Le film documentaire et la mise en valeur de la recherche scientifique. Les archives Pie XII

Depuis mars 2020, le Vatican a rendu accessible aux chercheurs les archives du pontificat de Pie XII (1939-1958). Il s’agit d’un nouveau chantier exceptionnel pour l’École française de Rome permettant de mettre en valeur sa tradition d’étude en histoire diplomatique et religieuse tout en l’insérant dans des réseaux de recherche internationaux en histoire globale et en histoire de l’humanitaire. L’ampleur des fonds ouverts et la diversification des thèmes de recherche associés à ce pontificat (Seconde Guerre mondiale, reconstruction, démocratisation et construction européenne, guerre froide, décolonisation, mutations religieuses et culturelles) appelle à la mise en œuvre de projets collectifs tel le groupe « Pie XII : un pontificat en archives ». De plus, l’ÉFR co-organise avec l’Institut Historique Allemand de Rome (DHI) un colloque international prévu à Rome les 14, 15 et 16 juin 2021 : « War and Genocide, Reconstruction and Change: The Global Pontificate of Pius XII, 1939-1958 ».

Le chantier de recherche de l’EFR autour des archives ne se limite pas au champ strictement académique et entend répondre aux attentes de la société civile quant aux débats publics soulevés par l’histoire de ce pontificat. Entretien avec Nina Valbousquet, membre de deuxième année, et Joseph Ballu, chargé de la communication et de l’audiovisuel pour le Réseau des Écoles françaises à l’étranger (ResEFE), sur le film « Les archives de Pie XII. Une enquête en suspens ».

Pourquoi réaliser un film sur les archives Pie XII ? Pourquoi est-il intéressant de mettre en valeur une recherche scientifique par le biais de la vidéo ? Comment montrer au public ce qui fait l’intérêt de ces sources inédites ?

Nina Valbousquet, historienne, membre de l’École Française de Rome :
Depuis l’ouverture des archives de Pie XII en mars dernier, et malgré la crise sanitaire actuelle rendant l’accès plus difficile, j’ai pu effectuer quatre mois de recherche dans ces nouveaux fonds qui sont cruciaux pour mon projet portant sur les relations diplomatiques entre Saint-Siège et organisations juives de l’entre-deux-guerres à 1948.
En raison des débats historiques mémoriels autour du pontificat de Pie XII (l’attitude du Vatican face à la Shoah, son rôle durant la guerre froide), les archives ont fait l’objet d’une attention médiatique particulière (presse écrite, interviews radio, documentaires), en France, en Italie, en Allemagne, en Suisse ou encore aux États-Unis. Mais le fonctionnement et la richesse de ces archives restent encore peu connus du grand public.
La question de la valorisation et de l’impact public des recherches menées à l’École française de Rome s’est ainsi posée très rapidement. Avec le concours de la directrice Brigitte Marin, j’ai pu participer à un film d’une vingtaine de minutes réalisé par Joseph Ballu. Ensemble nous avons amorcé, dès le printemps dernier, une réflexion sur les modes de communication et de transmission des enjeux multiples de ce nouveau chantier de recherche, dans le but de le présenter à un public plus large.
À la suite du tournage réalisé en juin à Rome, au Palais Farnèse et au Vatican (au moment même où les archives ouvraient de nouveau après le confinement), le montage a pu être réalisé dans les mois d’été. Le résultat final articule un entretien vidéo sur des questions historiques et mémorielles avec des images d’archives du pontificat de Pie XII (notamment des films de l’institut Luce) et des documents inédits extraits des archives du Vatican sur lesquels je travaille. En particulier, le film montre bien l’intérêt des nouvelles archives par rapport aux sources publiées : un même document peut-être ainsi écrit par plusieurs mains et composé d’annotations, de ratures et de changements qui permettent de comprendre le processus de décision interne et les logiques institutionnelles du gouvernement de l’Église.
Enfin, le film me semble un beau témoignage sur le travail des chercheurs du Palais Farnèse au temps du coronavirus et sur l’environnement de travail de la bibliothèque. 

Nina Valbousquet, membre de l’EFR. Capture d’écran du film-documentaire

Vous avez l’habitude de travailler avec des archéologues et des chercheurs pour mettre en valeur leurs domaines de recherches. Comment s’organisent vos échanges avec eux ?

Joseph Ballu, réalisateur :
J’ai la chance, depuis maintenant deux ans, de pouvoir travailler en collaboration avec des chercheurs du ResEFE – notamment des archéologues, mais pas seulement – sur des chantiers de fouilles tels qu’Albalat en Espagne, Cuma en Italie, Delphes en Grèce ou encore Saqqarah en Égypte.
Lors de mes missions, je passe généralement quelques jours en immersion sur le terrain : l’accès privilégié à ces sites remarquables me permet de rencontrer les équipes sur place, d’échanger, de discuter, d’observer, puis de filmer les chercheurs au travail et de les interviewer.

Interview de Nansy Psalti, directrice du musée archéologique de Delphes, réalisée par Joseph Ballu en 2019

En quoi ce tournage avec Nina Valbousquet a-t-il été différent ?

Joseph Ballu :
En ce qui concerne le documentaire réalisé avec Nina Valbousquet, chercheuse en histoire contemporaine et membre de l’EFR, il diffère tant par ses modalités de tournage que par le sujet traité. 
Ayant eu l’opportunité de fouiller dans des fonds d’archives par le passé, que ce soit lors de mes études d’histoire ou pour des recherches personnelles, j’avais déjà eu le plaisir de feuilleter d’anciennes lettres manuscrites et de me plonger dans ces lieux suggestifs, souvent hors du temps : la Biblioteca Nazionale Marciana à Venise ou les archives de la Villa Médicis à Rome, par exemple.
Aussi, lorsque ce projet de film sur les archives de Pie XII a émergé, j’étais enthousiaste à l’idée de pouvoir découvrir l’Archivio Apostolico Vaticano pour y tourner des images inédites.
En mars, Nina avait obtenu un accord de principe me permettant d’accéder aux archives… mais la pandémie de Covid-19 en a décidé autrement, en retardant tout d’abord le tournage de quelques mois, puis en restreignant l’accès aux seuls chercheurs lors du déconfinement du mois de juin.
Notre projet ayant été bouleversé par ces restrictions, nous avons dû nous adapter en faisant de l’interview de Nina la « colonne vertébrale » du film. Pour documenter visuellement son travail, nous nous sommes focalisés sur des copies d’archives qu’elle avait collectées avant la pandémie, ainsi que sur des films d’époque.

Le cardinal Pacelli à Lisieux. Archivio storico, Istituto Luce.

Enfin, nous avons pris le parti de tourner au Palais Farnèse, siège de l’École française de Rome où travaille Nina au quotidien, mais aussi dans différents lieux symboliques de la ville, directement liés à ses travaux de recherche.
In fine, ce film-documentaire s’attache à mettre en valeur les investigations de Nina, à analyser les enjeux de cette ouverture d’archives historique, mais également à témoigner des difficultés rencontrées face à la crise sanitaire actuelle. 

Propos recueillis par Élodie Oriol et Hugo Vermeren, respectivement membres de deuxième et troisième années, section Époques moderne et contemporaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search