Quel héritage de la Rome médiévale? Entretien avec Marina Bernardi

Marina Bernardi est doctorante en histoire contemporaine à l’Université de Paris Est-Créteil, en partenariat avec l’École Française de Rome (2020-2023). Elle mène un projet de recherche consacré à la prise en considération du patrimoine médiéval romain dans la construction de la nouvelle capitale italienne entre 1870 et 1970.

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre projet de thèse ?

Je me propose d’étudier le cas de la place laissée à la Rome médiévale dans le modelage de la nouvelle capitale italienne, entre 1870 et 1970. La question du patrimoine romain a été posée dans les premiers mois qui ont suivi la brèche de Porta Pia, et reste aujourd’hui encore au centre du débat dans tous les projets de transformation urbaine. La période médiévale et ses témoignages ont une place « difficile » dans les représentations de la ville éternelle comme dans son paysage, enclavés entre la force symbolique de la Rome antique et la renaissance artistique de la Rome papale. J’étudierai le sort fait aux monuments, œuvres et ruines médiévales dans l’Urbe en analysant les négociations entre savoirs « experts » et instances décisionnaires dans la mise en œuvre des politiques urbaines. Il s’agira de comprendre dans quelle mesure l’évolution des connaissances et de la pensée sur le Moyen Âge a influencé ou non les politiques publiques en matière d’urbanisme et de conservation du patrimoine à Rome.

La Torre degli Alberteschi, construite avant 1371 et détruite lors des travaux d’aménagement des berges du Tibre dans les dernières décennies du XIXe siècle. Gravure V. Gatti, in M. Quercioli, Le torri di Roma, Rome, 1985, p. 256

Au sein de quelles institutions romaines et/ou italiennes (centres d’archives, bibliothèques, musées, etc.) envisagez-vous de mener vos recherches documentaires ?

Mon travail en archives s’articulera surtout autour des fonds des administrations centrales conservés à l’Archivio Centrale dello Stato et ceux conservés à l’Archivio Capitolino, notamment la documentation produite par la Commissione Archeologica Municipale di Roma, la Commissione Edilizia, et celle du Piano Regolatore. Il faudra également prendre en considération les archives de certains acteurs de l’urbanisme romain, comme la Società Generale Immobiliare. Les archives de la Sovrintendenza Capitolina ai beni culturali pourront aussi être utiles, notamment les registres des découvertes (registri dei trovamenti : 1872-1985) et dans une certaine mesure le travail des Guardiani Archeologici.
En ce qui concerne les sources imprimées, les sociétés et les académies romaines spécialisées témoignent de l’évolution de la pensée sur le Moyen Âge et la conservation du patrimoine capitolin, comme entre autres, la Società Romana di Storia Patria, l’Istituto italiano per il Medioevo, ou l’Accademia dei Lincei... Il faudra également considérer les influences internationales sur le milieu intellectuel romain, notamment à travers les travaux des instituts étrangers à Rome, tels l’École Française de Rome ou la British School.

Santa Cecilia in Trastevere, Fresque du Jugement dernier, Pietro Cavallini, c. 1293. Détail d’un ange guidant les bienheureux
Santa Cecilia in Trastervere, Fresque du Jugement Dernier, Pietro Cavallini c. 1293. Détail d’un chérubin. Les interventions de restaurations de la fresque commencent dès sa redécouverte en 1900

Comment mobilisez-vous, comme historienne du contemporain, les sites et les ressources archéologiques ?

La dimension symbolique et l’utilisation politique de l’archéologie classique ont déjà été profondément étudiées par les historiens du contemporain, notamment pour la période fasciste. Mon étude se concentre sur les témoignages de la Rome médiévale, largement moins représentatifs de l’Urbe dans l’imaginaire collectif et moins visibles dans le paysage urbain romain alors qu’ils constituent l’identité visuelle de nombreuses autres villes italiennes. La période contemporaine de l’histoire de Rome, notamment après son élection en tant que capitale italienne, est marquée par une expansion urbanistique sans précédent. Ce contexte de transformation profonde du bâti a décidé du sort de bien des monuments, artefacts ou potentiels sites archéologiques qui ont été détruits ou conservés en fonction de diverses dynamiques, qui vont de la grande liberté laissée à la spéculation immobilière, peu soucieuse des problématiques de la conservation, au désintérêt total de plusieurs générations d’archéologues – pourtant membres des commissions communales – pour les témoignages tardo-antiques et médiévaux. Il s’agit pour moi de comprendre, via l’étude de ces dynamiques et notamment les potentielles relations entre la sphère savante et les décideurs des politiques publiques, l’actuelle visibilité des sites et des ressources médiévales dans le paysage contemporain de Rome.

Démolitions sur le site archéologique de Largo Argentina en 1928. Les structures antiques sont dégagées de tous les réemplois tardo-antiques, médiévaux et modernes. Photographie Istituto Luce, in I. Insolera, Roma fascista, Rome, 2001, p. 86

Qu’est-ce que vous apporte le fait d’être accueillie à l’EFR ?

Le fait d’avoir obtenu un contrat doctoral fléché de l’EFR me permet de travailler dans les meilleures conditions à Rome où se trouvent toutes les sources et archives que je pourrai utiliser. Mon projet nécessite un dialogue entre données de l’histoire contemporaine et archéologie et histoire de l’art médiéval ; la possibilité d’avoir à l’EFR des contacts avec les personnels et membres des sections d’histoire médiévale et d’histoire moderne et contemporaine est un atout de taille. Enfin, le fait de vivre et de travailler à Rome me permet de ne pas perdre de vue la réalité de la ville de Rome, sa topographie et son identité visuelle qui ont motivé mon projet et en sont l’âme.

Propos recueillis par Hugo Vermeren


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search