des boursiers, et le palais Farnèse, majestueux et secret, qui pourtant accepte d’entrouvrir sa porte au chanceux lecteur de la bibliothèque. C’est la satisfaction d’obtenir ses lettres de recommandations estampillées EFR qui vous ouvriront les portes de la Vaticane, de la Hertziana, de l’American Academy ou toute autre institution, selon les besoin de votre thèse. Rome est un centre de recherche international et être boursier à l’EFR c’est aussi rencontrer des étudiants et des chercheurs de pays et d’horizons différents, et partager avec eux points de vue et méthodes.

Enfin, pour moi qui ai eu la chance d’être plusieurs fois boursière et de faire des séjours de recherche complémentaires, c’est développer un lien particulier avec cette communauté. On retrouve régulièrement les mêmes, on s’arrange, parfois, pour prévoir son séjour en même temps que l’ami archéologue ou philologue, prendre des nouvelles des uns et des autres et partager quelques chiacchierate en déjeunant sur le pouce à Campo dei Fiori. Ce furent pour moi des moments amicaux donc, propices à renforcer l’émulation dans l’étude, ayant même fait naître des projets communs.

Les membres du bureau provisoire chargé de rédiger les statuts : Marc Smith, Aurélien Davrius, Silvia Sebastiani, Chloé Demonet, Manuel Royao, Catherine Brice © EFR

Vous êtes spécialiste de l’histoire de l’architecture à la Renaissance, quel regard portez-vous sur le Palais Farnèse ?

Le Farnèse (de son petit nom) est un symbole de Rome à plus d’un titre. Il exprime pleinement le rayonnement politique et artistique de la Rome de la Renaissance et allie la puissance des masses à la subtilité du décor. Son commanditaire est alors l’un des notables les plus puissants et bientôt pape, son concepteur l’un des architectes les plus célèbres, qui cède le chantier au plus grand artiste de l’époque, les décors intérieurs somptueux sont l’œuvre des peintres les plus en vogue. Mais ce qui magnifie ce palais, c’est sa position dans un tissu urbain expressément modelé pour donner toute sa puissance à la façade principale. Elle s’érige en véritable fond de scène, presque mouvant lorsque l’on se déplace le long de l’axe perspectif ponctué de places qui y mène. Le palais Farnèse constitue ainsi un véritable marqueur du centre historique de Rome. 

Depuis bientôt 150 ans les Français ont la chance de jouir de ce magnifique palais, la charge, aussi, de l’entretenir. La restauration engagée à la toute fin du XXe siècle, et qui se poursuit aujourd’hui, résulte d’une collaboration exemplaire entre les experts français et italiens. Mais, français ou italiens, je crois que tous les amis de l’École française de Rome entretiennent un lien spécifique avec le palais Farnèse. Au point que lorsque nous avons créé l’association nous étions sur le point de nous nommer les « Amis du Farnèse »… Nous espérons que nous pourrons mettre notre enthousiasme au service de la valorisation de ce patrimoine exceptionnel !

Propos recueillis par Christian Mazet et Marie Zago


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search