Le « Circolo » : un rendez-vous romain et international depuis 1974

Fig. 1: L’enluminure associée au Circolo sur le site de l’École.

« Circolo medievistico romano » (littéralement, le « Cercle médiévist(iqu)e romain ») : ce nom, bien connu des médiévistes passant par l’École, désigne un séminaire mensuel qui se tient à Rome depuis 1974 et qui est consacré aux divers savoirs du Moyen Âge.

C’est un cercle : il n’est pas animé par une ou deux personnes, comme c’est souvent le cas en France, et il n’est pas organisé par une institution unique, mais par une « giunta », un comité d’organisation – sans président(e) cependant – réunissant des spécialistes du Moyen Âge en poste à Rome, qu’ils soient italiens ou non et qu’ils soient affiliés à une université romaine ou à un des nombreux instituts étrangers de la ville (il en existe une trentaine). Bien sûr, ce groupe se reconfigure sans cesse, au gré des départs de Rome et des changements d’affectation : c’est lui qui programme, organise et anime le séminaire (voir sa composition actuelle). C’est lui qui s’efforce de lui donner la forme d’un cercle : égalitaire, assez informel, ouvert à toutes et tous, chercheuses et chercheurs de tous horizons et de tous statuts.

Ce cercle est médiévistique, si l’on ose dire (l’adjectif n’existe pas vraiment en français). Cela signifie qu’il peut s’agir de tous les savoirs du Moyen Âge. Histoire, archéologie, littérature, philologie, paléographie, codicologie, histoire de l’art, histoire du droit et j’en passe sont bienvenues dans ce séminaire où l’on présente des travaux de recherche récents, de toute discipline et concernant tout espace géographique, dans le domaine de la connaissance du Moyen Âge.

Ce cercle médiévistique est romain, enfin. Mais sans nécessité d’exhiber sept générations de romanité, loin de là : qui demeure à Rome, qui y vit pour quelques semaines dans le cadre d’un séjour de recherche, qui ne fait qu’y passer est le bienvenu, comme orateur et comme auditeur. Bien sûr, se tenant à Rome et donnant la parole à des gens qui s’y trouvent, le séminaire parle de Rome un peu plus que du reste de l’Italie et de l’Italie un peu plus que du reste de l’Occident. Mais cela ne résulte pas d’une volonté de privilégier un espace proche plutôt qu’un autre plus éloigné.

Fig. 2. Une séance du Circolo à la Villa Lante (Institutum Romanum Finlandiae), le 19 décembre 2006. De gauche à droite : Andreas Rehberg, Giulia Barone, Sofia Boesch Gajano et Teemu Immonen (© Andreas Rehberg).

Quelques mots d’histoire, à présent : les initiateurs du Circolo furent Girolamo Arnaldi, alors professeur à la Sapienza, Reinhard Elze, alors directeur de l’Institut historique allemand (le DHI) de Rome, et André Vauchez, alors directeur des études pour le Moyen Âge à l’École française de Rome. On observe la notoriété de ces trois fondateurs, à laquelle fait écho la notoriété des intervenants et des intervenantes du Circolo des premières années. On y trouve une partie importante des médiévistes qui pèseront le plus dans les décennies qui suivent (rien que dans les trois premières années de l’existence du Circolo, figurent les noms de Giulia Barone, Bernhard Blumenkranz, Paolo Cammarosano, Georges Duby, Chiara Frugoni, Vito Fumagalli, Lester K. Little, Raoul Manselli, Odile Redon, Pierre Toubert et Cinzio Violante, et maints autres encore, non moins fameux). Et l’on observe une certaine continuité dans les institutions engagées dans le Circolo : la Sapienza, l’École, le DHI, présents alors, présents aujourd’hui encore – avec en outre, dans la giunta actuelle, l’Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma, l’Istituto Storico Italiano per il Medioevo (auquel le nom d’Arnaldi est aussi lié, bien sûr : l’engagement de l’Istituto dans le Circolo remonte à longtemps), la John Cabot University et l’Università degli Studi Roma Tre.

Aujourd’hui, les séances ont lieu à peu près tous les mois, d’octobre à juin, dans l’un des instituts impliqués. La conférence elle-même se tient en italien et est suivie de questions et d’une discussion animée par un président ou une présidente de séance. Bref : l’idée, il y a plus de quarante ans était, selon les mots d’André Vauchez, « de faire se réunir périodiquement les médiévistes italiens et étrangers résidant à Rome et de les amener à discuter ensemble autour d’un exposé présenté par l’un d’entre eux sur tel ou tel aspect de ses recherches » (je cite l’entretien qu’il a donné à Umberto Longo et Gian Maria Varanini pour Reti Medievali Rivista en 2014), et rien n’a changé.

Fig. 3. Une séance du Circolo à l’Istituto Storico Germanico, le 16 janvier 2019. Tout à fait à gauche : Agostino Paravicini Bagliani et Christopher Kast (© Andreas Rehberg).

Mais the Times They Are a-Changin’, eux. Alors, où en est le Circolo ? En 2004, déjà, le bilan dressé dans un bref texte intitulé « Trente ans de « Circolo medievistico romano » », dans les Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, était bien nuancé : « L’affluence est aujourd’hui moindre… comme pour la plupart des manifestations publiques qui se livrent, particulièrement à Rome, une concurrence sans pitié. Au fil du temps les séances ont davantage pris l’allure de séminaires à public restreint. Il n’empêche : […] le « Circolo » reste l’un des rares lieux où peuvent se rencontrer régulièrement, hors institutions et autour d’une même langue, Français, Allemands et Italiens qui forment le noyau dur, auxquels se joignent parfois et sans exclusive les représentants des académies suisse, finlandaise, belge, américaine ou anglaise. »

Bilan nuancé, donc, et dont je dois à la vérité de reconnaître qu’il demeure valide – sans même parler des défis nouveaux (et des opportunités nouvelles : les séances du Circolo seront sans doute désormais diffusées en ligne) que pose la situation sanitaire en cet automne 2020. Mais « il n’empêche », en effet : pour être confrontées aux difficultés que l’on a dites, ces rencontres, bien qu’informelles (ou parce qu’informelles ?), n’en demeurent pas moins un important lieu d’échanges et de rencontres entre médiévistes de pays et de disciplines différentes. Dans un pays – l’Italie – où la culture du séminaire académique, au sens d’une grande séance hebdomadaire ou bimensuelle réunissant les chercheurs autour d’un domaine commun et, souvent, autour d’un(e) maître(sse) commun(e), est moindre que dans d’autres pays d’Europe ou d’Amérique et dans une ville – Rome – où le paysage savant est aussi profondément fragmenté que merveilleusement riche, le Circolo continue de remplir sa fonction de dialogue et d’échange ; de sociabilité et de rencontre ; d’accès au monde académique pour de jeunes chercheurs et de partage des connaissances.

Voir aussi

Pierre Savy
Directeur des études pour le Moyen Âge à l’École française de Rome


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search